Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2015-10 | Page d'accueil | 2015-12 »

29 novembre 2015

Elections Régionales

Dans une semaine, le premier tour des élections régionales sera terminé, chacun comptera ses voix et pensera au 2eme tour !                régionales-2015.jpg

Le Mouvement Démocrate francilien , donc notre département, a choisi de soutenir la liste de Valérie Pécresse dès le 1er tour.

Pourquoi ?  Et pourquoi  dès le 1er tour ?

Les "alliances " d'entre les deux tours sont le plus souvent des discussions de places ( "on donne ceci contre cela") entre le dimanche soir, après les résultats, et le mardi au moment des dépôts des listes. Ce n'est plus un rassemblement, mais une combinaison entre appareils.

Nous n'avons pas voulu de ces discussions à la va vite, mais un partenariat sur un projet, qui incluait des  propositions que nous avions travaillées : transports, environnement, formation. Aucun de celles et ceux qui soutiennent la liste de Valérie Pécresse ont l'impression de perdre leur indépendance ni leurs valeurs centristes.

Ce n'est pas un virage à droite (l'argument est maintenant devenu trop éculé), mais un rassemblement sur un projet, pour gérer autrement une région malmenée depuis bien trop longtemps.

Quels états démocratiques ne pratiquent pas aujourd'hui des gouvernements de coalition ? Sont-ils accusés de virage à droite, ou à gauche, ou taxés de "girouettes" ? Jusqu'à quand faudra-t-il entendre ces réflexions qui réduisent la vie politique, et donc le choix des Français à un mode binaire ?

Régionales : quels enjeux pour le MoDem ?

Robert Rochefort (Député européen, Vice Président du MoDem)  y répond dans l'émission "C à dire ?!" sur France 5. Le lien sur cette vidéo est ICI

Le projet de Valérie Pécresse est ICI

Pour aider à mieux connaître les compétences des régions et leur importance dans notre vie quotidienne : une vidéo ICI

MoDem Guyancourt

 

17 novembre 2015

Attention, un seul accès à la mairie

Si vous désirez vous rendre à la mairie, attentionmairie-guyancourt-entrée-principale.jpg

En raison du Plan Vigipirate Alerte Attentat, l’accès à l’Hôtel de Ville côté Ferme de Bel Ebat n’est plus autorisé jusqu’à nouvel ordre.

 En vous remerciant par avance de votre compréhension

               Photo Entrée principale

 

16 novembre 2015

Hommage national aux victimes des attentats à l'Hôtel de ville

Conformément à la demande du Président de la République, les trois jours de deuil national seront les dimanche 15, lundi 16 et mardi 17 novembre afin de rendre hommage aux victimes. 
L'ensemble des concitoyens doit pouvoir se joindre à cet hommage. Les employeurs ont été invités à permettre à leurs salariés d'y participer.

A GUYANCOURT, CET HOMMAGE SERA RENDU À L'HÔTEL DE VILLE, LE LUNDI 16 NOVEMBRE À 12 H.

site de l'Hôtel de ville de Guyancourt

république-deuil.jpg

14 novembre 2015

Unité et solidarité

Notre pays vit des heures tragiques. L'horreur a frappé Paris et Saint-Denis. Toutes nos pensées vont vers les victimes, vers leurs proches, vers tous ceux qui ont vécu cette tragédie.fond noir deuil.jpg

Face à cette horreur, il nous faut rester solidaires et unis. "Le terrorisme n'a pas de religion, pas de couleur, pas de Dieu, hormis celui de la mort".(N Griesbeck)

Trois mots d'ordre nous guident: unité, solidité, solidarité (@F.Bayrou)

Guyancourt en Mouvement           

bougie-deuil.jpg

08 novembre 2015

Trois pas en avant, trois pas en arrière

Attardons nous sur trois décisions du gouvernement prises et supprimées cette dernière semainederouler-tapis.jpg

  • Les impôts locaux et la demi-part dite des veuves et veufs

Le secrétaire d'État au Budget, Christian Eckert, annonce au JDD des mesures en faveur des 250.000 retraités modestes qui sont désormais contraints d'acquitter des impôts locaux alors qu'ils étaient jusque-là exonérés.

D'abord, cela [la situation des retraités nouvellement imposés] n'est pas acceptable et nous allons faire tout ce qui est nécessaire pour rétablir les choses… Cette situation est la conséquence directe d'une décision prise en 2008, par le précédent gouvernement, de suppression de la demi-part dite des veuves, mais qui concerne également les parents isolés. Il s'agit donc d'une bombe à retardement que nous ont laissée nos prédécesseurs. (Journal Du Dimanche, 31 Octobre)

Ceci est exact. En 2008, le gouvernement précédent a supprimé la demi-part des veufs et veuves; cette mesure est effective pour les impôts de 2014, donc les retraités veufs ou veuves qui ne payaient pas d'impôts locaux sont imposés ou, s'ils en payaient, voient leur note augmenter.

Ce qui "n'est pas acceptable" en 2015, l'était en 2012 puisque la mesure est restée ?

Finalement, face aux demandes insistantes des députés de sa majorité, en campagne sur le terrain, le gouvernement a fait marche arrière :

Nous voulons que les personnes qui étaient exonérées jusque-là continuent à bénéficier de cette exonération en 2015. Nous allons préparer une disposition législative en ce sens. Les personnes concernées qui auraient déjà payé ces impôts en 2015 seront remboursées (quand ?) sans démarche particulière.

Aucun calcul d'impact n'a été fait par Bercy avant l'inscription de cette disposition dans la loi de finances ? En fait, il s'avère que le gouvernement actuel connaissait le problème… mais a oublié de s'en occuper (!). Il a donc fallu agir dans l'urgence, rétropédaler et réparer ce "dysfonctionnement".

Pourtant trois exemples illustrent le fait que des mesures prises sous l'ancien gouvernement peuvent être supprimées:

-Le taux normal de TVA est resté à 19,6 %, au lieu de passer à 21,2 %, comme le prévoyait le gouvernement de N Sarkozy. Il est vrai qu'elle renaît sous une autre forme lors de la loi de finances rectificative pour 2013 lorsque le taux "normal" passe à 20 %.

-François Hollande rétablit l'ancien barème de l'impôt de solidarité sur la fortune, en vigueur avant la réforme de 2011 par le gouvernement précédent.

-En septembre 2012, la révision générale des politiques publiques instaurée par Nicolas Sarkozy est supprimée. Il est vrai qu'en décembre de la même année, elle est remplacée par la loi dite de "modernisation de l’action publique" (MAP), pratiquement la même sous un nom différent !

  • Allocation "adulte handicapé"

Devant l’unanimité des critiques, le gouvernement a revu sa copie sur la réforme du calcul de l’allocation aux adultes handicapés (AAH). Mardi 3 novembre au soir, la secrétaire d’Etat aux personnes handicapées, Ségolène Neuville, a annoncé le retrait de cette disposition du projet budget 2016.(Le monde" 4Novembre)

Le nouveau calcul prévoyait de prendre en compte les intérêts non imposables des comptes d’épargne, tels que le Livret A, dans le cadre d’un processus d’harmonisation entre minima sociaux : un « racket " (président du groupe UDI, Philippe Vigier), une "recette de poche" (Association des paralysés de France), « une recette de poche illusoire, vexatoire, blessante pour les familles » (groupe des députés socialistes à l'Assemblée nationale).

  • Réforme de la Dotation Globale de Fonctionnement (DGF), la principale dotation de l'Etat aux collectivités territoriales.

La pression des élus locaux (et la perspective du Congrès des maires dans moins de deux semaines) a eu raison de la réforme de la DGF prévue à la baisse. Les principes de la réforme sont maintenus, mais la mise en œuvre est reportée au 1er janvier 2017, et non au 1er Janvier 2016 comme prévu. Il y a "encore un travail de simulation à effectuer" par les services (Source, "Les Echos").

Le Premier Ministre a justifié ce report par le fait que la nouvelle carte intercommunale ne sera achevée qu'en mars 2016. Mais ceci n'est pas un élément nouveau : les changements à venir dans la carte intercommunale sont connus depuis longtemps.

Tout ceci témoigne d'improvisation et d'amateurisme. Si ces mesures étaient mauvaises, pourquoi les prendre ? Chacun peut se tromper, mais la responsabilité d'un homme d'Etat est de prévoir : "Gouverner, c'est prévoir; et ne rien prévoir, c'est courir à sa perte" (Emile de Girardin).

Trois mesures fiscales annoncées, donc prévues depuis longtemps (à moins de penser que l'improvisation est encore plus grave que celle que l'on voit), trois reculs dans une semaine ! Trois pas en avant, trois pas en arrière ! Cet immobilisme conjugué à ce sentiment d'improvisation ne sont pas faits pour donner confiance aux citoyens: ni confiance dans le gouvernement, ni confiance dans les hommes politiques en général, de quoi dérouler un tapis rouge aux populismes de tous bords.

 

Guyancourt en mouvement