Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2011-08 | Page d'accueil | 2011-10 »

22 septembre 2011

Le sénat, cette assemblée de la proximité…encore si lointaine

Les élections sénatoriales auront lieu le 25 Septembre.  C'est un scrutin indirect qui mobilise plus de 2 700  grands électeurs, issus pour plus de 90% des conseils municipaux, et, pour les 10%  restants, des conseils général et régional.

L'élection a lieu au scrutin de liste à un seul tour. Le scrutin est proportionnel avec "répartition des restes à la plus forte moyenne"; aucun panachage de liste n'est possible. Les six sièges à pourvoir sont attribués en fonction de l'ordre de présentation des candidats sur la liste. C'est la seule élection où le vote est obligatoire.

 Ce dimanche là, j’aurai donc, tout comme mes collègues du conseil municipal, à choisir nos sénateurs yvelinois dans cette assemblée représentative des sénat paris.jpgterritoires qui comprendra 348 sénateurs, dont les 170 qui seront élus ce 25 Septembre; en effet, le Sénat est renouvelable par moitié tous les trois ans, soit, pour ce scrutin, dans les départements dont l'ordre numérologique  va d'Indre et Loire ( soit le "37") aux Pyrénées-Orientales (soit le "66"), plus les départements de l’Ile-de-France, de "l'Outre-mer" et les Français de l’étranger.

Elus par des représentants des collectivités locales, le Sénat représente nos territoires dans toute  leur diversité. C'est parce que j'attache une importance particulière à l’indépendance des collectivités, que je me positionnerai en fonction de la capacité des candidat(e)s à proposer des corrections à la politique actuelle du gouvernement qui n’a cessé de réduire l'autonomie de ces collectivités, notamment en matière fiscale, base de toute autonomie véritable.

 Je souhaite également que nos futurs représentants, quelles que soient leurs tendances politiques, ne se contentent  pas de faire leur lobbying auprès des élus locaux mais se décident enfin à aller plus régulièrement à la rencontre de leuje vote.jpgrs concitoyens ! Il est vrai qu’il est bien paradoxal que cette assemblée des territoires, et en premier lieu ses représentants, n’expliquent pas plus régulièrement leurs votes. 

 La démocratie, c’est aussi rendre compte régulièrement de son action au plus proche des représentés.

Je profite de ces quelques lignes restantes pour vous remercier chaleureusement de votre soutien et de la confiance que vous continuez à me témoigner.

Julien Oechsli, conseiller municipal, soutenu par le Mouvement Démocrate

08 septembre 2011

De la nécessité d'une cohérence territoriale

 Entre le 31 juillet et le 31  Novembre, la Commission Départementale deCDCI_Pelissier.jpg Coopération Intercommunale (CDCI)  doit étudier les avis émis par les collectivités locales après le projet de Schéma Départemental de Coopération Intercommunale présenté par le préfet. On se rappelle que le but de cette procédure est de supprimer les communes "isolées" qui doivent donc intégrer une intercommunalité; si elles n'acceptent pas la proposition du préfet, celui-ci décidera pour elles !

Le projet présenté ne change pas le périmètre de St Quentin-en-Yvelines. Les sept communes ont débattu âprement cette question au Conseil Communautaire du 23 Juin pour arriver à trouver un consensus minimum.

Voici les termes du compte-rendu en ligne sur le site de Saint-Quentin-en-Yvelines : (page 4)

Article 1 : [Le conseil communautaire] émet un avis défavorable sur le projet global du Schéma Départemental de Coopération Intercommunale, celui-ci laissant apparaître des incohérences sur certaines parties du territoire des Yvelines.

Article 2 : A partir du périmètre actuel, tout élargissement de l’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines, devra se faire sur la base préalable d’un projet de coopération intercommunale en commun.

Cette délibération a été adoptée à l'unanimité par 42 voix pour.

Ce que ce compte-rendu ne dit pas, c'est que la délibération a été longue, qu'une interruption de séance a été demandée et que l'article 2 a suscité bien des difficultés pour aboutir à un accord établi sur des quiproquos.

Pour s'en convaincre, il suffit de lire les tribunes municipales et celles du "Petit Quentin". On n'y retrouve pas  toujours les termes votés en conseil communautaire, à croire qu'il ne s'agit pas des mêmes élus !

Un rapide tour des comptes-rendus des conseils municipaux qui ont suivi le conseil communautaire du 23 juin laisse perplexe. Sur les sept communes, seules celle d'Elancourt (page 4), de Guyancourt, Montigny et Voisins (page 3) affichent les délibérations sur ce sujet (citation par ordre alphabétique !).

NB : Le site de la ville de Montigny est actuellement en transformation;  le compte-rendu n'est aujourd'hui plus en ligne, mais il y était il y a encore peu de temps NDLR

Mon propos n'est pas ici de juger le vote de chaque commune, mais de m'étonner de la différence entre le vote communautaire du 23 Juin et les délibérations communales. Bien sûr, le consensus voté gomme les différences, mais, et c'est surtout le sens de mon questionnement, où est l'intérêt commun, où est le critère du bassin de vie qui est essentiel dans cette réflexion, où est finalement le Saint -Quentinois dans ces débats ?

De mon côté,  je continue à soutenir que, tout en désirant voir notre agglomération se consolider pour relever les défis de l'OIN du Plateau de Saclay, rien n'interdit à des communes voisines de frapper à notre porte, surtout lorsqu'elles faisaient partie de notre territoire au tout début de son histoire. S'étonner de leur demande soudaine de réintégration est plutôt un faux débat qui remet sur le tapis des différends personnels qui sont loin des intérêts des Saint-Quentinois et des Guyancourtois d'aujourd'hui. 

 Les enjeux ont évolué, les défis sont importants. Comme la proposition de la Commission est transitoire, autant travailler ensemble aujourd'hui sur un projet commun à bâtir que d'attendre en se crispant sur des positions qui font oublier l'essentiel et surtout laissent des projets en attente.  Le risque serait alors de ne plus être des acteurs à part entière, non seulement de l'OIN, mais plus largement du  territoire  francilien .

La carte proposée par le préfet est déjà un exercice politicien, mais finalement, nos communes, tout en le dénonçant tombent dans le même jeu.

Communes de "droite", "communes de "gauche", on retrouve avec ce sujet le perpétuel clivage qui a bien des difficultés à être surmonté au profit d'une entente sur un projet qui doit se bâtir pour le bien des Saint Quentinois. Finalement, ce sera le préfet qui aura le dernier mot, ce qui ne sera peut-être pas la meilleure des solutions

Julien Oechsli, conseiller municipal soutenu par le MoDem

 

01 septembre 2011

Infos: forum et saxophone !

porte-voix.jpgForum des associations

Comme toutes les autres villes de l'agglomération de St Quentin, Guyancourt vous donne rendez-vous le 10 septembre pour le traditionnel forum des associations, au gymnase des Droits-de-l'Homme, de 13h 30 à 18 h.

Tous les renseignements sont sur le site de Saint-Quentin -en-Yvelines.

Comme d'habitude, la journée se terminera par un concert gratuit.

A ce propos, je vous invite fortement à venir écouter Manu Dibango. Je suis amateur de saxophone et je vous garantis que vous ne serez pas déçu !

Info sur le site de la mairie de Guyancourt (dont la photo de Manu Dibango)

Julien Oechsli

     Manu Dibango

  Concert gratuitmanu_dibango_small2.jpg

 

Dans le cadre d’Associations en fête

Il a apporté la musique africaine au monde entier, il y a 40 ans, avec son célèbre tube « Soul Makossa » !

Aujourd’hui, le saxophoniste a gardé toute sa ferveur et continue à marier les musiques - jazz, pop, afro, swing - au sein d’un groupe de huit multiinstrumentistes et choristes.

10 Septembre |  à 21 h Gymnase des Droits de l’Homme