Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 juin 2015

Egalité des chances ne veut pas dire nivellement par le bas

Le projet de réforme du collège a déclenché une protestation massive qui va bien au-delà des clivages politiques habituels. Face à cette  protestation,  la Ministre de l'Education et le chef de l'Etat ont répondu par le mépris envers ces "pseudo intellectuels", conservateurs, immobiles …                                                                             guyancourt en mouvement, réforme du collège

Même si des modifications sont annoncées- révision des thèmes optionnels et obligatoires en histoire-, trop d'aspects négatifs sont encore inscrits dans ce projet (qui n'en sera bientôt plus un). Parmi ceux-ci, quelques-uns sont inacceptables pour l'avenir de nos enfants.

Il faut défendre les classes bi-langues et les sections européennes pour plusieurs raisons. De plus, plusieurs interrogations posées par les parents et les enseignants sont sans réponse, quant aux causes et aux supposés "plus" apportés par cette réforme.

-Qu'en est-il de l'apprentissage de l'allemand ?

Les classes bi-langues seront maintenues… pour les élèves ayant commencé l'apprentissage de l'allemand en primaire. Or, à part les régions du NE et de l'Est, cette langue est peu enseignée en primaire. Le résultat de cette réforme serait donc le recul de cette langue sur presque tout le territoire. Bien sûr, chacun est libre de son choix; mais faut-il rappeler que l'Allemagne est notre premier partenaire commercial: 17%, bien loin devant la Chine et l'Espagne, 6%. Les entreprises recherchent des germanistes : voilà un parcours à développer alors que l'Etat cherche, à grands renforts d'aides, des débouchés professionnels pour les jeunes !  Dans une Europe en difficulté, dans laquelle le couple franco-allemand est souvent moteur, peut-on vraiment connaître notre premier partenaire en ignorant sa langue, et finalement sa culture et ses habitants ?

La ministre de l'Education Nationale annonce l'avancée de l'apprentissage de deux  langues étrangères en 5éme, (et non plus en 4éme)  mais réduit l'horaire à deux heures hebdomadaires-trop peu pour un apprentissage correct- et supprime les classes bi-langues.

Dans la foulée, les "sections européennes" seront supprimées : ces classes permettent des horaires renforcés et l'enseignement d'une discipline (souvent l'histoire) en langue étrangère.

La ministre oublie surtout que l'apprentissage d'une langue étrangère va de pair avec celui de la langue française. Comment apprendre une, voire deux langues quand on ne maîtrise pas la lecture dans sa propre langue ? Le cœur de toute réforme est là, et cette question est totalement éludée. La réforme du collège passe par celle du primaire.

Pourquoi ces suppressions ?

-Parce que ces sections ont peu d'élèves?  N'est-ce pas prendre le problème par le mauvais côté ? Puisque des parents, enseignants, proviseurs, élèves, sont satisfaits de ces cursus, au lieu de supprimer ce qui marche, ne faudrait-il pas les encourager ?

-Parce que ces cursus sont réservés à une élite ? Pourquoi des établissements  classés en zone dite "prioritaire" ont-ils créé, et réussi, des classes européennes qui favorisent la mixité sociale ? Les enfants de tous milieux les fréquentent, participent aux voyages de découverte des pays dont ils étudient la langue, Italie, Allemagne, Grèce, Espagne : une  fenêtre ouverte sur le monde pour tous se ferme, sauf pour les familles qui ont les moyens…  Egalité des chances ?

-Parce que chacun connaît quelqu'un qui connaît un professeur mal préparé à ces classes européennes (en oubliant les professeurs connus pour leur engagement et leur motivation !) ?Pourquoi ne pas développer la formation des enseignants au lieu de supprimer leur enseignement ? Pourquoi ne pas travailler avec les länder allemands, ou les provinces espagnoles,  à un accroissement des échanges et de la mobilité des professeurs ? Pourquoi au lieu de demander moins d'Europe, ne pas demander plus d'Europe de l'Education en créant un "cursus européen" qui s'appuierait sur la diversité et la richesse des états et de leur culture ?

Le latin et le grec seront-ils supprimés ? Bien sûr que non,  répond la Ministre. En effet, dit-elle, au lieu s'une option  réservée à une élite peu nombreuse, tous les élèves pourront découvrir ces langues dans un des modules intitulé "langues et cultures de l'antiquité", qui viendra après ou avant le "développement durable", avant ou après "corps, santé bien être et sécurité" ….. Six thèmes seraient ainsi choisis sur huit obligatoires, à raison de deux par an... soit quatre mois par thème ! Ce n'est même plus un vernis de culture !

Ces  modules se déclineront dans le cadre des EPI - Enseignements Pratiques Interdisciplinaires-. Comment les principaux des collèges vont-ils jongler avec les emplois du temps pour mettre en même temps des enseignants de disciplines différentes devant les mêmes élèves, et ce avec trois niveaux différents-5éme, 4éme, 3éme-, chacun avec plusieurs classes, et en dégageant des heures communes de préparation pour les enseignants  ?

Rendre obligatoire ce qui se fait déjà-bien souvent-, mais dans un cadre souple basé sur le volontariat est voué à l'échec.

 Certes, ces options, sont suivies par peu d'élèves, mais au lieu de dire "supprimons puisque peu suivies", le mieux n'était-il pas de chercher à regarder ce qui marche dans certains collèges et se donner les moyens de l'étendre à d'autres établissements ? C'est aussi mépriser les enseignants qui se battent et se sont battus pour innover dans ces disciplines!  Un syndicat, -le SNES-FSU-  préconise, à la place de ces EPI, qualifiés de "poudre aux yeux", la découverte des langues et de la culture ancienne en classe de 6éme, dans le cadre des cours de français, afin que le choix en 5éme soit motivé. Après, la décision appartiendra aux parents et élèves, mais une possibilité sera offerte.

L'Education Nationale a comme mission d'offrir le meilleur pour tous, de permettre à chacun, dans tous les lieux du territoire,  d'aller le plus loin possible : c'est cela l'égalité des chances, un principe bien différent de l'égalitarisme qui nivelle par le bas !  

C'est pour toutes ces raisons, que nous vous invitons à signer la pétition : "appel pour un collège de l'exigence", adressée à M. Le Président de la République.

https://www.change.org/p/m-le-pr%C3%A9sident-de-la-r%C3%A...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

30 mai 2015

Conseil Communautaire du 28 Mai

Tout comme le conseil municipal de Guyancourt, deux jours avant, le conseil communautaire du 28 Mai a été perturbé par une manifestation mais sur un  autre sujet: celui du budget et en particulier de la culture. conseil communautaire.jpg

Voir la vidéo de TVFil 78 ci-dessous :

http://www.tvfil78.com/societe-mobilisation-pour-la-cultu...

et notre note précédente

28 mai 2015

Conseil municipal du 26 Mai 2015

 

 

Les trois élus du groupe "Unis pour Guyancourt" on lu une budget-2.jpgdéclaration en réaction à la lettre de M le Maire dénonçant le budget voté à la Communauté d'agglomération.

Le texte de la déclaration est ci-dessous

 

Réaction du groupe « Unis pour Guyancourt » à la lettre de Mr le Maire concernant le vote du budget de la Communauté d’Agglomération de Saint-Quentin en Yvelines (CASQY)

 

  Dans cette lettre adressée aux Guyancourtois, doublée d'une lettre aux Présidents d'associations, les deux sur papier à entête de la Mairie de Guyancourt et même, dernièrement, de l’éditorial du Guyancourt magazine, Monsieur le Maire prend personnellement à partie le président de l’agglomération sur le budget 2015 de la CASQY et appelle à être extrêmement mobilisés face aux conséquences graves des choix.

 

Les services de proximité, le caractère social et solidaire du projet de notre territoire, le dynamisme de ses acteurs  pour reprendre les termes de M Le Maire, seraient donc menacés, même s’il reconnaît que dans le contexte économique très contraint, il est essentiel de maîtriser les dépenses et d'évaluer au plus juste les besoins, ce que doivent faire les collectivités territoriales, à tous niveaux, les Communautés d’Agglomération (CA) comme les communes.  

 

C'est pour cette raison que nous estimons que le budget présenté par la CASQY est un budget sérieux, responsable et courageux.  

 

Il l'est déjà à court terme. 

 

-La nouvelle majorité a fait réaliser des audits détaillés, dont les résultats imposent à l'exécutif de repenser jusqu’à l’organisation des services et l’affectation des budgets de la CA, suivant un principe fondateur simple : la priorité aux compétences de base.  

 

-Le nouvel exécutif de la CASQY considère que la réorganisation de certains de ses services est nécessaire. La mutualisation de certaines activités, organismes et équipements intercommunaux relevant de sa responsabilité est incontournable pour réaliser des économies.

 

C'est ainsi que des regroupements d'activités économiques ou culturelles du territoire seront effectués, et non supprimés, pour permettre une meilleure fréquentation saint-quentinoise et donc leur assurer une meilleure attractivité : c'est le cas de la Maison de la poésie qui n'est donc pas directement menacée de fermeture 

 

Quant au niveau des subventions allouées aux associations, il tient compte des priorités données par ce nouvelexécutif.

 

En effet, et ceci n'apparaît pas dans les courriers adressés aux Guyancourtois, la Communauté d'agglomération souhaite privilégier ses  « Compétences de base » et laisse  donc à chacune des  communes les compétences qui sont de son ressort et de sa responsabilité.  

 

La culture n'est pas sacrifiée, comme il est dit dans le courrier, ni une variable d'ajustement tant qu’elle relève des compétences de la Communauté d'agglomération.

 

Rappelons ici que Guyancourt est l’une des villes de la Communauté d'agglomération les mieux dotées en équipements collectifs, particulièrement à vocation culturelle. Bons nombres furent financés, en leur temps, sur les budgets de la CA.

 

La réalité est difficile à voir mais Guyancourt doit aussi faire des économies et probablement revoir ses ambitions sous peine, pourquoi pas, d’une prochaine hausse des impôts locaux?  

 

Nous resterons vigilants sur ce dernier point …. 

 

Conformément au Pacte financier[voté par les sept communes, NDLR], ce budget maintient les dotations aux communes par rapport à l'année précédente, pour tout ce qui concerne les investissements par l'intermédiaire des "fonds de concours"[50% financés par la communauté d'agglomération, 50 % par la commune, NDLR]. La stabilité financière des communes est donc maintenue, ce qui est une formidable chance et la garantie du développement économique du territoire, ce qui permet donc de se projeter aussi sur le long terme. 

 

Ce budget 2015 de la CASQY est donc un budget sérieux, responsable et courageux car il illustre une vision sur le long terme.  

 

Il permet en effet: 

 

-De continuer le désendettement de la CASQY (4 M€, au moins), comme cela est prévu dans le pacte financier. 

 

-De prendre en compte le contexte économique en ne répercutant pas l’accélération de la baisse des dotations de l’état (plus de 5 M€, soit 5% de plus qu’en 2014) donc, de n'alourdir ni l’imposition des habitants de la CASQY ni celle des entreprises. 

 

-De maintenir l’investissement (47 M€) nécessaire à l’attractivité de notre territoire ainsi que la solidarité entre les communes (38 M€ de fonds de concours).  

 

-D’inscrire la CASQY dans un développement économique soutenu, afin d’attirer de nouvelles entreprises qui sont seules créatrices d’emplois, et ce, dans un contexte de compétition exacerbée avec d’autres territoires.  

 

Pour conclure, Il n’est plus temps, pour la gauche, de s’arroger les monopoles de la solidarité, de la vie associative et de la culture : ces valeurs, nous les partageons aussi.

 

Mais aujourd’hui, il nous faut agir en élus responsables, conscients de l’environnement économique et social dans lequel nos concitoyens évoluent soit, en quelques mots : « faire mieux avec moins, être inventif et créatif » 

 

Le Président de la CASQY et sa majorité ont construit ce budget sans alourdir l’impôt et en évaluant chaque dépense à l’aune de son efficacité pour chaque Saint-Quentinois.  

 

Les élus et membres de l’équipe « Unis pour Guyancourt » partagent cet esprit de sérieux, de responsabilité et de courage ayant conduit à l’élaboration de ce budget. 

 

Annick Cavelan, Jean-Loup Carriat, Philippe Chancelier

 

En dehors de cette déclaration, la séance du Conseil fut suspendue 3/4 d'heure par une manifestation de représentants de la Communauté musulmane.

La  séance a repris après que M le Maire ait pris l'engagement de recevoir une délégation dans les huit jours.. .A suivre !

 

Voir la vidéo ci-dessous sur ce sujet (source, TVfil 78)

http://www.tvfil78.com/guyancourt-des-musulmans-reclament...

 

23 avril 2015

Unis pour Guyancourt

Une note du 31 Mars vous informait de la déclaration lue au Conseil municipal de ce jour ( voir la note ci-dessous).               tract-UPG.jpeg

http://www.guyancourt-en-mouvement.eu/archive/2015/03/ind...

Cette déclaration faisait part au Conseil et aux Guyancourtois de la décision de trois élus de l'opposition (dont Jean-Loup Carriat)  de quitter l'association "Osons Guyancourt" et de travailler ensemble au sein du groupe "Unis pour Guyancourt".

Vous trouverez ci-dessous le tract distribué dans les boîtes à lettres de notre commune dans le but d'informer plus largement les habitants de notre décision.

Le tract est ICI

Bonne lecture

17 avril 2015

Quel avenir pour la Communauté d’agglomération de Saint-Quentin en Yvelines dans le cadre du Schéma Régional de Coopération Intercommunale ?

Les élus locaux ont repoussé la proposition du préfet, en substituant au projet CASQY-2016.jpgd'une collectivité territoriale de 800 000 habitants, deux établissements publics à taille humaine :

-Versailles Grand Parc étendu à Vélizy

-La Communauté d'Agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines étendue à la Communauté de Communes de l'Ouest Parisien (Plaisir, Villepreux, Les Clayes-sous-Bois)  et aux communes de Coignières et de Maurepas. La nouvelle Communauté d'Agglomération comptera ainsi plus de 230 000 habitants (voir la carte ci-dessus : source CASQY).

Les deux autres agglomérations de l'Essonne se regroupent, conformément à leur vote.

Quel avenir pour la Communauté d'Agglomération qui devrait naître en janvier 2016?

Malgré les incertitudes législatives (la Loi NOTRe qui doit étudier les compétences des nouvelles collectivités territoriales est toujours en discussion au Parlement), le Mouvement Démocrate des Yvelines a réfléchi aux défis posés par ces réformes. Il a présenté ses conclusions à Maurepas, le 15 Avril

Maurepas-SRCI-2.JPG

 

 

Voici quelques-unes de ses remarques ...

 

 Le MoDem 78 reconnaît la précipitation de cette réforme territoriale, et dénonce les incertitudes qu'elle soulève. Cependant, prenant acte de la loi, nous incitons à sa mise en œuvre de façon intelligible et dans l'intérêt de nos concitoyens.

Les enjeux liés à la mise en œuvre du schéma Régional de Coopération Intercommunale sont d'ordre politique, économique et humain.

A l'heure où l'Etat se désengage, rassemblons-nous pour réduire nos dépenses publiques, tout en offrant aux Saint-Quentinois des services publics de qualité par l'affirmation de projets communs.

Il s’agit pour Saint-Quentin en Yvelines, d'affirmer ses ambitions face à la prééminence du Grand Paris et, d’organiser au mieux la gouvernance et les compétences, afin que les communes membres disposent des moyens de leur action. L'enjeu sera également de créer un environnement économique favorable pour que nos entreprises locales gagnent en compétitivité.

... et de ses propositions

Saint-Quentin en Yvelines doit se définir une ambition commune au nouveau territoire pour atteindre un niveau d’intégration de compétences lui permettant de relever les défis de demain

Dans un second temps, Saint-Quentin en Yvelines devra poursuivre le dialogue avec les habitants en développant des structures de démocratie locale comme un Conseil de Développement étendu à la nouvelle communauté d’agglomération; il doit être le moyen de faire participer les habitants aux projets de leur territoire et donc de se l’approprier.

La nouvelle Communauté d'Agglomération devra continuer à participer activement à la mise en œuvre du Contrat de Développement Territorial (CDT Saint-Quentin/Versailles/Vélizy), ce qui viendra renforcer les liens entre les Communautés.

Il nous apparaît aussi important de réfléchir avec eux au rapprochement avec certaines communes de la Communauté de Communes  Vallée de Chevreuse, ce qui aurait un sens tant en terme de bassin de vie que de renfort d’accès transport à la communauté d’agglomération.

C'est en faisant preuve d’écoute, d'audace et de volonté de dépasser les particularismes de communes au profit de l’intercommunalité, qu'il nous faut nous mettre au travail pour bâtir cette nouvelle intercommunalité. Ne perdons plus de temps, la recherche d’efficacité des politiques publiques doit l’emporter sur toute autre considération, afin que des synergies utiles se dessinent au profit de l'intérêt général et des acteurs économiques de nos territoires.

La réelle maîtrise des dépenses, imposée par le contexte social et économique actuel n’existera qu’à la condition de l’engagement de tous les échelons territoriaux (département, communautés d’agglomération, communautés de communes et communes) de se doter d’un socle commun et engageant et d’accompagner la mutualisation des ressources de son volet économique et humain (analyse économique et sociale globale à réaliser). Ce socle commun doit privilégier la portée de l’intérêt communautaire.

Jean-Loup Carriat et l'équipe GGC