Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 novembre 2020

#TousAntiAbstention

Novembre 2020 aux États-Unis, les élections se sont tenues malgré 100 000 mille cas de contaminations par jour. Quel que soit le vainqueur, elles ont eu lieu et le record de votants dans l'histoire américaine a été battu. Il s’agit du plus fort taux de participation enregistré depuis 1960, 61,8%.

abstentions-municipalesd.jpgMars 2020 en France, le premier tour des élections municipales a eu lieu avec le respect de toutes les précautions nécessaires pour garantir la sécurité sanitaire. Le taux d’abstention a atteint 44,6% au premier tour et 41,6% au deuxième tour qui, pour rassurer les électeurs, avait été reporté au mois de juin.

N’est-il pas temps de se poser la question d’un changement d’expression du vote ? Actuellement, toutes les conditions sont réunies pour fragiliser la Démocratie. C’est pourtant par des temps troublés comme ceux que nous traversons que nous attendons qu’elle s’exprime.  

La modernisation des procédures relatives au vote des citoyens peut être une solution pour obtenir une meilleure participation.

Aujourd’hui, la seule façon de s’exprimer en dehors de l’isoloir est le vote par procuration. Mais il reste à la marge même si son utilisation a été légèrement facilitée pour le 2ème tour des élections municipales, en juin 2020.

Parmi ces procédures, le vote par correspondance (abandonné en France en 1975) et l’instauration du vote par internet donneraient une représentation plus large de la population.

Mais nos représentants politiques hésitent.

Et nous ? Sans doute sommes-nous partagés entre deux catégories d’électeurs : Ceux qui voient dans le rituel du vote actuel l’expression d’un engagement citoyen, un symbole fort de leur attachement à la République. Sans doute aussi sont-ils sensibles à la sécurité de l’isoloir qui garantit le secret du vote.  Et ceux pour qui le déplacement jusqu’au bureau de vote, l’attente, sont des contraintes qu’ils ne souhaitent pas subir. D’autres encore peuvent estimer que "peu importe la forme pourvu qu’on ait le vote".

Voilà un sujet dont nous ferions bien de nous saisir car il semble que, par les temps qui courent, la République ait davantage besoin de renouveau que de nostalgie, voire de passéisme.

 En complément, voici deux documents (Crédits Ministère de l'intérieur) qui illustrent le taux d'abstention dans notre pays à la même période, 1960 à 2020, ce qui permet la comparaison, et pour deux élections.

Celui de gauche, ci-dessous, est celui des élections municipales depuis 1959. (Le maire est pourtant celui qui, d'après les sondages, reste l'élu auquel les Français font encore le plus confiance). Même en tenant compte de l'effet "covid" en 2020, la courbe est ascendante.

Celui de droite, ci-dessous, est celui du 1er tour des élections législatives : même montée de l'abstention (sans covid en 2017), "multipliée par deux en 50 ans",  comme le titre le journaliste.

Et vous ? Électeurs, abstentionnistes, nous vous attendons nombreux pour échanger et débats.jpgdébattre sur cette question.

                                                           Mettons-nous en Mouvement !

 

Evolution abstention Veme republique  centre observation société.jpg

abstention au 1er tour legislatives depuis 50 ans.jpg

 

 

 

10 novembre 2020

Un Humaniste au Panthéon

Ce mercredi 11 novembre 2020, l’écrivain, Maurice Genevoix, "un de 14", rejoindra au Panthéon les Hommes et les Femmes Remarquables de la Nation.                M genevoix france culture.jpg

Avant cela, hommage lui sera rendu dans deux lieux symboliques pour l’écrivain. Dans la Meuse d’abord, aux Éparges, où Maurice Genevoix a été très grièvement blessé le 26 avril 1915, Rue d’Ulm ensuite, à l’École Normale Supérieure (ENS) où il était étudiant depuis 1911 et qu’il a dû quitter pour rejoindre son régiment en 1914 (ses cendres y seront déposées un moment avant de rejoindre le Panthéon). Il avait alors vingt-quatre ans.

« Ceux de 14 », le livre dont il commence à écrire le premier volume dès 1916, encouragé par son ami Paul Dupuy, alors Secrétaire de l’ENS, est un des témoignages les plus réalistes de la vie des combattants et du front.

           Mais que sait-on aujourd’hui de l’homme, du soldat, de l’écrivain Maurice Genevoix ?

Au-delà du bel hommage qui lui est rendu cette année, et quelle que soit la valeur que l’on accorde aux cérémonies inhérentes, l’entrée de cet écrivain au Panthéon nous permet de le redécouvrir, ou de le découvrir. À travers ses écrits, nous constatons que cet homme de la fin du 19è siècle a encore des choses à nous dire ; les thèmes qu’il aborde dans son œuvre sont ceux qui nous questionnent et nous concernent.

Considéré par l’élite parisienne d’alors comme un écrivain régionaliste, "un écrivain des mulots", Maurice Genevoix est vu aujourd’hui comme un écologiste exemplaire.

 À Châteauneuf-sur-Loire où il a passé son enfance, il n’a eu de cesse d’observer la nature qui l’entourait avec un regard de poète déjà, de dessinateur précoce et aussi, mais surtout peut-être, en portant une attention toute particulière aux hommes qui y vivaient.

L’école a été pour lui le premier apprentissage de la vie. Entouré d’enfants dont les parents appartenaient à tous les corps de métier, Maurice Genevoix s’est imprégné de tout ce qui l’entourait avec l’intérêt pour la vie des autres qui le caractérise. C’est là qu’il a acquis sa toute première formation d’humaniste.

L’auteur de « Raboliot », prix Goncourt 1925, n’a pas attendu d’être reçu à l’Académie Française en1947 pour être un défenseur de la langue française. Toute son œuvre est écrite dans une belle langue qui se lit bien, une langue de la promenade. Mais sa charge de Secrétaire perpétuel de l’Académie Française l’en détourne trop et il décide de donner sa Les_Vernelles_Maurice_Genevoix_wiki.jpgdémission pour retourner à l’écriture, chez lui en Sologne.

L’écrivain Maurice Genevoix a écrit pour raconter la vie des autres, à hauteur des autres, pour ne pas oublier. L’homme Maurice Genevoix, était truculent, plein d’humour.

 

En écho à la journée de commémoration du 11 novembre, anniversaire de l'armistice de 1918 et jour d'hommage à tous les morts pour la France (loi de 2012) comme le rappelle la flamme du Soldat Inconnu inhumé sous l'arc de Triomphe, il y a juste 100 ans, la citation de Maurice Genevoix est particulièrement adaptée: L'homme est « comptable de ce qu'il est en mesure de transmettre » Maurice Genevoix (1972). La mort de près.

Et, pour résumer ce remarquable humaniste, « la vie est belle » est certainement sa citation qui doit nous accompagner en ce moment.

 

En complément, on peut écouter, ou réécouter, l'émission consacrée dernièrement à Maurice Genevoix par France Culture (ICI) … "Il faut donc lire et relire Genevoix pour se peupler d'une humanité plus grande".

 

                             

m Genevoix 2 memorial verdun.jpg

 

Crédits photographiques: photo en haut, à droite, France Culture

                                          photo à gauche: Les Vernelles, Wikipédia

                                          photo ci-dessus: Mémorial de Verdun

 

 

Afin de protéger la confidentialité de vos données personnelles, Guyancourt en mouvement s’engage à ne pas divulguer, ne pas transmettre, ni partager vos données personnelles avec d’autres entités, entreprises ou organismes quels qu’ils soient ou à des fins commerciales, conformément au Règlement Général de Protection des Données de 2018 sur la protection des données personnelles et à notre politique de protection des données. Vous pouvez à tout moment nous demander de supprimer vos coordonnées de notre base de données