Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03 septembre 2009

A la Maison de l'environnement

 

"Les Rendez-vous de la Maison"... (de l'environnement).. à voir en famille ... gratuitement


La Maison de l'environnement, située à Magny-les-hameaux, nous invite pour ce 3ème trimestre à découvrir notre galaxie et notre environnement au travers d'une série d'expositions, de visites et de conférences en partenariat avec des associations saint-quentinoises dont certaines guyancourtoises.

Si vous voulez tout savoir sur les chauffe-eau solaires ou les « maisons passives » (en période de discussion sur la « taxe carbone », on peut toujours se renseigner !), sur les insectes chanteurs de notre ville, avec un spécialiste de l'OPIE*, de Guyancourt, comprendre le big-bang et visiter le "synchrotron soleil"..Tout cela est possible, près de chez nous !

*L'OPIE : Office pour les Insectes et leur environnement, à La Minière, 01 30 44 13 43,
leur site

 

Voici un résumé de la présentation de ce programme par la Maison de l'environnement :

Scientifiquement vôtre

astronomie-5.gif

Pour voyager au centre de la galaxie, découvrir l’univers du big bang à nos jours, observer des insectes la nuit…quoi de mieux que de vous rendre à la Maison de l’environnement qui consacre ces 3 prochains mois aux sciences et plus particulièrement aux origines de la vie et de l’Univers.

Une programmation pour tous : des séances de planétarium, une randonnée nocturne pour observer les insectes, des goûters scientifiques… et même pour les tout-petits, un spectacle musical conté et chanté…


Toutes les manifestations sont gratuites, renseignements et réservation :

Maison de l'environnement, des sciences et du développement durable

6, rue Haroun Tazieff

78114 Magny-les-Hameaux

Tel : 01 30 07 34 34

E-mail : maison.environnement@agglo-sqy.fr

Site :  www.maisondelenvironnement.agglo-sqy.fr

Le programme en PDF

18 août 2009

Des langues vivantes dans nos écoles

bureau_145.jpg

A propos de l’enseignement des langues vivantes à l’école primaire

C’est aujourd’hui la conséquence du village mondial : les langues étrangères doivent être enseignées au plus tôt dans nos écoles.

Cette nécessité doit permettre aux collectivités d’user de moyens innovants pour transmettre le goût du dialogue en langue étrangère, en partenariat avec les enseignants.

Au-delà de l’aspect bénéfique de l’apprentissage d’une langue tant dans sa structure grammaticale que par son lexique, l’échange interculturel reste majeur. C’est dans ce cadre que des expériences intéressantes ont été menées dans certaines communes par l’intermédiaire d’un système de visioconférence : grâce au tableau blanc interactif et à une "webcam", les élèves peuvent voir et échanger avec leurs correspondants étrangers. Gageons que ce dispositif puisse voir le jour dans notre commune. En parallèle, il conviendra d’insister sur l’intérêt d’initier les enfants à d’autres langues que l’anglais, comme par exemple l’allemand qui rencontre aujourd’hui un véritable déficit de vocation alors qu’elle reste numériquement la langue la plus parlée en Europe et est un moyen de formater l’esprit efficacement aux autres langues…


Julien OECHSLI, article paru dans le Guyancourt Magazine n° 368, du 23 Avril 2009

 

 

 

16 août 2009

Diversité commerciale

quartiers guyancourt 008.jpg

 

Villaroy, nouveau quartier d'affaires ?


C’est une question que peuvent se poser les habitants de ce quartier en assistant à l’ouverture d’une énième banque à Villaroy. En effet, la nouvelle agence bancaire qui a ouvert ses portes à la place du salon de coiffure ne sera pas moins que le cinquième représentant de la profession bancaire sur ce périmètre et ce au détriment de la diversité commerciale.

Un dispositif législatif permet cependant aujourd’hui de faciliter l’installation et la venue de nouveaux artisans et commerçants. En effet, le décret d’application 2007- 1824 du 26 Décembre 2007 en application de la loi 2005-882 du 2 Août 2005, est paru au journal officiel le 28 Décembre dernier, instituant ainsi un droit de préemption des communes sur les fonds de commerce, les fonds artisanaux et les baux commerciaux.

Le régime juridique de ce nouveau droit de préemption est codifié aux articles L-214-1 et suivants du Code de l’urbanisme.

La mise en œuvre de ce droit s’effectue en 3 étapes :

  • La première consiste pour le Conseil Municipal à délimiter un périmètre de sauvegarde du commerce et de l’artisanat de proximité.

  • La seconde correspond à l’exercice du droit lui-même (à l’intérieur du périmètre de sauvegarde, chaque cession est subordonnée, à peine de nullité, à une déclaration préalable faite par le cédant à la commune).

  • La troisième porte sur la rétrocession. La vocation de la municipalité n’est pas de conserver les droits mais de contribuer à la diversité des commerces en les rétrocédant à un tiers. Elle dispose pour cela d’un délai d’un an.

Gageons que ce nouveau dispositif, bien employé, contribuera à un meilleur équilibre des quartiers en favorisant la diversité commerciale par l’implantation de nouveaux artisans et de petits commerces là où les besoins sont réels.

Concernant Villaroy, ce dispositif, s’il avait pu être mis en œuvre en son temps, aurait pu éviter ainsi l’installation d’une énième banque.

 

Philippe FAUCHER, chargé du suivi des questions de l'urbanisme à GGC

 

Une gouvernance locale moderne

Notre façon de concevoir la gouvernance municipale :

Extrait de l'article du Guyancourt Magazine n°358, du 20 Novembre 2008.

Cet article, écrit à l'occasion de la réunion publique d'information sur le PLU tenue à l'Hôtel de Ville le 22 Octobre 2008 est l'occasion pour Julien d'évoquer la façon dont il conçoit, dont nous concevons, la "gouvernance de notre commune". En voici quelques passages :

Je souscris pleinement à cette initiative (cette réunion du 22 Ocobre) ainsi qu'à celles qui sont annoncées sur ce thème, en particulier le fait de dialoguer avec les élus et des techniciens (à propos du PLU). Par contre, ceci ne correspond pas entièrement à la façon dont je conçois la gouvernance de notre commune. La concertation ne consiste pas seulement à réunir des citoyens ponctuellement sur un thème précis, mais à faire vivre la démocratie locale régulièrement, si ce n'est quotidiennement, en appelant chacun à s'investir et à s'approprier sa ville et son quartier en participant aux Conseils de quartiers. Là se rencontrent habitants et commerçants dans ces lieux d'écoute, d'échanges d' informations et de mutualisation d'expériences, de recensement des attentes, de dialogue continu entre habitants et élus.

Impulser la démocratie locale est difficile, cela s'apprend, mais c'est aussi aux élus à favoriser cet apprentissage et à tout faire pour qu'elle soit vivante dans leur cité.

Quelques compléments.

Au mois de Mars 2008, l'équipe Générations Citoyennes proposait son programme à vos suffrages. Elle y défendait la mise en place de Conseils de quartiers élus dans tous les quartiers de la ville, avec comme mission la participation aux projets de quartiers et de ville, et l'évaluation des projets...(voir  page 1 du programme dans cette catégorie "Boîte à idées")

Le but de cette instance ?

Une problématique locale se pose différemment selon les quartiers, et nous voulons établir un échelon de proximité dans le processus de décision. (voir page 1 du programme)  Ces conseils n'ont qu'un rôle consultatif, mais ils sont informés, consultés et associés aux décisions. Cette démarche permet d'expliquer les projets de la mairie en les situant dans la perspective de l'ensemble des besoins de la ville, dans le moyen et long terme.

Sa composition ?

La présence d'un maire adjoint en charge de ce secteur, assisté si besoin d'un conseiller municipal délégué, permet justement cette large vision. C'est toujours la municipalité qui décide, qui agit car elle est l'exécutif, mais les habitants sont associés de façon permanente aux décisions, aux débats et non ponctuellement par décision unilatérale de la municipalité lorsqu'une occasion importante se présente.

Les conseils de quartiers sont des instances élues, auxquelles s'ajoutent des représentants des commerçants, du monde scolaire, des associations, des jeunes : tous ces habitants qui se cotoient sans pour autant se connaître, même si les fêtes de quartier sont, une fois par an, un jour de partage festif. Dans notre monde individualiste, c'est ausi le moyen de concrétiser la solidarité dont nous avons d'aurtant plus besoin que des difficultés économiques et sociales difficiles s'annoncent ou sont même déjà présentes.

De quoi discute-t-on ?

De tout ce qui touche aux problèmes de la vie quotidienne et peut l'améliorer : sécurité, vie scolaire, santé, environnement..

Le conseil de quartier reste consultatif car, si son projet peut devenir un projet municipal, il est débattu en conseil municipal, validé par le maire, comme tout projet. Il doit être en accord avec l'intérêt général et ....les finances !

En créant des conseils de quartier, la démocratie ne sera plus une notion abstraite ou une  strate dans le processus décisionnel ("Toutes les Nouvelles du 12 Novembre 2008"), mais le moyen de mettre le guyancourtois au coeur de sa commune pour vivre une gouvernance citoyenne moderne.

Julien


 

15 août 2009

Une voix libre et indépendante au Conseil Municipal

 

Article de Julien , paru le 15 Mai 2008 dans le Guyancourt Magazine (et toujours d'actualité un an après)

 

Seul élu de la liste Guyancourt Générations Citoyennes, je veux porter la voix de tous les Guyancourtois qui nous ont accordé leur confiance lors des dernières élections municipales.

Libre, je voterai positivement les décisions qui amélioreront la vie de nos concitoyens, qui rejoindront ce que nous voulons pour Guyancourt, et m'opposerai à celles qui ne vont pas dans cette direction.

Bien que seul élu, je me sens responsable de ceux qui nous ont accordé leur suffrage et attendent la mise en œuvre de notre projet

Indépendant au Conseil Municipal, je ne suis pas isolé car avec moi, c'est toute une équipe qui continue à porter le programme que nous avons bâti.

Je reste vigilant sur les thèmes qui me sont chers : renforcer le lien social, vivifier la démocratie locale et construire une solidarité active durable.

Je reste fidèle à mes convictions et mes valeurs, déterminé à faire de la politique autrement, en m’appliquant à promouvoir un engagement citoyen pour ne plus déplorer une abstention massive, telle que nous venons de la constater.

Enfin, je ne peux rester indifférent à la crise de la démocratie locale : des Conseils municipaux qui ne semblent pas intéresser les citoyens pourtant les premiers concernés, un taux d' abstention de plus de 48% aux dernières élections municipales , soit presque un guyancourtois sur 2 qui ne se déplace pas pour choisir ceux et celles appelés à gérer une partie importante de leur vie quotidienne pendant 6 ans.

La voie que nous avons commencée à tracer ne s'est pas arrêtée le 9 mars (2008) à 20 h : elle se prolonge dans l'association Guyancourt Générations Citoyennes qui va continuer notre action dans la durée et tout faire pour que notre commune soit un lieu de démocratie vivante, où le terme "développement durable" englobe la citoyenneté dans sa totalité et soit, comme nous l'avons dit dans notre programme " un élan citoyen au service de chacun"

Je suis à la disposition de tous les Guyancourtois pour expliquer les décisions que je prendrai pendant ce mandat.

Si vous désirez nous contacter, vous pouvez m'écrire à l'adresse suivante :julien.oechsli@ville-guyancourt.fr

ou nous téléphoner : 06 75 12 39 90

 

Julien OECHSLI, élu de la liste Guyancourt Générations Citoyennes, soutenu par le MODEM