Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« "Bougez autrement" | Page d'accueil | Candidature aux élections municipales de mars 2014 »

19 septembre 2013

Pour nos moins de trois ans

Depuis les débats sur les rythmes scolaires et la "Refondation de l'école", la question de la scolarisation des enfants de moins de trois ans revient de façon récurrente.                                                                 école maternelle.jpg

Comme les autres communes de la Communauté d'agglomération, Guyancourt, "terre d'éducation", favorise la scolarisation des enfants de moins de trois ans. Une fois que l'enfant est propre, il peut intégrer la "petite section" de la maternelle.

Cette facilité ne fait pas l'unanimité, ni auprès des pédopsychiatres ni chez les professeurs des écoles qui éprouvent souvent des difficultés à gérer ces deux âges différents : les apprentissages de la première année de maternelle ne sont pas adaptés à des enfants de 2 ans, un âge qui n'a pas encore la maturité pour vivre dans un milieu trop encadré, trop bruyant : l'étape de socialisation à l'école n'est pas encore acquise. 

Les parents ne sont pas non plus tous d'accord avec cette scolarisation avant trois ans qu'ils jugent trop précoce: les jeunes enfants ont encore besoin d'un autre environnement affectif que celui d'une classe malgré tout le soin que peut apporter une ATSEM  (Agent Territorial Spécialisé des Ecoles Maternelles) chargée d'aider le personnel enseignant dans l'animation  et l'hygiène des très jeunes enfants ainsi que dans la préparation du matériel nécessaire à la clase.

L'accueil des enfants de deux ans se conçoit dans une classe maternelle située dans un environnement social défavorisé pour permettre à des enfants qui n'ont jamais évolué dans un milieu collectif de se préparer à l'école maternelle", donc, pour reprendre les termes du Ministère de l'éducation, quand elle correspond à des besoins et se déroule dans des conditions adaptéesCette scolarisation requiert une organisation des activités et du lieu de vie qui se distingue nettement de ce qui existe dans les autres clases de l'école maternelle… Elle doit être pensée dans une logique d'articulation avec celles-ci [les autres structures pouvant accueillir ces enfants] et donc faire l'objet d'une concertation au niveau local. [le surlignage n'est pas dans le texte du Ministère]

C'est dans cette logique que le ministère favorise les "classes passerelles" qui répondent à ces critères de personnel, d'adaptation des structures d'accueil, d'accompagnement à la fonction parentale. C'est ce qu'un rapport des ministères de l'Education Nationale et à la famille et à l'enfance préconisait voici plus de 10 ans alors qu'ils estimaient que la généralisation de l'accueil des moins de trois ans n'était pas envisageable.

C'est donc aux collectivités territoriales en concertation et en co-élaboration avec tous les acteurs concernés : parents, Education Nationale d'offrir un véritable projet permettant aux familles qui le désireraient une adaptation progressive entre modes de gardes habituels et monde de l'école plutôt qu'un accueil en école maternelle trop précoce.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.