Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Rythmes scolaires et finances locales | Page d'accueil | 6 mois après : l’inflexion nécessaire »

08 décembre 2012

Explication de texte

Qu'a voulu dire la (ou les ?)personne(s) qui a (ont ?) écrit dans la tribune du "Guyancourt Magazine" du n° 449, dans la partie "Liste ensemble" pour Guyancourt" ?                                   calendrier.jpg

Qui peut comprendre à la première lecture ? Il faut dire que la phrase  A quoi sert un article concernant un événement donné publié 30 (trente) jours calendaires après l'événement en question nécessiterait une explication de son auteur !                                                                 

Après réflexion, nous avons peut-être la réponse ! Les jours calendaires étant les sept jours de la semaine, les  trente sont le mois ! Jusque là, c'est bon ! Les Guyancourtois sont des gens normaux : oui, bien sûr, jusque là, c'est encore bon, (d'ailleurs "normal" est devenu un adjectif à la mode) normaux, car  ils aimeraient avoir des avis de leurs élus sur l'actualité encore chaude

Bien sûr que nous avons deviné !  Comme nous, la liste "UMP" trouve qu'un mois de délai entre l'envoi  de notre tribune et sa parution est bien long et empêche toute réactivité. Même en tenant compte, et c'est …" normal" du temps nécessaire à la mise en page, à l'impression, à tout ce qui conditionne la finition d'un journal, un mois est certainement plus que la …."normale" : nous avons-nous-même déjà déploré ce délai trop long entre notre envoi et sa parution.

Ceci étant dit, la liste "Ensemble pour Guyancourt" peut-elle savoir si les Guyancourtois acceptent nos commentaires après trente jours calendaires ou non ?

Pour notre part, nous croyons les Guyancourtois suffisamment normaux pour préférer un commentaire tardif à une absence de proposition. 

Ce n'est pas une façon de faire vivre la "démocratie de proximité" (cf. thème de ce même "Guyancourt Magazine n° 449) donc de dialogue  et de communication dont les Français ont tant besoin dans ce pays qui connaît tant de fractures.

L'équipe GGC

 

Commentaires

bonjour tout le monde sait que la plupart de nos élus sont démocrate que lorsque ça les arrange.Ont en a marre de leur politique de gauche caviar

Écrit par : comité action du pdr | 10 décembre 2012

Le dimanche 9 décembre a eu lieu un événement majeur pour la démocratie : la dénomination du "chemin de la laïcité" (voir p.7 du Guyancourt Magazine).
Lire que les élus guyancourtois sont très attachés au vivre ensemble me fait bien rire alors que cette date est sciemment choisie pour rappeler la séparation de l'Eglise et de l'Etat, dont plus personne ne se préoccupe, mais qui alimente la "cathophobie" ambiante savamment déployée par le gouvernement.
Laïcité n'est pas anticléricalisme et on peut être profondément laïc en étant aussi croyant.
C'est ça votre vision du "vivre ensemble" et du "respect des croyances" ?
N'êtes vous pas plutôt gênés aux entournures parce que des citoyens, que vous représentez aussi, ont écrit à la mairie pour demander un vrai débat sur le "mariage pour tous" ?
Très instructif, décidément, ce dernier numéro de Guyancourt Magazine : il nous en apprend beaucoup sur l'étroitesse d'esprit de nos élus.

Écrit par : Catho en colère ! | 11 décembre 2012

Merci de nous lire.
Pour répondre à vos propos, nous partageons votre position: "laïcité n'est pas anticléricalisme et on peut être profondément laïc en étant aussi croyant"; notre république est laïque, c'est une des valeurs qui nous rassemble, fondamentale pour vire ensemble quelle que soit notre croyance, ou absence de croyance.
Cependant, un rappel de cette date qui rappelle aussi une période de notre histoire où les Français se déchiraient était-il utile en ce moment ? Les sujets d'inquiétude de vie quotidienne sont prioritaires pour beaucoup. Les débats de société actuels divisent les Français, en particulier celui du mariage pour tous (est-ce vraiment un sujet urgent ?); les propos de C Duflot sur les logements vacants d el'église n'ont pas aidé à l'unité ..Il faut apaiser et non chercher à mettre en avant ce qui divise, quand ce n'est pas essentiel pour "le vivre ensemble"

Écrit par : l'administrateur | 13 décembre 2012

Les commentaires sont fermés.