Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31 août 2014

Une rentrée demain et des réformes pour après-demain !

L'équipe de Guyancourt en mouvement souhaite une très bonne rentrée à tous ses lecteurs. Nous pensons particulièrement à tous les jeunes qui vont retrouver le chemin de l'école (et de nouveaux emplois du temps et horaires pour les primaires !).

rentrée-4.jpg

 

La rentrée sera aussi très studieuse et chargée pour les élus de Saint-Quentin-en-Yvelines et donc de Guyancourt.

 Le mois de juin a connu le projet de réforme des régions, celui de septembre voit celui de "schéma régional de coopération intercommunale" présenté par le  préfet de région ce jeudi 28 Août.

 Avec la délimitation du futur périmètre de Saint-Quentin, voilà deux projets qui sont liés et vont faire couler de l'encre, déchaîner les passions et occuper les élus pendant plusieurs mois.

réforme territoriale.jpg

 De quoi s'agit-il ?

Ces  projets s'inscrivent dans plusieurs réformes qui sont des déclinaisons du  projet d'ensemble de la réforme territoriale.

 La loi dite " MAPTAM" (Modernisation de l'Action Publique Territoriale et de l'Affirmation des Métropoles)  de Janvier 2014 organise le "schéma régional de coopération intercommunale".

 Il prévoit la création de la Métropole du Grand Paris au 1er Janvier 2016. C'est un EPCI (Etablissement Public de Coopération Intercommunale" ) de 121 communes, dont Paris et les communes de la "petite couronne" (voir carte interactive de l'Institut d'Aménagement et d'Urbanisme de l'Ile de France) :

http://www.iau-idf.fr/fileadmin/user_upload/Enjeux/MGP/ca...

 Un des objectifs essentiels de cette future Métropole est de résorber la crise du logement, mais elle dispose aussi des compétences de la politique de la ville et du développement économique, social et culturel sur son territoire qui comptera  plus de 6 millions de franciliens soit la moitié de la population régionale.

 Aux côtés de cette Métropole sont situées, donc en grande couronne (Seine et Marne, Essonne, Yvelines, Val d'Oise), les intercommunalités (exemple, notre Communauté d'agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines, de presque 150 000 habitants aujourd'hui) qui doivent atteindre au minimum 200 000 habitants en Janvier 2016. Sur ce projet, on peut voir la note du 21 juin sur ce blog qui fait allusion à ce futur périmètre, et en conséquence, aux futurs débats qui auront lieu entre les sept communes, celles qui désirent, ou non nous rejoindre, pour déterminer quel "Grand St Quentin " sera créé : les sept communes actuelles, plus Plaisir, Les Clayes, Villepreux, Maurepas, Coignières .. ? Un autre périmètre ? En tout cas, c'est un enjeu important pour notre agglomération.

 L'article 11 de la loi "Maptam" prescrit l'inscription de ces intercommunalités de 200 000 habitants dans un schéma régional de coopération intercommunale qui recouvre les quatre départements de grande couronne, donc celui des Yvelines.

 Ce schéma doit permettre de porter des projets de développement de grande envergure économique.

Pour cela, dans notre secteur, le Préfet de région prévoit la fusion des communautés d'agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines, Versailles Grand-Parc, Plateau de Saclay et Europ'Essonne, soit un ensemble de 800 000 habitants. Le coeur en est le projet Paris Saclay et l'ambition d'inscrire Paris et la France sur la carte des premiers pôles mondiaux de l'économie et de la connaissance (extrait de la présentation du projet par le Préfet de région).

 Voir la carte de ce territoire sur le site de la Préfecture de la région:

http://www.ile-de-france.gouv.fr/Presse-et-communication2...

 Cette réforme va-t-elle simplifier les structures des collectivités locales ? A première vue, c'est discutable, même si  le projet permet de passer de 41 EPCI à 11 (d'au moins 200 000 habitants).

 Cette grande collectivité va-t-elle pouvoir construire un territoire capable de faire émerger des pôles d'équilibre aux côtés de la Métropole du Grand Paris ?

 Va-t-elle être ainsi en capacité de concurrencer les autres régions européennes ? Ce qui était écrit le 11 juin à propos des régions est aussi valable pour ce projet : la dimension n'est pas un critère en lui-même, le dynamisme n'est pas lié à la grandeur. Quid des hommes dans ces territoires et de la volonté des communes de travailler ensemble ?

Quel agenda pour la mise en place de ces projets ?

 Les élus concernés ont trois mois (Août à Novembre 2014) pour faire connaître leur avis. Certains ont déjà exprimé leur désapprobation: M Laugier, Président de la Casqy, F de Mazières, Président de Versailles Grand Parc.  Par contre, le Président d'Europ'Essonne accepte de voir grand mais est plus mesuré quant à un "mariage" avec Saint-Quentin (voir" Les Nouvelles" du 9 Juillet, ICI).

 Le calendrier est en effet "serré", même si des reports sont possibles: fin février 2015, le schéma de coopération régionale devrait être arrêté par le Préfet de région; en juillet 2015, les nouveaux périmètres des agglomérations seront fixés, et, au 1er janvier 2016, la carte totale des nouveaux territoires devrait être terminée.

 A ce jour, seul le projet dévoilé le 28 août par le Préfet de région est connu; d'autres éclaircissements, d'autres arguments avancés de part et d'autres permettront peut-être de voir un peu plus clair dans ces textes et surtout dans leurs conséquences pour nous, habitants d'une de ces communes, membres des nouvelles et grandes intercommunalités.

 Nous ne manquerons pas de suivre ce calendrier, les rebondissements, les allers-retours, enfin tout ce qui marquera la vie de ces projets !

 L'équipe de Guyancourt en Mouvement

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

14 août 2014

"Vivre sans balles" sous les notes d'un piano

Un article d'un blog de Médiapart : une bouffée d'air frais .. un cri de désespoir .. de l'humain dans un monde qui marche sur la tête .. une version actualisée du "Pianiste" ... ? En tout cas, une image que les médias pourraient relayer et une page qui donne à réfléchir !    

A Yarmouk dans le sud de Damas, un camp de réfugiés palestiniens où Ayham al-Ahmad le pianiste défie les interdictions religieuses, morales en traînant son piano au milieu des décombres comme unique arme face au désespoir, à la faim apportant ce peu d'humanité que confère la musique à ceux qui veulent oublier un instant les horreurs de la guerre...mur en espagne.jpg

S'il y avait plus d'écoles de musique que de militaires dans les rues, il y aurait plus de guitares que de mitraillettes et plus d'artistes que d'assassins.

L'article de Médiapart est ci-dessous :

http://blogs.mediapart.fr/edition/immigration-un-autre-re...

11 août 2014

Génocide et crime contre l'Humanité

Comme des milliers ou millions de Français et de citoyens du monde, je désespère de notre impuissance face à la persécution qui écrase les Chrétiens d’Orient, et d’Irak en particulier. C’est une volonté de génocide qui les vise, fondé sur la haine religieuse des djihadistes. (communiqué de François Bayrou)

L'équipe de "génocide.jpgGuyancourt en mouvement" ne peut rester silencieuse face à ce que l'on peut maintenant appeler crime contre l'humanité et génocide : les Chrétiens d'Irak, comme les Yazidis ne représentent aucunement une menace militaire, ne commettent aucune agression, ne mettent personne en danger. Leur seule "faute" est d'être chrétien ou yézidi, et cela est la raison de la barbarie déclenchée contre eux : "anéantir une population pour ce qu'elle est" est bien la définition du crime contre l'humanité et du génocide… Cela ne nous rappelle rien ?

La communauté yézidie est une minorité religieuse qui plonge ses racines dans l'Iran ancien et dont le berceau historique se situe dans le Kurdistan autonome. Les Yézidis, sont considérés comme des Infidèles et persécutés à ce titre: ils ont déjà été la cible d'attentats en 2007.

Des communautés importantes de Yézidis vivent en Irak, en Russie, en Géorgie, en Allemagne, aux Etats-Unis. En Irak, ils vivent en particulier dans le bassin du Sinjar dont la prise par l'état islamiste a provoqué la fuite estimée à 200 000 civils par l'ONU.

D'autres groupes minoritaires considérés comme "Infidèles" sont aussi persécutés par l'Etat islamiste: c'est le cas des Chrétiens d'Orient.

Que faire, sinon mobiliser l'opinion publique et la conscience universelle ? Les mots des seuls gouvernements nationaux (quand mots il y a) ne suffisent pas. Il faut soutenir l’action militaire immédiate, notamment des Etats-Unis, pour faire reculer les barbares. L’Europe tout entière doit se joindre à cette action de sauvegarde. La complexité de la question qui se pose derrière cette barbarie est telle que seule l'Union européenne peut et doit parler d'une seule voix. Mais où est la diplomatie européenne que les gouvernements nationaux se refusent à mettre en place ?

Il faut appeler à une manifestation nationale du peuple français pour donner sa véritable dimension à la protestation de notre pays. 

La France a été dans l’histoire, depuis des siècles, la protectrice des Chrétiens d’Orient. Elle doit considérer qu’il est de son devoir de soutenir et de renforcer le mouvement qui pourra les défendre, les protéger et sauver, parce qu’elle sauvera en même temps le pluralisme religieux et la liberté de pensée

(Communiqué du Mouvement Démocrate)

 

Voir l'article du Haut Commissariat aux Réfugiés : http://www.unhcr.fr/53e3484cc.html

et  les cartes ci-dessous : http://www.rtbf.be/info/monde/detail_irak-les-forces-kurd...

carte-kurdes.pnghttp://www.monde-diplomatique.fr/cartes/kurdes

Mise à jour le 13 Aout: carte du journal "Le Monde"

localisation-yazidis.jpg

 Mise à jour le 13 Août: carte (Le monde") illustre l'avancée des Djihadistes et situe la région dans son contexte géographique : http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2014/08/12/la...

http://www.mouvementdemocrate.fr/article/cest-le-devoir-d...

yazidis,chrétiens d'irak,guyancourt en mouvement

27 juillet 2014

Quentiop et les Guyancourtois !

Le 22 juillet 2014, Numéricable a supprimé l’accès à la télévision analogique sur le réseau câblé de Saint-Quentin-en-Yvelines. Cela veut dire que les téléviseurs sans décodeur TNT intégré se sont retrouvés face à un écran muet.     

écran muet.jpg

 

Pour remédier à cela, plusieurs possibilités: soit se passer de TL, soit s'équiper d'un décodeur TNT, .. soit d'un nouveau téléviseur !

Si l'option" achat d'un décodeur" est retenue, sa mise en route est rappelée sur le  site de la Communauté d'agglomération qui explique d'où vient ce "bug".

 On y apprend  que l’opération effectuée par Numéricable a aussi perturbé le réglage des « Box » des abonnés Numéricable ou Bouygues Télécom.

Toujours d'après le site de l'agglomération, on sait que cette opération a été menée sans aucune "concertation entre les collectivités (villes et communauté d’agglomération), les propriétaires et locataires des maisons et appartements reliés au réseau câblé, et sans l’accord de l’exploitant du réseau (régie Quentiop) qui a mis en demeure cet opérateur de ne pas effectuer cette opération".

Comment en est-on arrivé là ?

Pour comprendre cette situation qualifiée d'atypique par l'ex Président de Quentiop (Régie d'Exploitation de la Fibre Optique de Saint-Quentin-en-Yvelines),  il faut en faire l'historique, sachant que les seules explications retenues sont celles de la Communauté d'agglomération, alors que plusieurs intervenants sont en cause.

L'aménagement de l'espace est une compétence de l'agglomération. Son objectif est de préserver l’équilibre entre zones urbaines, industrielles, touristiques, agricoles et naturelles. Afin que tous les Saint Quentinois aient accès au très haut débit, même dans les secteurs de densité plus faible, et qu'en 2020, 100 % du territoire soit couvert en fibre optique, l'agglomération est devenue propriétaire du réseau de fibre optiqueGuyancourt-en-mouvement, quentiop

 Depuis 2005, la Communauté d'agglomération était  aussi propriétaire du réseau câblé; en 2009 est né le projet de ce nouveau réseau très haut débit en fibre optique jusqu'au logement (donc pour les particuliers) et les entreprises.

Ce service public est confié à Quentiop, propriétaire du "tuyau", mais le marché est ouvert à tous les opérateurs et fournisseurs de services internet (Bouygues Télécom, France Télécom-Orange, Free, Numéricable et SFR).

 Mais les opérateurs nationaux refusent d'amener leurs services sur les réseaux qu'ils n'ont pas construits et en Juin 2012, Quentiop suspend le déploiement du réseau très haut débit à destination des particuliers.

 Ayant épuisé toutes les procédures possibles pour se faire reconnaître en tant qu'opérateur normal par ses autres partenaires, Quentiop décide, en avril 2013,  de porter plainte devant la Commission européenne pour solliciter une action en manquement contre l'état français.

 Où en est le dossier depuis cette date ?

 La "balle" est dans le camp de la Commission européenne et de l'état, mais sachant qu'il faut en moyenne plus d'un an pour que la Commission rende sa décision sur le fond du problème, on devine que cette situation de blocage perdure et risque de durer encore un moment !

On comprend aussi que Numéricâble ait brutalement coupé l'accès à la télévision analogique sur le réseau câblé de Saint-Quentin-en-Yvelines, et ce, sans concertation, ni avec les communes et l'agglomération, ni avec les propriétaires et locataires reliés au réseau câblé, et bien sûr, sans l'accord de Quentiop et sa mise en demeure de ne pas effectuer cette opération.

 Le résultat concret est finalement le retard dans le calendrier d'arrivée de la fibre optique… et la rupture des stocks de décodeurs !

 L'équipe de Guyancourt-en-mouvement

 Sources: Sites de Saint-Quentin-en Yvelines et de Quentiop

 Pour plus d'information: Sites de la Commission européenne et de l'ARCEP, en particulier ce discours (en 2012) d'un de ses membres qui explique comment cette institution est déterminée à accompagner les collectivités territoriales dans leurs projets de déploiements de réseaux haut et très haut débit et dans l'élaboration de solutions aux problèmes rencontrés.

 Et enfin, la fibre optique dans les Yvelines, sur le site du Conseil général 

 

16 juillet 2014

L'élection du Président de la Commission européenne : un exemple de gouvernement d'Union Nationale?

 Et si cette élection était un exemple de la voie à suivre par les états nationaux et en particulier le nôtre qui n'arrive vraiment pas à penser autrement qu'en  confrontation gauche-droite ?                               parlement strasbourg 3.jpg

 Ce mardi 15 juillet 2014, Jean-Claude Juncker a été élu par les députés du Parlement européen réunis à Strasbourg: 422 voix pour, 250 contre, 57 abstentions, 19 bulletins nuls.

 C'est une première avancée démocratique, une faille dans l'Europe intergouvernementale (celle des chefs d'état) qui dominait jusqu'à maintenant: le candidat aujourd'hui élu est issu du parti qui a obtenu le nombre de voix le plus important aux élections européennes: c'est un virage communautaire et un début de progrès démocratique puisque le Président de la Commission européenne n'est plus le candidat du Conseil des chefs d'état dont le nom est déterminé par des arrangements de coulisses, ce qui fut le cas du Président précédent, J Barroso.

 Etre élu par le Parlement européen lui confère une indépendance vis-à-vis du Conseil : "On a besoin d'un président de la Commission européenne qui soit libre, indépendant et qui restaure la méthode communautaire en sachant s'écarter des injonctions du Conseil". (Communiqué du groupe français ADLE au parlement européen).

 Le candidat du PPE (Parti populaire européen) n'avait pas la majorité; il lui a donc fallu négocier avec les autres groupes. Il a rassemblé autour de lui un maximum de pro-européens, mais pas qu'eux car une partie non négligeable du PPE n'a pas voté pour lui (alors qu'il était son candidat), les Verts, comme les socialistes européens, se sont divisés, mais les centristes démocrates libéraux de l'ADLE ont fait bloc pour Juncker.

Les socialistes français se sont abstenus, ce qui s'explique en grande partie pour des raisons de politique intérieure : il leur serait difficile d'expliquer à leurs électeurs un soutien au candidat de "droite" et pourtant, il faudrait bien faire comprendre aux électeurs français que le Parlement européen n'est pas notre Parlement ! Et ce d'autant plus que le Président de la République a soutenu  JC Juncker; cette fausse note ne va pas arranger les Français, et en particulier P.Moscovici qui voudrait bien un poste de Commissaire aux affaires économiques, ce que dénonce Berlin qui juge que les Français ne sont pas des maîtres en matière d'économies !

Quant aux Anglais, ils ont toujours été aussi négatifs et les extrémistes français toujours aussi violents dans le langage qu'inutiles dans l'action européenne !

 En soutenant JC Juncker, est-ce à dire que les Socialistes démocrates, les libéraux Démocrates, les "Verts" qui ont voté pour le candidat du Parti populaire européen ont soudainement  changé de "camp" ? Certainement pas ! Chacun reste  lui-même. Travailler ensemble ne signifie pas changer subitement d'étiquette politique: voilà une première leçon que nos politiques français (et même guyancourtois) pourraient méditer !

 Pour être élu, Jean-Claude Juncker a dû négocier : est-ce une capitulation, l'abandon de son programme ? Certes non ! Il a dû fournir des garanties et le vote positif des députés n'est pas un "chèque en blanc" (Gianni Pittella, au nom du groupe S&D ) : Notre soutien à M. Juncker demeure conditionné à sa capacité et à sa détermination à restaurer la méthode communautaire, à  mettre un terme aux arrangements intergouvernementaux de ces dernières années et à travailler en étroite collaboration avec le Parlement européen."

De son côté, Guy Verhofstadt, président de l'ADLE, affirme: "M. Juncker, nous avons besoin d'une vision pour l'Europe, de davantage d'intégration pour sortir de la crise et maximiser le dividende européen. Si vous concrétisez cette vision M. Juncker, nous serons à vos côtés.(Guy Verhofstadt, discours au Parlement réuni en session plénière à Strasbourg),

 Pourquoi le groupe des Libéraux et démocrates (dont les députés UDI-MoDem) a –t-il voté pour JC Juncker ?

 Il ne se contente pas de parler de politique industrielle, il fixe un objectif ambitieux de réindustrialisation. Il ne se contente pas de parler d'énergie, il trace la voie d'une Union énergétique européenne. Il ne se contente pas de souligner que l'immigration est un problème, il propose une politique commune d'immigration légale. Il ne se contente pas de constater que la directive sur le détachement des travailleurs est d'une application délicate, il en promet la révision. C'est donc une Europe en changement qu'il veut incarner et c'est exactement ce qu'attendent nos concitoyens

 Les démocrates se sont battus pour que le Conseil européen respecte la procédure de nomination décidée par le Parlement européen, c'est-à-dire que soit tenu compte le vote des électeurs qui ont placé Jean-Claude Juncker en tête. C'est très important que le Parlement européen ait définitivement la main sur la nomination du Président de la Commission. C'est une avancée institutionnelle et démocratique majeure. Avec l'élection de Jean-Claude Juncker, c'est une avancée définitive et c'est la troisième raison de notre choix [la première étant un président de la Commission européenne libre, indépendant et qui restaure la méthode communautaire en sachant s'écarter des injonctions du Conseil, NDLR, voir ci-dessus]

 Face aux pro-européens, que dire des antieuropéens qui voudraient nous faire croire que le salut des Français est dans un repli nationaliste, "patriotique" (donc les "pro-européens" sont de mauvais français ?). Astérix est un gentil gaulois, mais laissons le dans la bande dessinée !

 Quant  à nous, l'équipe de Guyancourt en mouvement, nous continuerons à parler d'Europe et à dénoncer ceux qui disent  "oui" à Bruxelles, et  "non" en France.

" Nous devons jouer en équipe, selon la méthode de prise de décisions communautaire" (M. Juncker dans la présentation de son programme).

 Source: Communiqué de l'ADLE et "Fil d'info" du Parlement européen

 http://www.europarl.europa.eu/news/fr/news-room/content/2...

L'équipe de Guyancourt en mouvement