Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Pour compléter le Guyancourt Magazine.. 2 | Page d'accueil | OIN .. suite .. suite .. et toujours suite .. »

17 décembre 2009

Explication de mon vote au Conseil municipal du 15 Décembre

mairie+église aout 2009.JPG

Pourquoi n'ai-je pas voté le budget primitif 2010 ?


Le budget des communes, comme celui des collectivités locales, de l 'État, .. et de chacun d'entre nous, s'insère dans un contexte économique aujourd'hui difficile : un chômage structurel, une dégradation des conditions de vie, une situation des milieux défavorisés qui ne cessent de se dégrader, toutes constatations que reconnaît d'ailleurs G. Sagbohan qui, dans sa présentation, dit elle-même qu'établir ce budget a été un exercice « difficile, à cause des incertitudes ». Incertitudes sur nos recettes, ce en quoi je suis d'accord, et ce d'autant plus que notre dette communale est nulle, »zéro euro de dette » note la mairie sur son site pour l'année 2009,  mais que celle de la Communauté d'agglomération ne l'est pas, et incertitudes sur l'avenir économique des Français, donc des Guyancourtois, ce en quoi je suis aussi totalement d'accord.

A ces incertitudes, s'ajoutent des attentes légitimes de nos concitoyens pour que la traduction des « belles paroles » sur l'urgence climatique se décline par des actes immédiats et un volontarisme politique d'abord et surtout dans leurs collectivités.

Le budget primitif 2010 répond très partiellement à ces enjeux.

Ce budget ne témoigne pas d'un engagement marqué en termes d'économie d'énergie avec des consommations d'électricité ou de carburants en augmentation de 3%.

Je profite de cette explication de mon vote pour donner quelques exemples d'économies possibles.

L'utilisation plus répandue des nouvelles technologies, la mensualisation du Guyancourt Magazine, pourraient permettre une maitrise de certains coûts comme la réduction des dépenses de publication ou encore celles relatives à l'affranchissement, sans compter les économies de papier !

Même si globalement ces économies, réalisables de suite, ne sont pas révolutionnaires, elles auraient témoigné d'un engagement plus net des élus dans cette voie, et symboliquement, auraient marqué un tournant. Le symbole est parfois un signe fort : il aurait été bienvenu aujourd'hui.

Ces économies auraient pu permettre l'augmentation de certaines dépenses nécessaires. Je pense ici au budget du CCAS qui demeure stable ( « maintien des aides sociales dont celles du Centre Communal d'Action Sociale, CAS, a-t-il été précisé dans la présentation : le terme "augmentation à la place de "maintien" aurait été mieux !  par rapport à l'année dernière bien que vous sachiez comme moi que traiter l'urgence sociale sera notre quotidien en 2010, comme c'est déjà le cas.

A travers des plans d'actions efficaces, l'optimisation des structures de coût est possible sans pour autant entraver les dépenses essentielles au fonctionnement de la commune. Cette maîtrise aurait pu profiter à un engagement plus prononcé pour l'urgence sociale ou encore à la baisse de tarification de certains services.

Même si la présentation du budget a mentionné le maintien des services publics existants, ce budget ne permet pas de constater une stratégie cohérente à travers des priorités claires dans le contexte actuel. Je regrette une baisse significative du poste « Social - petite enfance ». Alors que ce-dernier représentait plus de 17% l'année dernière, il représente seulement 15% dans le nouveau budget primitif.

Ces orientations et ce manque de visibilité m'imposent à la prudence et donc à voter contre ce budget primitif 2010 dans sa section « Fonctionnement ».


Julien Oechsli, Conseiller municipal, soutenu par le Mouvement Démocrate

les termes en italiques sont extraits de ma déclaration lue à l'occasion du vote du budget, au Conseil Municipal  du 15 Décembre









 

Les commentaires sont fermés.