Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16 avril 2016

La ligne 18 et l'enquête publique : réunion du 14 Avril à Guyancourt

L'enquête publique sur la ligne 18 est bien en cours. Commencée le 21 mars, elle se ligne 18, Guyancourt en mouvementterminera le 26 Avril. Peut-être avez-vous attendu, comme beaucoup d'habitants semble-t-il, la réunion publique du 14 avril à Guyancourt pour faire le point sur l'avancée de ce dossier afin de répondre en toute connaissance des faits et des propositions.

Cette réunion a donc eu lieu au Pavillon Waldeck- Rousseau, qui a fait le plein, mais elle était la seule réunion organisée par la Commission d'enquête publique sur notre secteur; les Vicinois, les Castelfortains, les Villebaclais étaient peut être plus nombreux que les Guyancourtois et les Ignymontains, en tout cas, ils étaient plus nombreux à exprimer leur mécontentement!

Voici les principaux points abordés pendant cette réunion publique, tous n'étant pas majoritaires.

  • La concertation menée depuis le début est une "fausse concertation", ce qui était déjà notre impression après la réunion du 11 Juin 2015 à Magny (voir notre note du 14 Juin 2015 ICI)
  • L'expertise des citoyens n'est nullement prise en compte, or, font ils remarquer, ils sont aussi capables de monter des dossiers comme le montrent les exemples plusieurs fois donnés à propos des études d'impacts sur le bruit, sur le financement, et en relevant des contradictions dans le dossier de la Société du Grand Paris.
  • Les habitants du quartier de la Bretonnière à Voisins demandent des engagements écrits confirmant que la ligne 18 ne passera pas sous leurs habitations.
  • Le métro est un projet qui ne respecte pas les terres agricoles du Plateau de Saclay et ne répond pas aux besoins des habitants

Si beaucoup de participants reconnaissent que cette ligne 18 est indispensable, les demandes portent aussi sur :

  • L'agenda: le métro est prévu en 2030 sur notre territoire : les entreprises attendront-elles cette date ? 2024 doit-être confirmé
  • Les parkings: ils sont nécessaires et ce d'autant plus que la gare prévue est excentrée sur le territoire de Saint-Quentin. Le pôle multimodal nécessitera une étude et une réalisation parfaites, si on veut limiter l'emploi de l'automobile et donc éviter l'inutilité de ce métro. 

La 2éme gare est une demande plusieurs fois réitérée par le monde économique - chefs d'entreprises, Chambre de Commerce et d'Industrie- le Président de l'agglomération et beaucoup d'habitants.

Cette demande est d'autant plus nécessaire que la gare prévue serait située à l'est du territoire; or les entreprises, et pas les moindres- sont aussi sur l'Ouest; la seule gare actuelle – Montigny-Saint-Quentin- dessert difficilement un territoire jusque là de 140 000 habitants. Comment la seule gare de la ligne 18, qui plus est, excentrée, desservirait-elle un territoire agrandi ?

D'ailleurs, la Société du Grand Paris semble bien acter le fait que cette unique gare ne desservira vraiment que la partie Est de notre territoire puisque le fascicule distribué le soir de cette réunion du 14 Avril la décrit (page 14) comme s'insérant "au cœur d'un environnement varié comprenant: des sites d'entreprises en particulier le Technocentre Renault… des quartiers d'habitats de Voisins-le-Bretonneux, de Montigny-le-Bretonneux et de Guyancourt, de larges espaces verts paysagers et sportifs, notamment le golf national" . L'avenir de Saint-Quentin dépend de tous les quartiers et non d'une seule partie car dans une communauté, les activités se complètent et s'enrichissent mutuellement.

Nous ne sommes donc pas les seuls à demander cette 2éme gare pour le 2éme pôle économique francilien: une seconde gare pour desservir la partie Ouest de Saint-Quentin et qui permettrait aussi de désengorger la gare saturée de Versailles Chantiers. 

Nous avons proposé un itinéraire alternatif, qui aurait aussi l'avantage, comme le fait remarquer un Guyancourtois, d'utiliser et de rationaliser le pôle multimodal rénové de la gare routière de Montigny.

A toutes ces remarques, la Société du Grand Paris répond qu'aucun tracé n'est parfait, qu'il a bien fallu en arrêter un, qu'elle ne peut re-créer une gare, que seul le Conseil d'Etat qui a promulgué le décret peut intervenir. Une procédure de révision ne peut être possible que sur sa décision qui permettrait de revoir le schéma d'ensemble. Comme le fait remarquer le Président de la Chambre de Commerce et d'Industrie, on peut au moins prendre des "mesures conservatoires".

Dernière remarque: Monsieur le Maire de Guyancourt renouvelle sa demande de nommer la future gare "Guyancourt". Bien sûr, elle serait édifiée sur cette commune, mais a -elle pour seule finalité la desserte de notre ville ou tout le territoire saint-quentinois ? Toutes les entreprises de l'agglomération ne paient-elles pas la taxe levée pour financer le métro ? Le nom de Saint-Quentin n'est–il pas un gage d'attractivité ? Pourquoi la nouvelle agglomération née des 12 communes a-t-elle voulu garder ce nom si ce n'est qu'il est connu ? Pourquoi ne pas tout simplement baptiser cette gare "Guyancourt-Saint-Quentin-Est" qui ferait écho à Montigny-Saint-Quentin ?

L'enquête publique n'est pas terminée. Si vous voulez déposer votre avis et si en plus, nos arguments vous ont convaincus ou même tout simplement conduits à une autre approche et si vous désirez confronter votre avis avec ceux de beaucoup d'autres habitants, tout est dit sur le site de la Société du Grand Paris.

Le film de présentation de la ligne est ICI. Cette page n'est d'ailleurs plus d'actualité puisque Saint-Quentin est toujours présenté à sept communes, soit 144 000 habitants avec deux grandes entreprises citées, le Technocentre et Bouygues… comme quoi, la Société du Grand Paris n'a peut-être pas bien intégré que le territoire avait bien changé depuis les premières études !

Les renseignements pour participer à l'enquête sont ICI. Ne craignez pas de donner votre avis.

Le notre est sur notre dernière note, ICI, relayé par cet article des Nouvelles du 13 avril ci-dessous.

Les conclusions de l'enquête publique devraient être connues vers le 14 Juillet 2016.

ligne 18, Guyancourt en mouvement

 

 

 

02 avril 2016

Enquête publique sur la ligne 18

Du 21 Mars au 26 Avril, l'enquête publique concernant la ligne 18 ( ex ligne verte du réseau de transport du Grand Paris) se déroule dans les principales mairies concernées par cette future ligne.                 train-métro.jpg

Un dépliant déposé dans votre boîte à lettres et de grandes affiches jaunes placardées dans la ville vous ont alertés. Le texte de ce document est ICI.

Nous avons consacré plusieurs notes à ce sujet, en particulier celle du 14 Juin 2015 qui évoquait la réunion publique tenue à Magny-les-Hameaux quelques jours auparavant.

Nous vous faisions déjà part de l'inquiétude des entreprises de Saint-Quentin qui craignent les conséquences négatives d'une seule gare pour toute l'agglomération, à 7 communes à cette date, alors qu'aujourd'hui, le nombre est de 12.

Nous partageons cette même inquiétude.

Plusieurs moyens sont à notre disposition pour nous informer et nous permettre de réagir:

  • Le dossier d'enquête publique disponible dans les mairies concernées par le tracé de la ligne (dont Guyancourt). Les permanences des commissaires enquêteurs sont indiquées sur ce document .
  • Une réunion publique le 14 Avril au Pavillon Waldeck Rousseau ( rue Jacques Ange Gabriel) à Guyancourt, à 20h.

Vous pouvez donner votre avis sur cette ligne 18, soit par courrier, soit sur le site de la Société du Grand Paris : les renseignements sont ICI.

L'avis de l'association Unis Pour Guyancourt ( soutien aux 3 élus, dont Jean-Loup Carriat  du groupe Unis Pour Guyancourt -UpG-) est déposé sur le site de l'enquête publique.

Vous pouvez consulter cet avis, le télécharger, et si vous le désirez et partagez notre point de vue, le dupliquer pour l'envoyer aussi à la Société du Grand Paris. Le document est ICI. Il est proposé que soit étudié un tracé alternatif consistant au raccordement souterrain, sous l’avenue de l’Europe, depuis la gare de SQY Est jusqu’à la gare SNCF de Montigny SQY. ...

N'héitez pas à faire connaître cet avis à vos connaissances et à les inciter à l'envoyer à la Société du Grand Paris

Jean-Loup Carriat, conseiller municipal

 

22 mars 2016

Nous sommes tous solidaires

Guyancourt-en-mouvement exprime son horreur devant les atrocités qui ont frappé le peuple belge aujourd'hui. Ces attentats lâches et odieux qui ont leurs racines dans la haine de notre démocratie seront toujours injustifiables.

Nos pensées vont aux victimes, aux blessés, et à tous ceux, victimes et familles, qui revivent de tragiques souvenirs.

Nous nous joignons à tous les mouvements de solidarité qui s'élèvent de toute part, de tous les états européens, et déjà, près de nous, de la ville de Paris qui vit ce soir aux couleurs belgesdrapeaux belges et français.jpg.

Nous faisons nôtres les propos du Président du MoDem qui rappelle que "Bruxelles et Paris, c'est le même combat...que nous, Européens, sommes une seule famille, embarquée sur le même bateau, soumis à la même menace que nous ne pouvons combattre qu'ensemble."

Guyancourt-en-mouvement

 

 

15 mars 2016

Loi El Khomri et chômage des jeunes : les propositions du MoDem

Malgré la perte de confiance des Français envers les partis politiques pour résoudre le chômage des jeunes, les idées du MoDem font figure de favori ; c'est ce que révèle le dernier sondage BVA réalisé les 11et12 mars dernier.   logo BVA.jpg

Les questions portaient, en particulier, sur la perception des Français et la mobilisation de la jeunesse contre le projet de loi sur le travail.

Le sondage dans sa totalité est ICI. On peut en tirer plusieurs enseignements, dont celui-ci:

Les Français ne font majoritairement confiance à aucun parti pour lutter contre le chômage des jeunes Globalement, on constate qu'aucune formation politique ne recueille un taux de confiance supérieur à 50%.

Cependant, des disparités existent :

Seules les formations de la droite et du centre, le Modem (34%), UDI (32%) et Les Républicains (30%), recueillent la confiance de 3 Français sur 10 sur le sujet.

Ces partis devancent nettement le FN (23% de confiance), Debout La France (22%) et les partis de gauche, dont le Parti de Gauche (22%), le PS (21%), EELV (20%) et le PCF (17%).

Comment expliquer ces chiffres qui accordent un peu plus de confiance aux partis centristes et en particulier au MoDem ?

La réponse est peut-être à chercher dans nos propositions, souvent répétées, mais toujours pragmatiques et proches des réalités du terrain.

Nos propositions dans les Yvelines :

La lutte contre le chômage des jeunes est une de nos préoccupations. Une réunion publique fut consacrée à ce thème en Octobre 2015. Voici quelques unes de nos propositions (Pour plus de détails, voir ICI)

-Privilégier l’apprentissage pour lutter contre le chômage des jeunes (70% des apprentis trouvent un emploi dans les 7 mois suivant la fin de leur formation)

-Innover en créant dans notre région un « label IDF » et des écoles de production, écoles-entreprises qui réussissent dans d’autres collectivités

-Créer ou développer, dès le collège, des « développeurs de l’apprentissage » chargés de mettre en relations employeurs, enseignants, parents, et jeunes

-Oser bousculer les contraintes administratives, oser la volonté politique.

Le groupe Centre et Démocrates de la région Ile de France porte ces demandes et des mesures sont déjà prises dans le "plan d'action pour l'apprentissage", donc contre le chômage des jeunes. (voir le site de la région)

Les propositions du MoDem national :

Commentant les mesures gouvernementales et le traitement social du chômage en augmentation, parallèlement à celle du nombre des contrats aidés, François Bayrou réaffirme que ce ne sont pas des primes qu'attendent les PME, mais une libération du temps de travail. Pour les chômeurs de longue durée, il préconise des mesures d'accompagnement, adaptées au cas par cas. Il ne suffit pas d'attendre le retour de la croissance et créer toujours plus d’emplois aidés à destination des jeunes : ce seront toujours de fausses solutions.

"Quant à l’apprentissage, incontestablement ce qu’il faut réussir en France, rien de ce qui a été annoncé [par le gouvernement] n’est à la hauteur. Il est urgent de transformer profondément son image et de mieux coordonner les temps en entreprise et ceux en établissement d’enseignement pour cesser de décourager trop d’artisans et de chefs de PME à engager des apprentis."

Ce sont des propositions concrètes que demande Robert Rochefort, député européen et Vice-président du MoDem, spécialiste de ces questions économiques et sociales.

Pour lutter contre le chômage des jeunes, le député européen soutient le développement de leurs compétences. Dans cet objectif,

"Il faut que tous les niveaux d’action – européen, national, local – et tous les acteurs – publics, privés ou issus de la société civile – participent à cet effort qui doit être collectif et ordonné. Il faut que les leviers d’actions que sont l’éducation, les stages, l’apprentissage, la formation tout au long de la vie soient activés ainsi que les instruments européens tels qu’Erasmus +, la Garantie pour la jeunesse ou encore EURES".

Le programme européen EURES a pour but de favoriser la mobilité des jeunes en les aidant à trouver un emploi, un stage ou un apprentissage dans un autre pays membre de l'UE et en aidant les employeurs à trouver les compétences dont ils ont besoin.

Dans un article du mois d'octobre 2015, Robert Rochefort appelle à la mise en place d'un "package global" pour l'emploi comprenant trois grandes propositions: un large repositionnement des frais de la formation professionnelle sur les personnes en rupture de contrat, une plus grande flexibilité sur les heures supplémentaires et un nouveau type de contrat de travail, le "contrat à droits progressifs" permettant à l’employé de bénéficier d’une indemnité progressive de sortie de l’entreprise, indexée sur son ancienneté, ce que ne contient pas le projet de contrat de travail du gouvernement.

En ce domaine aussi il faut savoir innover et construire un nouveau et large compromis économique et social équilibré et efficace.

Mais, que ce soit chômage des jeunes ou toute réforme politique conséquente et jugée indispensable pour le bien du pays, encore faut-il indiquer une direction claire : "vers quoi veut-on aller?" et "comment y va-t-on" ?

L'équipe Guyancourt-en-mouvement

Rappel: une rencontre-débat est prévue sur ce thème avec un proviseur de collège et un chef d'entreprise,  le 18 Mars à 20h, à la Villa Jean-Monnet, à Guyancourt (quartier Europe) : "Quelle Ecole pour quel avenir ?" Nous pourrons échanger sur ce sujet.

L'invitation est ICI

10 janvier 2016

La nouvelle Communauté d'agglomération saint-quentinoise

Depuis le1er janvier 2016, notre Communauté d'agglomération saint-quentinoise s'est  guyancourt en mouvement,saint-quentin-en-yvelinesagrandie : de 7, nous sommes maintenant 12 communes dans "l'agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines" (ce nom remplaçant celui de "Casqy") puisque Coignières, Les Clayes-sous-Bois, Maurepas, Plaisir, Villepreux rejoignent Elancourt, Guyancourt, La Verrière, Magny-les-Hameaux, Montigny-le-Bretonneux, Trappes, Voisins-le-Bretonneux, soit une collectivité de 230 000 habitants, au-delà du nombre de 200 000 imposé par la réforme territoriale. Les trois villes soulignées faisaient partie de la Ville Nouvelle dans le périmètre établi en 1972 et l'ont quittée en1983.

Quel périmètre ? Quelles compétences pour cette nouvelle agglomération ? Qui sont ces nouvelles villes ?

Tous les renseignements sont sur le site de l'agglomération :ICI.

Samedi 9 Janvier a vu la séance d'installation des nouveaux conseillers communautaires, mais devant une salle aux deux tiers vide, au moins dans la partie qui leur est réservée pour siéger car l'autre tiers, représentant les communes de gauche, manifestait en dehors de cette enceinte, se disant "exclus".

Autant le discours de Joséphine Kollmannsberger, Maire de Plaisir, chargée de régler les affaires courantes de l'agglomération depuis le 1er janvier 2016 et qui accueillait les nouveaux conseillers, fut consensuel, autant ceux qui suivirent reprirent les vieux clichés d'opposition droite/gauche, des clichés que l'on souhaiterait voir dépassés dans une collectivité qui, pour reprendre les termes de M.Laugier doit "conjuguer les forces, privilégier la complémentarité".

Une communauté d'agglomération n'est pas, contrairement à ce que dit le maire de Guyancourt, une "coopérative de communes", dans laquelle les représentants de chaque commune défendent leurs administrés (ils sont donc attaqués ?), mais une communauté humaine pour construire ensemble, puis enrichir, un projet de territoire.

Les élections du Président et des Vice-Présidents se déroulèrent donc en l'absence des villes "de gauche". Voir la liste des nouveaux élus sur le site de l'agglomération : ICI.

Parmi ces nouveaux postes, il est remarquable que celui de 1ère Vice-Présidente soit en charge de "l'élaboration du projet politique et de la mutualisation": un vrai programme pour l'année à venir.

Au moment de l’élection des délégués communautaires, les villes de gauche prirent leur place et vinrent enfin des paroles d'apaisement: celles du nouveau Président, M. Laugier, très ému (voir son discours sur le site ICI), puis celles des maires de gauche. On était enfin dans une Communauté rassemblée. Il reste à espérer que ce consensus nécessaire pour tous, continue: la première application est prévue le 30 Janvier, date du prochain conseil communautaire.

Photos, site de l'agglomération : Carte de la nouvelle agglomération depuis le 1er Janvier 2016

                                                     Les 75 nouveaux élus communautaires    

conseillers communautaires casqy-12.jpg

 

Guyancourt-en-Mouvement

guyancourt en mouvement,saint-quentin-en-yvelines

 L'installation de la nouvelle agglomération: TVFil le 12 Janvier ICI