Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Votre avis sur plusieurs projets d'urbanisme ? | Page d'accueil | Pause estivale »

25 juin 2016

Brexit

« L’Europe se fera dans les crises et elle sera la somme des solutions qu’on apportera à ces crises " Jean Monnet        Brexit, guyancourt en mouvement

Les Britanniques ont choisi; ils avaient toujours eu un pied en dehors de l'Union, ils ont voulu rester une île. Le bientôt "futur ex Premier Ministre" a choisi la voie d'un référendum sur l'Europe pour régler un problème de politique intérieure, faisant de l'Union européenne "l'otage d'une querelle au sein du parti conservateur" (communiqué de Guy Verhofstadt). David Cameron a raté son pari, il n’a pas réussi le compromis qu’il avait obtenu » (Robert Rochefort, LCI). En voulant conforter sa position au sein de son parti, il a déchiré son pays, creusé la fracture intergénérationnelle, sorti son pays de l'Union européenne : une situation qui devrait pousser des dirigeants politiques à réfléchir quand ils confondent les affaires de partis et les intérêts du pays !

Les conséquences pour le Royaume Uni seront certainement importantes et auront des retombées européennes: que vont faire les Ecossais, les Irlandais qui ont voté pour le maintien dans l'Union européenne ? Ce n'est pas seulement un problème anglais. La liste des conséquences s'allongera car qu'on le veuille ou non, aucun état ne peut plus être une île dans un contexte de mondialisation que l'on peut dénoncer mais non supprimer. Retrouver son indépendance, retrouver ce qu'on était "avant" : comment oser dire et croire que c'est possible au XXIème siècle ?

Il faut profiter de cette crise pour aller de l'avant, sans précipitation, avec les états qui le veulent. Après une campagne virulente, menée à coups de mensonges- contre l'émigration en particulier-, les anglais ont voté contre l'Europe, celle des chefs d'état, des "technocrates" (que met on derrière ce terme ?); alors faisons une Europe avec et pour les citoyens, construisons le "projet européen" du vingt-et-unième siècle avec de nouvelles perspectives ambitieuses, adaptées au monde d'aujourd'hui et compréhensibles par tous les Européens.

Les Anglais ne voyaient dans l'Europe qu'un grand marché, allons maintenant vers une Europe politique sociale, économique, et culturelle, en veillant à la sécurité de nos frontières extérieures; une nouvelle " Europe pour les Européens"(Nathalie Griebeck). Peut-on continuer à détricoter l'Europe en laissant les chefs d'état décider de notre sort entre les murs feutrés du conseil européen ? Ce temps est révolu: les peuples des Etats membres doivent être au centre du débat. Refaire l'Europe passera par un nouveau contrat démocratique entre les citoyens européens et les institutions européennes. " Nous sommes dans une Europe diplomatique, il faut faire une Europe démocratique". Les Européens doivent savoir "ce que l’on prépare pour octobre, novembre, décembre au sein de l’Union européenne. Pour l’instant cela n’a jamais été fait" (F Bayrou Europe 1)

L’Union européenne doit profiter de ce changement afin de retrouver sa dynamique : “De plus en plus d’européens ont le sentiment que l’Europe n’est pas capable de répondre aux crises multiples auxquelles nous sommes confrontés aujourd’hui. L’UE s’est trop attardée à vouloir régler de petites choses, sans proposer de solutions satisfaisantes aux grands problèmes dont les citoyens se soucient davantage : la crise des réfugiés, la crise économique et la crise de la sécurité.(Guy Verhofstadt) Encore faut-il des chefs d'état capables d'avoir la volonté politique de proposer un nouveau projet, de le mener et de redonner confiance aux citoyens. Nous avons besoin de chefs d'état et de gouvernement vraiment européens, qui ne donnent pas à l'Europe le rôle de bouc émissaire portant sur son dos tous les maux de leurs pays.

Repenser la dynamique européenne, "travailler, réfléchir, appréhender une voie européenne qui soit celle d’une Europe coopérative" demande un leadership, pour le proposer, pour l’initier et je crains que de ce point de vue là, la France, malheureusement, soit actuellement aux abonnés absents" note Marielle de Sarnez (France Culture).

Cette question devra être au cœur de la campagne présidentielle de 2017. "Les européens qui croient encore à l’Europe doivent se mobiliser pour qu’elle puisse trouver la possibilité de sortir de l’impasse dans laquelle elle est » (Robert Rochefort). Pour le Mouvement Démocrate, ce sera en effet un élément primordial du projet présidentiel !

Guyancourt en Mouvement

Source des documents cités (tous du 24 juin) : Guy Verhostadt, Président de l'Alliance des Démocrates et Libéraux (ADLE) au Parlement Européen François Bayrou, Europe 1 Marielle de Sarnez, France culture et France Info Robert Rochefort, LCI Nathalie Griesbeck, communiqué

Commentaires

Au risque d'en froisser certains, je pense que le BREXIT est la meilleure bonne nouvelle de ces derniers mois.

LA GRANDE-BRETAGNE s'est toujours opposée à l'Europe tout en bénéficiant de ses largesses.

A deux reprises, en 1963 et en 1967, Le Général De Gaulle , qui connaissait bien les Anglais, s'était opposé à l'entrée de LA GRANDE-BRETAGNE dans le Marché Commun, car il pensait qu'elle était le cheval de Troie des Américains, ce qui s'est révélé exact par la suite.

Lorsque les Britanniques ont vus qu'ils ne pourraient jamais dominer l'Europe, ils n'ont eu de cesse d'enrailler son mécanisme jusqu'à ce jour.

Voilà pourquoi je dis que le Brexit est une bonne nouvelle à condition, toutefois que l'Europe sache saisir cette occasion pour se remettre en question, prendre conscience de ses faiblesses, de ses dysfonctionnements pour repartir ensuite vers une Europe unie et solide.

A mon sens, le vrai danger pour l'Europe n'est pas le Brexit mais le TAFTA , en cours de "négociation" , c'est à dire le traité de libre échange transatlantique qui sera au seul profit des Etats-Unis et des Mutlinationales Américaines si l'on y prend pas garde.

Ce traité, s'il est signé en l'état est un réel danger pour les Entreprises Européennes et un réel danger pour L'Europe en général avec de multiples répercussions négatives tant sur le plan économique que sur le plan environnemental .

Voilà pourquoi tous les pays de l'Union doivent réagir
ensemble pour que vive l'Europe !

Philippe FAUCHER

Écrit par : Philippe FAUCHER | 26 juin 2016

Tout à fait d'accord si cette partie de phrase est vérifiée :" le Brexit est une bonne nouvelle à condition, toutefois que l'Europe sache saisir cette occasion pour se remettre en question, prendre conscience de ses faiblesses, de ses dysfonctionnements pour repartir ensuite vers une Europe unie et solide", car sans cette "condition" beaucoup d'Anglais, les jeunes en particulier regretteront cette décision. Quant au "TAFTA", il y a beaucoup d'agitation sans trop savoir exactement ce dont il est discuté; les parlements nationaux devront de toute façon se prononcer; peut-être le Pt (actuel) aura-t-il enfin dit aux Français la mission donnée pour les négociations, ce qui ne veut pas dire étaler toutes les cartes sur la table des négociations en cours, mais tout simplement, expliquer aux Français ce dont il s'agit.
Merci de votre commentaire

Écrit par : Administrateur | 26 juin 2016

Les commentaires sont fermés.