Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Rendez-vous du 1er Samedi | Page d'accueil | Communiqué de presse »

07 novembre 2009

Innover pour éduquer

ordi_141.jpg

TNI, TICE ... Qu'est-ce donc ?


Derrière ces initiales se cachent des outils que nos enfants connaissent aussi bien, mieux que nous !

TNI: Tableaux Numériques Interactifs, TICE, Techniques de l'Information et de la Communication pour l'Éducation.. mais quel rapport avec l'école ?

Ordinateurs, jeux vidéo, baladeurs, téléphones portables : voilà des technologies que les enfants maîtrisent très vite, qui font partie de leur vie quotidienne, mais ne font pas toujours bon ménage avec l'école et ses contraintes; tous les parents sont confrontés à des discussions, beaucoup de concessions parfois, surtout au moment des devoirs ! Et pourtant, ces outils peuvent être un moyen d'éduquer et pourquoi pas de faire aimer l'école? Ils y ont maintenant leur place, au même titre que ceux dits « traditionnels »..

Beaucoup d'écoles entrent peu à peu dans l'ère du numérique, y compris Guyancourt. Entre la moyenne nationale d'équipement en tableaux numériques interactifs ( un peu plus de 2%) et la ville d'Élancourt, notre voisine équipée à 100% en primaire, il y a une marge importante de progrès à faire, y compris pour notre commune: (voir ici)

Pour communiquer, s'informer, se former, échanger, créer, etc., les nouvelles technologies sont l'allié quotidien des élèves guyancourtois. Ainsi, le brevet informatique et Internet (B2i) créé en 2000 et généralisé depuis 2003. Les enseignants développent de plus en plus de projets d'apprentissage fondés sur les technologies de l'information et de la communication. Encore faut-il disposer des équipements nécessaires pour les mener à bien. Depuis plusieurs années, Guyancourt met tout en œuvre pour faciliter l'accès de tous aux nouvelles technologies. Les équipes éducatives des écoles primaires et maternelles ont à leur disposition quatre centres de ressources informatiques tous équipés de 12 ordinateurs multimédia raccordés à Internet.

Les salles informatiques et ces centres de ressources informatiques sont un premier pas nécessaire avant cet équipement numérique, mais nous devons être plus ambitieux !

Quels sont les avantages des tableaux numériques interactifs et de façon plus générale des technologies de l'information et de la communication pour l'éducation ? Outre la participation plus active des enfants donc une prise de parole en public et l'intégration dans un groupe facilitée, l'enjeu est fondamental pour l'apprentissage des langues vivantes par visioconférence.

L'utilisation des tableaux interactifs a toute sa place dans « l'aide aux devoirs » dans les classes non homogènes, réputées « difficiles ». Une heure dédiée à cette aide est très utile, plus adaptée aussi à ces élèves qui ne trouvent pas forcément chez eux un appui scolaire suffisant. Ces supports que les jeunes maîtrisent si facilement permettent d'aborder certains points du programme d'une façon différente, plus attractive, en aidant l'élève à prendre du recul par rapport à son propre travail, en adoptant en cas de difficulté une pédagogie de détour ou tout simplement en renforçant par des exemples visuels interactifs un concept un peu abstrait. Cet enseignement permet aussi aux élèves d'acquérir des compétences en lien avec le brevet informatique et internet. Cependant, il n'est pas question de minimiser le rôle de l'écrit qui reste essentiel ni celui du professeur, au cœur de toute éducation car le lien humain professeur-élève est irremplaçable.

Même si le matériel nécessaire à ces TICE est simple : un tableau-écran, relié à un ordinateur et à un vidéoprojecteur, le financement est à envisager. Outre l'achat du matériel, il faut aussi en prévoir la maintenance. La région francilienne a prévu 300 tableaux numériques pour équiper les lycées, dont 21 pour les Yvelines, mais l'équipement des écoles reste de la compétence des communes.

Un partenariat public-privé, malgré ses limites est envisageable. Installer des tableaux interactifs est aussi créateur d'emploi ! Une start up saint Quentinoise qui a déjà assuré l'équipement d'une des communes de la Communauté d'Agglomération, est déjà en contact avec les écoles de cette dernière.

Faire de la France une grande puissance numérique, et à notre échelon, faire de saint Quentin un modèle de ville numérique (journal de St Quentin, n°53) commence à l'école : tout ceci doit s'intégrer dans un projet éducatif global, la mission d'éducation est une responsabilité partagée !.

PS : Tous les passages en italiques sont extraits de l'article de Julien Oechsli, conseiller municipal, à lire dans le Guyancourt Magazine n°379 du 5 Novembre

 

Viviane






 

Les commentaires sont fermés.