Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16 février 2012

La santé pour tous

 

Savez-vous que le 2 décembre 2011, à l’occasion de la célébration des dix ans de l’IPS, l'agglomération de Saint-Quentin-en Yvelines a signé avec l’Agence régionale de santé le premier Contrat local de santé pour Saint-Quentin-en-Yvelines?                                                                   image hopital.jpg

Mais savez-vous ce qu'est l'IPS (Institut de Promotion de la Santé) et surtout ce que cette institution apporte, aux Saint-Quentinois et spécialement aux jeunes ? Savez-vous que des antennes de cet institut existent dans notre ville ? (voir la liste des partenaires sur le site de l'IPS, ICI)

L'institut de promotion de la santé (IPS), créé en 2001, a pour mission de coordonner les actions de prévention, d'éducation pour la santé et d'amélioration de l'accès aux soins sur notre territoire. (Source: site de l'Agglomération de St Quentin-en-Yvelines)

En tant que service de la Communauté d'Agglomération, il permet de trouver  les réponses les mieux adaptées aux problématiques locales et intercommunales : c'est sa fonction, "veille de santé publique". Il  peut aussi mettre en place des "dispositifs de préventions, ... de soutiens aux malades et à leur famille."

C'est dans cet esprit qu'a été créé "Gérondicap" (en 2004) qui "intervient avec l'ensemble des acteurs du territoire… pour le soutien à domicile des personnes en perte d'autonomie, quelque soit leur âge... (Source: site de la Communauté d'Agglomération, rubrique IPS).

Comme partout en France, même si nous ne sommes pas confrontés à un "désert médical" comme dans certains départements,  des secteurs de notre agglomération sont mal pourvus en praticiens.

Les cartes (elles sont ICI)  éditées par l'Observatoire de la ville (voir le site) sont parlantes : voir en particulier la page 4 (Localisation des médecins généralistes libéraux:) qui visualise les disparités territoriales intercommunales, mais aussi celles de certaines communes; ces disparités sont encore plus accentuées si on observe la cartographie des spécialistes. (Voir aussi la carte synthèse de la page 19).

 J'ajoute que l'âge moyen des généralistes dépasse largement les 50 ans, et que la médecine libérale attire peu les étudiants; dans ces conditions, l'avenir de la qualité de santé à St Quentin n'est pas assuré si rien n'est fait pour prévoir et donc éviter les difficultés appelées à s'amplifier.

Le 2 décembre 2011, a donc été signé le premier Contrat local de santé pour Saint-Quentin-en-Yvelines entre l'agglomération et l’Agence régionale de santé. Ceci devrait permettre de lutter contre ces disparités, d'enrayer ces difficultés, en un mot, d'améliorer l'état de la santé sur notre territoire, y compris sur certains secteurs de Guyancourt, et ce pour tous les habitants (voir les compléments sur le site de l'Agglomération).

Les offres de santé sont nombreuses sur notre territoire, mais l'information est malheureusement déficiente, ce qui ne fait qu'aggraver les inégalités.

  La nouvelle "fac" de médecine n'est pas adossée  à un "Centre Hospitalier Universitaire": une opportunité pour que les étudiants se dirigent vers la médecine libérale puisque les étudiants pourront faire leur stage en médecine de ville : une opportunité à saisir…

Mais saurons nous tout faire  pour inciter ces jeunes généralistes à rester sur notre territoire ? Le label "ville-santé" ne doit pas rester un mot, mais signifier plus de concertation avec tous les acteurs de santé, plus de communication, et ce d'autant plus que des enquêtes récentes montrent qu'un nombre important de Français et particulièrement de jeunes renoncent à se soigner.

C'est pour toutes ces raisons que je souhaite que la politique de santé soit une démarche qui prenne en compte la personne dans sa totalité, dans une perspective humaniste.

Julien Oechsli, conseiller municipal

 

 

13 février 2012

Bienvenue à une nouvelle guyancourtoise


Bienvenue à Julie Guerin !                      blog.jpg

Nous vous conseillons de vous rendre sur ce blog:

http://julieguerinpsychologue.wordpress.com/

pour faire la connaissance de Julie Guerin, une psychologue qui s'installe à Guyancourt.

Entre autres sujets, elle s'intéresse à l'autisme, une pathologie difficile à prendre en charge mais qui, à travers implication et perséverance, peut être atténuée.

Nous lui souhaitons une bonne implantation à Guyancourt.

07 février 2012

Guyancourt Générations Citoyennes, devenue Guyancourt-en-Mouvement

logoGGCorange.jpg

Nous vous rappelons qu'une association "Guyancourt Générations Citoyennes " GGC, est à la base de l'équipe qui travaille avec Julien Oechsli, conseiller Municipal minoritaire.                                                 

Constituée en 2007, elle a pour but de rassembler tous les guyancourtois qui se reconnaissent dans une dynamique de rassemblement avec l'objectif de faire travailler ensemble toutes les compétences, toutes les bonnes volontés, sans partisianisme.

Nous concevons l'engagement citoyen et politique comme un moment de la vie donné à sa cité, à son pays mais non comme une carrière.

 Nous concevons la démocratie comme un  partage de responsabilités, qui associe le citoyen, l'informe, lui donne le temps et les moyens de la réflexion et non comme une « information ».

Nous considérons que la grille de lecture habituelle véhiculée par les médias et répétée par les "grands partis" ne permet plus de résoudre les défis de notre époque, pas plus au plan national qu'au plan local.

 C'est dans cet esprit que nous avons créé ce groupe GGC et que nous vous appelons à vous joindre à nous si ces objectifs sont les vôtres et si vous voulez une ville dans laquelle tous les guyancourtois, de toute origine et de toutes générations puissent se sentir "bien".

Contact: JL Carriat 06 07 71 05 92 ou guyancourtenmouvement@gmail.com

Jean-Loup Carriat

A noter que l'association est devenue "Guyancourt-en-Mouvement" depuis les élections municipales de 2014

 

 

22 décembre 2011

Des logements pour tous

Suite à la tribune du 9 Novembre du groupe "Guyancourt pour tous" intitulée :"le logement mérite mieux que des effets d'annonce",  je voudrais apporter quelques remarques après le dernier Conseil Communautaire auquel il est fait allusion. Ce conseil s'est prononcé,  toujours d'après cette tribune de la "liste Guyancourt pour tous", sur le "Plan Local de l'Habitat Intercommunal" (PLH) et la répartition géographique proposée par l'Etat pour le logement en Ile de France.logements.jpg

La loi du Grand Paris définit ce dernier comme un projet urbain et vise… la production de 70 000 logements par an, géographiquement et socialement adaptés en Ile-de-France, le préfet définissant les objectifs annuels de production de nouveaux logements dans un périmètre d'ailleurs mal défini.

 

Le préfet de la région Ile de France représentant l'Etat dans notre région, a donc, comme il est pévu, sollicité l'avis du Conseil communautaire sur les objectifs de "Territorialisation de l'Offre de Logements", ou "T.O.L.". Ce projet donne les objectifs de construction de logements par "bassin de territorialisation" et par département. Le "bassin" intègre les réalités géographiques, les déplacements domicile-travail, et les périmètres de planification communales (les PLU et les Schémas de Cohérence Territoriale-SCOT- ... quand ces derniers existent !)

Pour notre territoire, ce périmètre s'inscrit dans Saint-Quentin-en-Yvelines étendu, ce qui n'est pas clair du tout, sauf qu'il faut comprendre qu'il ne s'arrête pas aux limites administratives actuelles de notre agglomération. Il est à remarquer que ceci est en contradiction avec le texte voté par la Commission Départementale de Coopération Intercommunale qui maintient notre agglomération dans le périmètre actuel. Tout cela n'est pas très  cohérent ! En tout cas, cette définition du TOL avec un périmètre étendu mentionne bien la notion de "bassin de vie", incluant en particulier déplacements et emplois, ce qui sous-entend au moins une commune voisine !

 

Le chiffre de 8 000 logements est proposé pour le territoire de Saclay-Versailles-Palaiseau, soit 1965 sur Saint-Quentin étendu.

Or, le Plan Local de l'Habitat adopté par le Conseil communautaire prévoit que la production de logements possible est de l'ordre de 850 à 900 logements par an.

Bien sûr, je sais que les contributions de tous les acteurs (Etat, région..) ne sont pas sûres, mais ce programme manque d'ambition.

Il faut déjà plus de 1000 logements pour assurer la demande "naturelle" (croissance de la population, desserrement des ménages..) donc quelle place pour les nouveaux arrivants heureusement attirés par les emplois économiques de l'agglomération ?

 

Le n° 66 de SQY-entreprises écrit que le logement est également [avec les transports], un sujet de préoccupation majeur pour les salariés.. .et les entreprises du territoire sont de plus en plus attentives à la production de logements dans l'agglomération. Il s'agit en particulier d'accueillir de nouveaux actifs travaillant dans les entreprises implantées sur le territoire. Les attentes de …. l'OIN  Paris-Saclay sont également de plus en plus fortes... C'est aussi par le logement… qu'on ancre les entreprises sur un territoire".

 

Dans le terme "socialement adapté",  je vois, bien sûr, la référence au "logement social", mais aussi une adaptation nécessaire à toutes les catégories sociales des Saint Quentinois et des nouveaux arrivants potentiels : c'est cela aussi la mixité sociale !

Le futur Programme Local de l'Habitat qui prévoit la construction de 850 logements annuels sur l'agglomération est donc  insuffisant pour les besoins  de tous et en particulier pour les salariés des grandes entreprises, qui remplissent pas  tous les critères requis pour l'obtention d'un logement social. Ces populations représentent les 2/3  des emplois mais ne trouvent pas à se loger dans l'agglomération; ils sont obligés, soit d'accepter de longs trajets domicile-travail, soit de chercher à quitter leur entrprise, ou ils risquent tout simplement de refuser un emploi sur  St Quentin !

 

On sait aussi qu'avec la disparition de la taxe professionnelle, une des sources de revenus pour les collectivités réside dans la taxe d'habitation, donc dans le nombre de résidents dans nos communes.

 

Ce "blocage" du parc de logements, avec un parcours résidentiel difficile, que ce soit dans le logement social ou privé, peut peser sur le dynamisme économique de notre ville; à terme, c'est notre attractivité qui est ainsi remise en question et in fine, le bien de tous. C'est bien ce que perçoivent nos élus communautaires, encore faut-il le traduire dans les actes et être solidaire dans la répartition entre communes.

 

Julien Oechsli, conseiller municipal, soutenu par le Mouvement Démocrate

 

 

 

 

 

 

 

 

17 décembre 2011

Dernières nouvelles du Programme d'Aide Alimentaire (PEAD)

Voici le point sur ce sujet que nous suivons car beaucoup d'associations caritatives sont directement concernées (beaucoup d'entre elles sont présentes sur Guyancourt et Saint-Quentin)             solidarité.jpg

Rappel des faits: voir notre note du 18 Octobre 2011 qui alertait déjà sur cette question

A la suite d'une plainte de six états européens devant la Cour de justice de l'Union européenne, ce programme d'aide à beaucoup d'associations caritatives était menacé, l'argument de ces états étant que les politiques sociales relèvent de la compétence nationale.

Finalement, la mobilisation de  l'opinion publique portée par des députés européens (les Français ont joué la solidarité) ont permis que ces fonds soient prolongés jusqu'en 2013, soit la fin de la période budgétaire, mais à la condition qu'il soit définitivement supprimé à partir de 2014. 

La dernière session du parlement européen  est terminée. Les parlementaires avaient à l'ordre du jour, ce débat sur le PEAD.

Le compromis  sur ce  programme  est approuvé, (les ministres de l'Agriculture, concernés par ce programme, l'ont validé le 15 Décembre) mais les parlementaires refusent toujours qu'il soit supprimé à partir de 2014. Le même jour, les membres de la commission agriculture ont aussi dénoncé ce compromis. 

Ils estiment primordial, en ces temps de crise, de maintenir un programme qui vient en aide à 18 millions de personnes.

Dans ce combat, les parlementaires pourraient trouver un allié dans la Commission européenne.  Devant eux, José Manuel Barroso a déclaré, le 14 décembre, qu'il n'était pas du tout satisfait du compromis et qu'il était inacceptable et difficile de comprendre que des Etats refusent la solidarité sociale

Le Parlement européen devra voter le texte en février prochain après que les Etats aient adopté leur position de façon formelle.

 Nous continuons à porter ce message envers les députés européens : nous devons tous être mobilisés pour que la solidarité ne soit pas qu'un beau slogan !

Source: le site de Eur'Activ