Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Très bel été | Page d'accueil | Suite de la pétition "Villaroy" »

30 juillet 2013

Aux abonnés absents !


Voici un an, des guyancourtois nous faisaient part des "désagréments" (!) dus aux nuisances sonores provoquées par des scooters, quads et autres engins pétaradant jusqu'à des heures plus que tardives.           pétition.jpg

Le même scénario se produit cette année, plus grave, puisque s'accompagnant d'insultes et de dégâts à des véhicules.

Cette fois, des habitants du quartier de Villaroy ont pris en mains cette situation et lancé une pétition n'acceptant plus de subir  ni "les nuisances sonores" ni les "dégâts  matériels", ni cet "harcèlement".

La pétition a été déposée au cabinet du maire, en main propre, il y a une semaine (soit mardi 23 Juillet) : aucun retour à ce jour (30 juillet) !

"Guyancourt en mouvement" s'associe à cette pétition et, comme les signataires, comme les habitants qui continuent à supporter les rodéos, attend la suite !

Nos lecteurs seront tenus au courant des réponses de la préfecture et de la mairie.

 

A suivre

 

Le texte de la pétition est ICI 

 

GGC

 


 

 

 

 

Commentaires

Le Village subit aussi les "pétarades" tous les soirs depuis qu'il fait beau : quel dommage que la Mairie soit déjà fermée à l'heure où elles se font entendre !

A quand une politique municipale responsable et ferme pour réduire les incivilités, qui ne se limitent malheureusement pas à ces "gamineries" ?

Écrit par : Marie-Pierre | 31 juillet 2013

Merci de votre soutien.
Nous espérons qu'il ne faudra pas déplorer un accident pour une intervention "responsable et ferme" pour reprendre vos termes.
Et comme nous l'avons dit, nous vous tiendrons au courant des suites de cette pétition qui démontre aussi que l'action citoyenne est possible quand elle s'organise

Écrit par : Administrateur | 31 juillet 2013

Les commentaires sont fermés.