Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 avril 2012

Semaine du Développement Durable

Comme chaque année, la première semaine du mois d'Avril sera celle du Développement Durable                                          semaine dd2012.jpg

La communauté d'agglomération, comme les communes y participent.

Le programme de la semaine est ICI

Si vous voulez savoir ce qu'est le Développement Durable, les actions engagées par la communauté d'agglomération,  celles qui sont organisées à Guyancourt, c'est ICI

A noter entre autres manifestations,

     -la soirée du Mercredi 4 :Organisée par les membres du Codesqy, assemblée plénière ouverte à tous

Où en est Saint-Quentin-en-Yvelines dans la lutte contre les changements climatiques ? Quels sont les dispositifs du territoire pour préserver les espaces naturels ? Garantir le bien être des habitants ? Favoriser la solidarité ?

Voir le programme de cette soirée du 4 et les modalités pratiques, ICI

     -les 7 ruches installées par la CASQY sur le site de l'Hôtel d'agglomération : c'est ICI et le programme « Abeille, sentinelle de la biodiversité », un travail de préservation de la biodiversité engagé depuis plusieurs années.

Bonne semaine !

 

08 mars 2012

Finances locales et triple A

baisse du baromètre.jpg

Je n'ai pas les yeux rivés sur les données des  Agences de notation, mais la dégradation de la note de l'état, officialisée en janvier 2012, entraîne des conséquences possibles sur les collectivités locales qui verront, par contre coup leurs conditions d'emprunt plus difficiles. Ceci  limiterait encore un peu plus leurs budgets déjà amoindris par les restrictions budgétaires de l'Etat. Si les prêts sont moins faciles, le crédit plus cher, les prêts à long terme de plus en plus difficiles pour les banques, les collectivités risquent de baisser leurs dépenses d'investissement;  or, celles-ci représentent environ 70% de celles de notre pays, ce qui aura des conséquences sur notre économie, donc sur le taux de chômage puisque les entreprises du bâtiment et des travaux publics seront directement touchées. 

A court terme, cette situation est à prendre en compte par notre Communauté d'agglomération. Les collectivités locales qui doivent nécessairement emprunter pour réaliser des travaux de cette envergure le feront donc à des taux  moins avantageux, ce qui alourdira la dette qui, je le rappelle, pèse déjà lourdement dans le budget communautaire.

 Qui dit financement difficile auprès des banques sous-entend donc investissements difficiles; or, à Saint-Quentin-en-Yvelines, certains sont sur rail, comme le projet du vélodrome; même si le montage financier prévu se fait sous la forme de partenariat public-privé, les quatre "subventionneurs", l'Etat, la région, le département et  l'agglomération, doivent malgré tout trouver chacun 13, 6 millions d'euros d'ici l'été 2013 (source: le site de la Communauté d'agglomération).

En dehors de cet impact sur les finances locales, on peut aussi se demander si ce genre de contrat (le partenariat public-privé) est compatible avec le développement nécessaire des PME sur notre territoire, mais c'est un autre sujet, et il faut déjà avoir en mains les clauses du contrat pour y répondre !

 On ne peut savoir quel sera l'avenir, mais ce sera compliqué pour les intercommunalités et en conséquence pour les communes qui sont solidaires. Les annonces présentées lors des cérémonies des vœux risquent de se transformer en "vœux pieux" pour certaines municipalités qui devront faire des choix, or, c'est toujours difficile !

Julien Oechsli, conseiller municipal, soutenu par le Mouvement Démocrate

 

04 mars 2012

Se loger à St Quentin

Tout ce qui concerne le logement à Guyancourt et plus généralement à St Quentin nous interpelle car cette question est au centre de beaucoup d'autres et vitales pour beaucoup de St Quentinois et Guyancourtois.   logements.jpg

Sans revenir sur ce sujet abordé dans notre note du 22 Décembre 2011, nous voudrions vous faire part de nos réflexions à partir de deux articles parus pratiquement en même temps : "Le petit Quentin" n° 273 et l'hebdomadaire "Les Nouvelles" du 29 Février.

Cet article rappelle qu'un nouveau PLH2" (Programme Local de l'Habitat) voté dernièrement  par la Communauté d'Agglomération "revoit ses ambitions (celles du PLH1 [ndlr])à la baisse". Dans la tribune du "Petit Quentin" les maires de droite" sont donnés en partie responsables de ce retard par la Casqy –ils ont attaqué le PLH1au tribunal administratif-et ont "freiné des quatre fers" la construction de logements. A ceci, le Président de la Communauté d'Agglomération répond que cette cause est bien réelle, mais, même "si les maires veulent construire, c'est l'Etat qui pose problème" car la maîtrise du foncier dépend souvent de lui.

Sans documents précis sur ce sujet, il n'est pas question de juger qui a raison, à quel degré de vérité se situe la réalité, mais nous réaffirmons que :

 -"St Quentin a pris beaucoup de retard" (titre de l'article des "Nouvelles")

 -"les plus modestes et les jeunes ne peuvent plus se loger (M Cadalbert, cité dans l'articles des "Nouvelles")

-la prévision de logements est insuffisante pour notre intercommunalité sauf à accepter de voir notre population stagner, si ce n'est continuer à décroître

-le "chemin vers l'équilibre passe par l'abandon des doctrines" (construire massivement des  logements sociaux, ce qu'exprime même radicalement la tribune des "divers droite" du Petit Quentin").

Comme souvent en politique, comme dans la vie quotidienne, le juste milieu est la meilleure voie. Nous devons tout faire, en jouant sur tous les leviers, pour que l'offre de logements soit plus importante qu'elle ne l'est aujourd'hui, qu'elle s'adresse à tous, pour aller vers  un équilibre intergénérationnel et social.

 Ce n'est pas seulement un développement "maîtrisé" qu'il faut, c'est une politique volontariste pour un développement harmonieux de St Quentin et donc de chaque commune.

Sources: "les Nouvelles" du 29 Février et le Petit Quentin n° 273 de Mars 2012.

 

 

24 février 2012

Conseil municipal du 15 Février


Vous trouverez ci-dessous :                    MAIRIE.png

le compte-rendu du conseil municipal qui s'est tenu le 15 février 2012 : voir le site de la mairie, ICI

Au cours de ce conseil, Monsieur le maire a fait le point sur le projet du "métro automatique" du Grand Paris. A cette occasion a été votée une motion sur le réseau de transports de ce Grand Paris.

J'ai voté cette motion après avoir demandé une modification qui inclut l'interdiction de construire un viaduc à La  Minière.

Cette motion est disponible  ICI.

Bonne lecture

Julien Oechscli

 

 

 

16 février 2012

La santé pour tous

 

Savez-vous que le 2 décembre 2011, à l’occasion de la célébration des dix ans de l’IPS, l'agglomération de Saint-Quentin-en Yvelines a signé avec l’Agence régionale de santé le premier Contrat local de santé pour Saint-Quentin-en-Yvelines?                                                                   image hopital.jpg

Mais savez-vous ce qu'est l'IPS (Institut de Promotion de la Santé) et surtout ce que cette institution apporte, aux Saint-Quentinois et spécialement aux jeunes ? Savez-vous que des antennes de cet institut existent dans notre ville ? (voir la liste des partenaires sur le site de l'IPS, ICI)

L'institut de promotion de la santé (IPS), créé en 2001, a pour mission de coordonner les actions de prévention, d'éducation pour la santé et d'amélioration de l'accès aux soins sur notre territoire. (Source: site de l'Agglomération de St Quentin-en-Yvelines)

En tant que service de la Communauté d'Agglomération, il permet de trouver  les réponses les mieux adaptées aux problématiques locales et intercommunales : c'est sa fonction, "veille de santé publique". Il  peut aussi mettre en place des "dispositifs de préventions, ... de soutiens aux malades et à leur famille."

C'est dans cet esprit qu'a été créé "Gérondicap" (en 2004) qui "intervient avec l'ensemble des acteurs du territoire… pour le soutien à domicile des personnes en perte d'autonomie, quelque soit leur âge... (Source: site de la Communauté d'Agglomération, rubrique IPS).

Comme partout en France, même si nous ne sommes pas confrontés à un "désert médical" comme dans certains départements,  des secteurs de notre agglomération sont mal pourvus en praticiens.

Les cartes (elles sont ICI)  éditées par l'Observatoire de la ville (voir le site) sont parlantes : voir en particulier la page 4 (Localisation des médecins généralistes libéraux:) qui visualise les disparités territoriales intercommunales, mais aussi celles de certaines communes; ces disparités sont encore plus accentuées si on observe la cartographie des spécialistes. (Voir aussi la carte synthèse de la page 19).

 J'ajoute que l'âge moyen des généralistes dépasse largement les 50 ans, et que la médecine libérale attire peu les étudiants; dans ces conditions, l'avenir de la qualité de santé à St Quentin n'est pas assuré si rien n'est fait pour prévoir et donc éviter les difficultés appelées à s'amplifier.

Le 2 décembre 2011, a donc été signé le premier Contrat local de santé pour Saint-Quentin-en-Yvelines entre l'agglomération et l’Agence régionale de santé. Ceci devrait permettre de lutter contre ces disparités, d'enrayer ces difficultés, en un mot, d'améliorer l'état de la santé sur notre territoire, y compris sur certains secteurs de Guyancourt, et ce pour tous les habitants (voir les compléments sur le site de l'Agglomération).

Les offres de santé sont nombreuses sur notre territoire, mais l'information est malheureusement déficiente, ce qui ne fait qu'aggraver les inégalités.

  La nouvelle "fac" de médecine n'est pas adossée  à un "Centre Hospitalier Universitaire": une opportunité pour que les étudiants se dirigent vers la médecine libérale puisque les étudiants pourront faire leur stage en médecine de ville : une opportunité à saisir…

Mais saurons nous tout faire  pour inciter ces jeunes généralistes à rester sur notre territoire ? Le label "ville-santé" ne doit pas rester un mot, mais signifier plus de concertation avec tous les acteurs de santé, plus de communication, et ce d'autant plus que des enquêtes récentes montrent qu'un nombre important de Français et particulièrement de jeunes renoncent à se soigner.

C'est pour toutes ces raisons que je souhaite que la politique de santé soit une démarche qui prenne en compte la personne dans sa totalité, dans une perspective humaniste.

Julien Oechsli, conseiller municipal