Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 octobre 2009

OIN, Grand Paris... suite .. et toujours pas fin !

 

 

plan région paris.jpg

Le projet de loi relatif au Grand Paris, donc avec la partie relative à l'OIN- Plateau de Saclay, a été présenté au Conseil des ministres au début du mois d'Octobre, avant sa présentation au Parlement le mois prochain. Comme nous l'avons dit dans des articles précédents, que ce soit l'OIN, l'aménagement du Plateau de Saclay, le SDRIF, (Schéma Directeur de la Région Ile de France), tous ces plans sont imbriqués les uns dans les autres, et leurs objectifs seront à prendre en compte dans notre PLU, Plan Local d'Urbanisme, actuellement en cours d'élaboration à Guyancourt.

Nous sommes bien sûr favorables au développement de l'enseignement supérieur, à l'amélioration et à la construction d'un réseau de transports performant, mais nous ne pouvons pas accepter les méthodes employées par le Secrétaire d'État au développement de la région-capitale. Nous constatons qu'aucune véritable concertation n'a lieu entre lui, les élus qui sont ainsi dessaisis de leur pouvoir d'urbanisme, les associations et les citoyens, bien mal informés, non informés, alors que ces projets les concernent prioritairement et engagent les générations futures. Rien de clair n'est indiqué quant au financement de ces plans du gouvernement.

Nous avons donc décidé de soutenir et de signer la pétition actuellement en ligne sur le site. Nous vous invitons à la signer et la faire signer à cette adresse "Plateau de Saclay, oui à l'avenir, non à ce projet imposé" .

Nous vous remercions d'avance  pour votre engagement.

Si l'adresse n'apparaît pas de suite, voici le lien : http://www.mesopinions.com/Plateau-de-Saclay--oui-a-l-avenir--non-a-ce-projet-impose-petition-petitions-e98b1f4b0279d17540b825454f4eb696.html

 

Le groupe GGC en charge de ce dossier

 

 

 

 

 

09 octobre 2009

L'OIN, suite .. mais pas fin !

urbanisme.jpg

OIN, GRAND PARIS, .. des projets, mais  pas une vraie concertation

Le Guyancourt Magazine n°377, du 8 Octobre, nous informe que les élus s'apprêtent à élaborer le Projet d'Aménagement et de Développement Durable ( PADD) qui dessinera l'avenir de la ville..

Comme le dit aussi cet article ( P.15), il s'agit d'un puzzle , mais aussi, et c'est certainement le plus difficile à atteindre, un défi qui ne peut toutefois s'envisager sans prendre en compte les interactions existantes entre la Ville..le schéma directeur de l'Ile de France (SDRIDF), l'Opération d'Intérêt National (OIN), du Plateau de Saclay, .. des projets autour du Grand Paris.

puzzle.jpg

(source : Guyancourt magazine n° 377)

L'article précise aussi, en conclusion, que le PADD est censé être conforme à l'OIN, or, les élus locaux n'en connaissent pas toujours les objectifs précis.     

(source : idem)

Cet article suscite deux réflexions au sein de notre équipe :

Le PADD, qu'est-ce ?

Le Projet d'Aménagement et de Développement Durable (PADD) définit les orientations générales d'aménagement et d'urbanisme retenues pour l'ensemble d'une commune (Article L.123-1, 2° alinéa du Code de l'Urbanisme).

Constitutif du dossier du Plan local d’Urbanisme (PLU) , le PADD définit ces grandes orientations, notamment en vue de favoriser le renouvellement urbain, de préserver l’environnement et de favoriser la qualité urbaine et architecturale.

Concrètement, le PADD introduit dans les documents locaux d’urbanisme une plus grande réflexion sur l’avenir à moyen et long terme et concerne différents domaines : le développement ou la préservation des centres-villes, la restructuration ou la réhabilitation de quartiers, le traitement des rues et des espaces publics, la sauvegarde de la diversité commerciale des quartiers, l’aménagement des entrées de ville et la préservation des paysages. Ce sont donc des enjeux qui concernent notre vie quotidienne ( voir l'article et notre position sur la diversité commerciale de Guyancourt)

L'OIN aujourd'hui ?

Depuis le lancement de cette Opération, qui, rappelons-le, concerne notre commune, le groupe de travail GGC ( Guyancourt Générations Citoyennes) qui suit ce dossier vous informe de nos travaux. Des notes sur ce sujet sont déjà parues sur ce blog : ( voir la catégorie Avenir de notre territoire.). Il s'agit en particulier de la note sur l'OIN, citée à propos de l'article de Julien Oechsli ( Guyancourt magazine n° 373), qui demandait une gouvernance impliquant les habitants et les associations, celle intitulée OIN, PLU, la vigilance s'impose, attirant l'attention des franciliens sur les difficultés soulevées par ce projet : aucun projet, si ambitieux soit-il ne peut-être imposé sans consensus, concluait cette note, ce qui est encore vrai aujourd'hui !

Nous indiquions aussi vouloir vous tenir au courant de l'avancée de notre réflexion commune avec des habitants des départements voisins concernés, comme nous, par l'OIN et par le projet de cluster Satory-La Minière, partie du projet du Grand Paris, débat d'actualité puisque ce thème vient d'être présenté au Conseil des Ministres du Mercredi 7 Octobre. (Projet amendé par François FILLON sans l'avis de Christian Blanc).

Dans ce cadre du Grand Paris, notre secteur est concerné  par le projet de ligne ferroviaire automatique circulaire, passant par MASSY / SACLAY / VERSAILLES. Il est à remarquer que ce point ignore la Ville de St Quentin, pourtant un pôle économique important. La notoriété de notre agglomération est à promouvoir fortement !

Même si le GRAND PARIS est indépendant de l'OIN du Plateau de Saclay, il en est complémentaire car tous les projets en cours s'imbriquent les uns aux autres.

Cette complémentarité explique que notre démarche continue. Le groupe de réflexion a élaboré un appel commun aux habitants, associations et mouvements locaux pour la sauvegarde du Plateau de Saclay et le refus de la procédure de l'OIN, telle qu'elle est engagée aujourd'hui.

Le texte de cet appel est ici. Soutiens Plateau de Saclay .pdf
799 Ko   Afficher   Télécharger

A noter que ce que nous disons pour l'OIN est valable pour le Grand Paris !

Si vous désirez avoir d'autres renseignements ou vous joindre à nous, et signer cet appel, merci de contacter Julien Oechsli :

julien.oechsli@ville-guyancourt.fr  ou rubrique « nous contacter » .

L'équipe GGC en charge du dossier



24 septembre 2009

Renforcer la solidarité

 

Réflexions à propos de la Fête des Associations


Vous avez certainement lu l'article de Julien Oechsli, paru dans le Guyancourt Magazine n° 376, à propos des Associations.


C'est d'abord un remerciement pour tous ceux qui s'investissent et apportent leur pierre à l'édifice communal, mais aussi une invitation à aller plus loin, .. ou plutôt plus près.. de nos voisins ! Plus près des Guyancourtois dans leur quotidien, à l'échelle du quartier, et même, à l'échelle de l'immeuble, dans le but de promouvoir une nouvelle forme de convivialité, et de solidarité, dans des villes souvent anonymes. Sur le but, tout le monde sera d'accord, mais avec qui et avec quels moyens ?


Se rapprocher des structures municipales, des antennes sociales présentes sur notre ville, c'est un pas, mais pour diverses raisons, il n'est pas toujours facile à faire.

Il existe des « Animations pieds d'immeubles » ( cf le Guyancourt Magazine n° 376), pourquoi ne pas partir d'elles, inciter à les multiplier, s'inspirer de ce que font d'autres associations présentes dans beaucoup de communes; ces associations aident à développer des solidarités de voisinage, allant jusqu'à la solidarité organisée dans un immeuble, où se rencontreraient ceux qui donnent et ceux qui reçoivent.

C'est un des buts de l'Association « SEL », un Service d'Echanges Local », mais il y a aussi d'autres solutions pour vivre dans un monde plus humain, sans devenir pour cela un consommateur « qui se dérobe », mais au contraire, un consommateur responsable.

Nous sommes prêts à vous soumettre nos idées; vous en avez certainement, alors, enrichissez la « boîte à idées ».. Si vous voulez nous contacter pour les échanger, vous cliquez sur la catégorie « Nous contacter » !


L'administrateur

22 septembre 2009

A découvrir !

Une idée de visite en famille le Samedi 3 Octobre, à partir de 11 h :

L’astronomie sous toutes ses facettes…


Une journée d’animations, de rencontres et d’observation avec les amateurs passionnés de l’association Magnitude 78

Découvrez le déroulé de la journée  sur le site et plus précisément avec les détails


Renseignements et réservation : 01 30 07 34 34


Maison de l'environnement, des sciences et du développement durable
6, rue Haroun Tazieff
78114 Magny-les-Hameaux
Tel : 01 30 07 34 34
E-mail : maison.environnement@agglo-sqy.fr
Site : www.maisondelenvironnement.agglo-sqy.fr
Pensez ENVIRONNEMENT : n'imprimer que si nécessaire !

 

17 septembre 2009

Déficits de place en crèches ou des solutions à inventer ?

bebe_136.gif

 

Déficit de places en crèches : des solutions à développer !

Quelques précisions à propos de l'article de Julien Oechsli, paru dans le Guyancourt Magazine n° 375

Nous sommes proches de la rentrée et, semble-t-il, beaucoup de parents n'ont pas encore trouvé un mode de garde satisfaisant pour leur enfant, même si le site de la mairie assure que chacun « trouvera la structure la mieux adaptée à ses besoins ». Il ne s'agit pas de mettre en question les compétences et le professionnalisme du personnel, ni l'accueil et la sécurité des enfants; nous savons tous que le contexte économique et les subventions sont difficiles à prévoir. Il s'agit de suggérer d'autres modes de garde plus diversifiés et donc mieux appropriés aux besoins des parents. Je pense aux relais d'assistantes maternelles, lieu d'échanges pour les parents et les professionnels tout en aidant à la socialisation des petits. On peut imaginer des structures d'accueil mieux adaptées aux parents à horaires décalés ou aux familles monoparentales car le mode de garde des enfants ne doit pas freiner l'emploi des parents. Pourquoi ne pas envisager des crèches parentales gérées et rémunérées par une association de parents aidés par des professionnels?

Qu'entend-on par crèches parentales ?

Ce sont des structures gérées par les parents organisés en association. Elles demandent une participation active des parents, car ils sont impliqués dans la gestion et l'animation, ainsi que dans la définition du projet pédagogique. Selon l'organisation mise en place, les parents peuvent assister l'équipe dans l'accueil des enfants, assurer une tâche précise tout au long de l'année et participer aux réunions régulières concernant la vie de la crèche.

L'équipe d'encadrement se compose, outre les parents, de professionnels qualifiésde la petite enfance, puéricultrice, éducatrice, auxiliaire. C'est elle qui coordonne la structure et assume la responsabilité éducative des enfants.

Les crèches parentales sont soumises aux mêmes normes d'encadrement, d'hygiène et de sécurité que les établissements collectifs, et sont contrôlées par les services de la Protection maternelle et infantile (PMI). Elles accueillent au maximum vingt enfants de 3 mois à 3 ans, cinq jours par semaine. Les horaires peuvent être adaptés en fonction du souhait des parents.

La contribution financière varie en fonction des revenus, mais également en fonction du temps passé par les parents à la crèche. Les tarifs sont plus bas que les autres établissements car l'investissement bénévole des parents est pris en compte.

Quels sont les avantages de cette structure ?

Cette collaboration "parents-professionnels" constitue une richesse car elle offre une forme intermédiaire entre la vie de famille et la collectivité, particulièrement favorable au développement de l’enfant et à sa socialisation.Si la crèche parentale est avant tout un lieu d’accueil pour les jeunes enfants, elle offre aussi un espace de convivialité pour les parents, des occasions de rencontres particulièrement intéressantes.

Les valeurs et le mode de fonctionnement des crèches parentales ont souvent permis d’offrir aux enfants handicapés un accueil collectif proche de leur domicile. C'est donc aussi un espace accueillant pour tous

Une autre voie à explorer ?

En dehors de ces structures traditionnelles, certaines communes, qui ne sont pas exclusivement rurales car ce mode peut aussi s'adapter aux zones urbaines, développent le système des « micro-crèches ». Ce mode de garde est particulièrement adapté aux besoins des familles aux horaires atypiques et/ou élargis : entreprises de ménages, restaurants, grande distribution.., et pourquoi pas, emplois de nuit !

Les évolutions de notre société impliquent d'inventer de nouveaux besoins en matière de garde d'enfants : c'est une autre façon de lutter contre les disparités économiques et sociales.

Autant que le nombre de places en crèches, c'est aussi un large choix de mode de garde qui doit être proposé aux parents : chacun doit pouvoir trouver la solution la mieux adaptée à son quotidien et aux besoins de son enfant.

C'est toute cette prise en compte du vécu qui fait d'une ville une communauté "en mouvement"

Viviane