Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Bienvenue en Eco-logis | Page d'accueil | Permanence »

23 janvier 2013

Quel avenir pour Saint-Quentin ?

La dernière version de la carte des intercommunalités yvelinoises interrogation.jpgICI) est  parue le 12 décembre 2012. Sans surprise, le périmètre de la Casqy est inchangé; à côté de nous cohabitent deux villes, Maurepas et Coignières, une future cohabitation qui relève plus du mariage forcé que d'un projet !  Le site de la préfecture note que "ces périmètres ne sont pour certains que transitoires et pourront encore évoluer": cette petite intercommunalité a des chances de faire partie de celles qui seront révisées en 2015, si la loi est respectée.

Un projet de Schéma de cohérence territoriale devra être réalisé en 2017. Ce document doit servir de cadre et  de cohérence pour tout ce qui concerne l'habitat, les déplacements, le développement  commercial,  l'organisation de l'espace dans l'intercommunalité (source, Ministère de l'égalité des territoires et du logement).  Nous serons donc appelés à travailler avec les territoires voisins, ceux en particulier de notre bassin de vie, donc au-delà de nos limites actuelles, et ce avec une vision d'ensemble et un projet global d'aménagement du territoire, sauf à vouloir rester sur notre "Aventin" ! Cette démarche nous imposera des rapprochements avant cette date, avec notre voisine, Maurepas, mais peut-être aussi avec Plaisir qui avait aussi, on s'en souvient, demandé son rattachement à notre Communauté d'agglomération. Des considérations, disons "diverses", ont fait sinon échouer ou, tout au moins reporter, ce projet.

Pourtant, si  Saint-Quentin veut bâtir la ville de demain, comme le dit le "Petit Quentin" du mois de Décembre, si elle veut être une composante essentielle du Pôle d'envergure mondiale, le cluster Partis-Saclay, si elle veut  être une force de proposition dans l'Ouest parisien en complémentarité du pôle de la Défense, elle doit s'en donner les moyens, donc avoir un poids économique, démographique qui lui donne l'attractivité nécessaire. Parmi ces moyens,  la question des transports est essentielle. Vouloir de nouveaux transports structurants et un développement équilibré demande une voix forte et solidaire de nos élus pour imposer ce choix. Rappelons nous comment les premiers projets du "Grand métro" avaient "oublié" (!) notre ville dans ses plans. Si les élus ne sont pas solidaires et si leur poids est trop faible, les sept communes auront bien des difficultés à se faire entendre à côté d'autres territoires, et c'est chacune et chacun de ses habitants qui en pâtiront.

Julien Oechsli, Conseiller municipal

 

Les commentaires sont fermés.