Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2011-01 | Page d'accueil | 2011-03 »

24 février 2011

Incertitudes sur le plan local d’urbanisme de Guyancourt !

Si vous avez assisté aux réunions publiques organisées par la mairie dans le cadre de la révision du Planurbanisme.jpg Local d’Urbanisme (PLU), vous avez reçu un mail vous informant de la fin de la période de concertation et du début de la phase qui aboutira à l’ouverture  de l’enquête publique jusqu’à l’approbation finale au printemps 2011 et donc la mise en opposabilité  de ce nouveau document. ( source, site de la mairie)

On ne peut pas entièrement partager l’optimisme du service d’urbanisme qui se félicite que les  diverses réunions publiques  -quatre-ainsi que  les messages laissés sur le forum –vingt neuf-, dans l’urne à la mairie ou les échanges directs avec le service urbanismeaient attiré de nombreux ( ?) Guyancourtoises  et Guyancourtois  qui ont ainsi participé à forger le Guyancourt de demain.  Il est vrai, et c’est  bien regrettable, que ces débats ne rencontrent que peu de succès.  N’y a-t-il pas lieu de s’interroger sur ces raisons ?

Le courriel envoyé aux participants à ces réunions précisait qu’ après la dernière réunion publique de juin 2010, la communauté d’agglomération et la municipalité ont affiné le projet d’aménagement et de développement durable (PADD) qui a été débattu en conseil municipal le 28 septembre dernier  et en conseil communautaire le 14 octobre dernier. En effet, si on se reporte au site de la mairie,  la phase :

 

 Consulter les autorités parties prenantes (organisatrices des transports, de l’aménagement du territoire, de l’environnement…) [qui] est le rôle de la Communauté d’agglomération  va débuter.  C’est ce que précise le courriel reçu:  Le document va maintenant être transmis aux différentes personnes publiques associées (en particulier les services de l’État) qui donneront leur avis.  Un peu plus loin, il est aussi annoncé  que « la communauté d’agglomération et la municipalité ont affiné le projet d’aménagement et de développement durable (PADD) qui a été débattu en conseil municipal le 28 septembre dernier et en conseil communautaire le 14 octobre dernier.

Le projet de PLU a été arrêté le 16 décembre 2010  en conseil communautaire après l’avis favorable du conseil municipal le 14 décembre 2010.

La phase « enquête publique » va alors pouvoir être lancée pour  recueillir les avis et les remarques et affiner le projet définitif. (Site de la mairie

  Si la démarche en elle-même ne soulève aucune question, beaucoup de points sont encore en suspens.

Ce PLU doit être compatible avec le Schéma Directeur de la Région Ile de France (SDRIDF) voté en 2008, or le Conseil d’État l’estimant incompatible avec la loi sur le Grand Paris votée deux ans après, (comment pouvait-il y avoir compatibilité ?) a rendu un avis négatif.

 Le « bras de fer » engagé entre le gouvernement et la région  semble s’être adouci depuis « l’accord historique » ( le terme convient-il ?)  signé entre ces deux partenaires au sujet des deux projets « Grand Paris » et « Arc Express ». Cependant, tant que le nouveau SDRIF n’est pas promulgué, de nombreux documents d’urbanisme sont en attente et le nôtre risque de l’être sauf déblocage complet de la situation. Une des conséquences de ces désaccords en est la compatibilité de notre PLU au SDRIF de… 1994, en attendant celui de 2008 !

Cette situation bloque des projets et rend impossibles de nouvelles possibilités d’urbaniser… mais aussi risque de bloquer ou retarder notre PLU sauf si ce que nous pouvons lire sur le site du Conseil régional se réalise :

Une issue législative sera trouvée, par le biais d’une proposition de loi qui permettra de revoir plusieurs points de la loi qui ont motivé la décision du Conseil d’État. « Dès le 15 novembre, nous avions souligné la nécessité d’une disposition législative. Le gouvernement s’y engage, se félicite Jean-Paul Huchon. Comme quoi, on peut arriver à s’entendre si des intérêts politiques communs sont en jeu !

 Par contre, puisqu’il est fait référence à cet « accord historique », nous continuons à être vigilants sur le « désaccord » (historique ?) entre l’État et la région sur le secteur de Versailles-St Quentin-Saclay, désaccord  dont notre agglomération  risque de faire les frais.

C’est  un autre sujet qui fait toujours l’objet d’un suivi attentif  de notre part.

Julien Oechsli, Conseiller municipal, soutenu par le Mouvement Démocrate

 

 

 

20 février 2011

Dernières informations

Voici deux informations que je partage avec vous: porte-voix.jpg

1) Le compte-rendu du Conseil Municipal du 9 Février  est sur le site de la mairie.

 Deux nouvelles  à noter :

-Le siège de la Communauté d'Aggloméraion, actuellement situé à Montigny va déménager à Trappes dans la deuxième moitié de cette année 2011.

-La ville de Guyancourt adhère au Réseau français des Villes éducatives. C'est  une bonne initiative si on consulte les objectifs de cette association ( à découvrir ICI) . On ne peut que se réjouir de lire qu'adhérer à ce réseau  pour devenir une "ville éducatrice" veut dire : 

  • que lorsqu'une ville  s'inscrit dans cette intention, elle est consciente que ses projets ont des conséquences au point de vue comportement et convivialité et génèrent de nouvelles valeurs, connaissances et capacités. Tous les domaines y sont impliqués et concernent tous les citoyens...
  • ...Cet engagement doit obligatoirement être partagé avec la société civile...
  • ...Cet engagement repose sur trois prémisses essentielles: information compréhensible destinée aux citoyens, participation de ces citoyens à partir d'une perspective critique et co-responsable et, finalement - ce qui n'est pas moins important - évaluation des besoins, des projets et des actions.

On ne peut que souscrire à ces engaggements qui correspondent à ce que "Guyancourt Générations Citoyennes" désire, réclame et continuera à réclamer : une démocratie locale vivante .

2) Sur la chaîne locale TVFIL 78: un reportage sur le Conseil Municipal des enfants : Citoyens de demain : voir la lettre d'information de cette chaîne et le site de la mairie qui donnent les heures de diffusion.

C'est aussi l'occasion  de rappeler que si ce Conseil à notre entière adhésion, il manque son prolongement  car l'engagement citoyen des adolescents est absent de ce dispositif : que se passe-t-il entre le début du collège et la majorité ? Mais la future "Ville éducatrice" corrigera cette absence !

Le documentaire est disponible en DVD; les renseignements sont disponibles sur ce site

Julien Oechsli, Conseiler Municipal soutenu par le Mouvement Démocrate

06 février 2011

Du flou sur nos impôts

La note de notre blog éditée le  4 Novembre 2010 «  A propos de nos feuilles d’impôts » se terminait par ces mots : la Communauté d’agglomération doit entrer dans un autre mode de fonctionnement, ce qui induira … des variations…dans les finances de chacune des sept communes ». impots.jpg

Pourquoi ce flou à propos de nos feuilles d’impôts ? Plusieurs incertitudes s’accumulent.

Il y a déjà les interrogations dues aux réformes de l’Etat. (voir notre note du 4 Novembre 2010, « A propos de nos feuilles d’impôts ».). On se rappelle que la taxe professionnelle jusque là perçue par le département est remplacée par une « Contribution Economique territoriale ( CET)  qui sera perçue par la Communauté d'Agglomération; sera-t-elle équivalente ? La question est posée. Si l’Etat garantit la même somme en 2011, rien n’est sûr pour la suite.

 A ces incertitudes s'ajoutent celles qui viennent de notre Communauté d'Agglomération.

 Pour être conforme aux demandes de la Chambre régionale des comptes, notre agglomération ne doit plus financer totalement d’équipements communaux, donc chaque  commune  devra  prévoir une prise en charge supplémentaire. Jusqu’à cette année, la Communauté finançait les  dépenses des équipements  à caractère non communal.  Mais ce statut qu’elle détenait en  tant que « Ville Nouvelle » est terminé; la chambre régionale des comptes lui impose un financement maximum à hauteur maximum de 50% : ce sont les "fonds de concours". Nos communes sont bien équipées, mais il faut entretenir les bâtiments et cela risque d’alourdir les finances communales : plus ou moins, mais toutes seront touchées.

 Cela risque aussi indirectement  d'avoir des conséquences sur le niveau des services fournis  à la population, même si la Communauté a communiqué fortement sur ce sujet lors de ces voeux, en affirmant qu’ils sont sa priorité, ce dont personne ne peut douter !  Une des perspectives ne serait-elle pas d’augmenter les impôts sur les ménages ? Cela ne va-t-il pas nécessiter une réflexion sur les services publics fournis aux habitants ?

Si les recettes de la communauté baissent, les communes craignent une contre partie : une baisse de leur "dotation de solidarité communautaire " versée par l’Intercommunalité, ce qui aurait comme conséquence une baisse des services fournis à leur population.

La chambre des comptes impose aussi à la Communauté de revoir les mécanismes d’attribution aux communes. La question n’est toujours pas tranchée !

A toutes ces inquiétudes s’ajoute le fort endettement communautaire, ce que les communes savent bien même si ceci est passé sous silence. Il ne faudrait surtout pas que les taux d’intérêt augmentent !  En ne subventionnant plus les équipements communaux qu’à la limite de 50%, l’intercommunalité ne risque-t-elle pas d’utiliser ces économies pour se désendetter et non pour la solidarité communale? On comprend que certains élus communautaires se posent la question ! Tout cela est l’objet des discussions en cours autour d’un nouveau « pacte financier » qui définira les nouvelles règles de péréquation et les critères d’attribution des ressources entre les sept communes.

 Globalement, c’est  donc toute sa politique fiscale que la Communauté doit revoir. Mais les "modalités [de ce pacte financier] restent à définir » (Guyancourt Magazine page 13 n° 404). Comme c’est  toujours le flou sur ce sujet, certaines villes n’ont pas pris part au vote du budget communautaire, l’estimant plus " virtuel que réel".

Entre les interrogations dues aux réformes de l’Etat, celles dues à l’Agglomération, c’est  donc bien un  sentiment d’incertitude qui domine aujourd’hui et nul ne peut vraiment dire comment tout cela se traduira sur notre feuille d’impôt, ni dans quels sens seront les variations ! 

Julien Oechsli, conseiller municipal, soutenu par le Mouvement Démocrate

2011 : année du bénévolat et du volontariat

L'année 2011 a été déclarée par le Conseil des ministres et le Parlement européens  Année européenne des activités de volontariat pour la promotion de la citoyenneté active  pour désigner les deux formes d’engagement qui correspondent aux formes d’engagement que la Commission souhaite célébrer.logo-centre europ du volontariat.jpg

Tous les pays européens y participent. En France, la Direction de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative du Ministère de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative est responsable de la coordination des événements qui ponctueront cette année.

 A cette occasion, une campagne de labellisation aura lieu du 7 au 13 février 2011.

Les priorités de cette année 2011 sont :

-développer le bénévolat et le volontariat

-mieux les reconnaître et mieux les valoriser

-développer leur dimension européenne

Nous souhaitons une très bonne "semaine du bénévolat et du volontariat" à toutes celles et ceux qui prennent de leur temps pour participer à cet engagement citoyen, qui est primordial pour garder les liens sociaux dans une société de plus en plus individualiste.

 Vous savez que nous sommes particulièrement attachés à soutenir tous ces engagements ( beaucoup de membres de notre équipe participent à un titre ou à un autre à une forme de bénévolat). Cette semaine est encore un moyen de les remercier. 

Quelques sites sur ce sujet:

http://anacej.asso.fr/2011/01/16/2011-annee-du-benevolat-...

http://www.benevolat.public.lu/fr/actualites/2009/04/anne...

Julien Oechsli

04 février 2011

Saint Quentin en Yvelines dans 10 ans

chantier.jpg 

C'est le titre du dossier présenté cette semaine dans le magazine l'Expresss du 2 Février 2011.

 Quel sera le visage de la Communauté d'Agglomération dans 10 ans

Vous trouverez dans ce dossier les grands projets de  St Quentin :

-ceux qui sont prévus à  Montigny :  le vélodrome unique au monde (petit rappel: l'enquête publique est actuellement en cours à la mairie de cette ville) et le réaménagement de la gare, enfin des travaux !

-un autre réaménagement : celui de la ville de Trappes qui fait peau neuve ; on ne peut pas vivre dans une commune ainsi segmentée, commente Julien Oechsli, à propos de la N 10 qui traverse le coeur de la commune.

-les projets de la ville d'Elancourt , ville du futur  qui mise sur les nouvelles techniques d'information, à l'école, comme dans la sécurité du futur

-ceux de l'Université, et de sa faculté de médecine qui devrait poser (enfin) ses valises à Montigny.  Les "vieux" saint Quentinois se rappellent les premiers bâtiments des années 1990 .. et 20 ans après, l'Université entre dans le classement de Shangai des meilleures universités  d'enseignement supérieur !

-le projet difficile du métro automatique, que Saint Quentin prend en marche ... au risque de le rater ! car notre agglomération  a été oubliée au début du projet du "Grand Huit". L'oublier, c'était nous condamner à devenir une agglomération-dortoir", résume Julien Oechsli, mais c'était  aussi négliger un bassin de vie de 150 000 habitants, dit François Deligné.

Même si comme le constate le maire de Montigny, les élus de droite, comme de gauche, se sont battus pour réintroduire St Quentin dans le projet, on ne peut que constater que rien n'est encore tranché, et que les élus ne se sont peut-être pas tous battus avec la même ardeur ! Le transport en commun en site propre ( TCSP) demandé par tous les St Quentinois sera-t-il réalisé rapidement ? Le journaliste  est assez dubitatif si on en croit la conclusion de son  paragraphe : comme le métro du Grand Paris, le bus Orly-Saint Quentin ne voit donc pas encore le bout du tunnel !

A écouter les élus qui ont été interviewés pour réaliser cette enquête, le journaliste a bien compris que  le véritable chantier qui est encore en construction est le vivre-ensemble qui demeure, lui, un chantier perpétuel et peut-être le plus difficile à réaliser !

Nous vous souhaitons une bonne lecture

L'équipe GGC

 

 

 

 

 

03 février 2011

Le logement, c’est une question de justice

Ces mots sont ceux de l’Abbé Pierre, des  mots toujours d’actualité, comme le révèle le  rapport de sa Fondation sur le mal-logement des Françaispicto_carton_rouge_fondation abé pierre.jpg

Ce rapport a été présenté le 1er Février à la Porte de Versailles à Paris   Il est sur la vidéo que l’on peut visionner ICI

Le coût du logement est devenu inabordable pour beaucoup, insupportable pour les catégories modestes et même à la limite pour les classes moyennes...

L’accession à la propriété, pivot de la politique actuelle — une aspiration partagée par un grand nombre de familles — n’est plus possible pour la plupart d’entre elles et peut même devenir un facteur de fragilité aggravant dans la gestion des dépenses quotidiennes...

Les indicateurs qui nous permettent de décrypter le contexte que nous traversons (production de logements à loyers accessibles, prix du logement, taux d’effort pour les ménages...) sont passés de l’orange au rouge et dessinent une évolution plus que préoccupante.

 

Le rapport, en version courte est ICI, sur le document joint !

Selon ce rapport, c’est cette double évolution, celle d’une aggravation des difficultés de logement très clairement indexée sur la crise économique d’un côté et celle d’un recul de l’intervention publique alors que la situation exigerait un plus grand engagement d’un autre côté, qui donne à la période actuelle un caractère inédit mais dramatique.

Si, comme nous, ce rapport vous interpelle, nous vous invitons à le découvrir