Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 février 2016

Orthographe : nouvelle querelle des Anciens et des Modernes ?

Ou, comme l'a dit Benoit Hamon sur une chaîne matinale d'information,  des discussions de " salon de Saint Germain des Prés" ?   accent circonflexe.jpg

A première vue, oui .. faut-il un accent circonflexe sur tel mot ou pas ? Ph ou F ? Querelle orthographique  (orthografique) dépassée ? C'est sûr (sur ?), on peut penser que ceci est d'un autre âge (age ?) et surtout, il y a des problèmes plus graves actuellement !

Et pourtant .. Cette querelle soulève plusieurs questions !

Est-ce l'Académie qui est à l'origine de cette rumeur ? Non .. les académiciens ont publié un communiqué le démentant : ce n'est pas nous ! Le communiqué est ICI: en voici les premiers termes:

L’Académie française tient tout d’abord à rappeler qu’elle n’est pas à l’origine de ce qui est désigné sous le nom de « réforme de l’orthographe », dont la presse se fait l’écho depuis quelques jours, et qui devrait être appliquée dans les programmes scolaires à compter de la prochaine rentrée.

 Le texte auquel il est fait allusion émane du Conseil supérieur de la langue française : il a été publié dans les « Documents administratifs » du Journal officiel le 6 décembre 1990.

Si ce ne sont pas les "Sages", c'est donc le Ministère de l'Education Nationale ! Un tour sur son site … rien ! Alors qui ?

Une note du gouvernement du 5 février est enfin dénichée  (ICI) :

Il ne revient pas au ministère de l’Éducation nationale de déterminer les règles en vigueur dans la langue française. Ce travail revient à l’Académie française, depuis Richelieu.

Finalement ce jeu du "c'est pas moi, c'est lui !" ne serait donc qu'une tempête dans un verre d'eau ? Peut-être sauf qu'il y a une autre explication possible qui tient dans cette petite phrase, toujours sur le site du Gouvernement:

A la rentrée 2016, les manuels scolaires pourront faire référence, tout comme dans le cadre des programmes précédents adoptés en 2008 lorsque Xavier Darcos était ministre de l’Éducation nationale [c'est pas nous, c'est un gouvernement précédent], aux rectifications de l’orthographe adoptées en 1990 par le conseil supérieur de la langue française et approuvées par l’Académie française

 Les éditeurs de manuels scolaires pourront donc en éditer de nouveaux marqués "NO" (Nouvelle Orthographe" ), ce qui améliorera leur chiffre d'affaires ! L'image ci-dessous est celle de l'association suisse créée en 1990 pour la nouvelle orthographe

logo asso suise rcréée en 1990 pour l aréf de l'orthog.png

Non, cette rumeur n'est pas une tempête dans un verre d'eau, ni une discussion de salon, mais un autre aspect de la casse de notre enseignement et le mot de la fin revient à l'Académie par la voix d'Hélène Carrère d'Encausse dans un article paru le 13 Février: 

Le ministère de l’éducation nationale s’est appuyé sur une réforme du « conseil supérieur de la langue française » adoptée en 1990 pour inciter les éditeurs scolaires et les enseignants à adopter de nouvelles simplifications orthographiques.(Quotidien La Croix du 13 Février)

Et la fin de cet article est sans appel: « La position de l'Académie n'a jamais varié sur ce point : une opposition à toute réforme de l'orthographe mais un accord conditionnel sur un nombre réduit de simplifications qui ne soient pas imposées par voie autoritaire et qui soient soumises à l'épreuve du temps », souligne Mme Carrère d'Encausse. Elle remarque sur ce point que la réforme est tombée en désuétude. Les Français dans leur pratique ne l’ont pas cautionnée. « Il est donc absurde de ressortir aujourd’hui cette réforme » conclut-elle.

Mais le diagnostic porté par l’académicienne sur le système éducatif risque de relancer le débat. Depuis 1990, le contexte a totalement changé rappelle-t-elle. « En 2016, nous sommes devant une situation radicalement différente » avec un système éducatif qui « s'est écroulé » au point « qu'un élève sur cinq quitte l'école sans savoir lire » commente-t-elle. « Le problème n'est donc plus d'offrir des facilités aux élèves, de conserver ou non l'accent circonflexe, mais de revoir totalement notre système éducatif ». (Le passage mis en valeur en gras n'est pas dans le texte d'origine)

Hélène Carrère d’Encausse enfonce le clou. « Je dirais que la tragédie française est une inégalité croissante, née de l’effondrement de notre système éducatif ». Ce dernier « doit être reconstruit en fonction de cet impératif d’égalité ».

Guyancourt-en-mouvement

 

 

08 septembre 2015

Migrants ou réfugiés ?

Chacun a été ému par la photo du petit Aylan retrouvé mort sur une des plages de la station balnéaire de Bodrum en Turquie. Il a fallu cette publication HCR-tous dans meme bateau.jpgbritannique, choquante et bien tardive en France, pour alerter l'opinion publique sur le sort des migrant: les réseaux sociaux,  donc la société civile,  en partageant cette photo sous le terme "l'humanité échouée" ont ainsi imposé le débat, et peut-être enfin, l'action des politiques. (Photo HCR "tous dans le même bateau")

Jusqu'à ce jour du 2 septembre, les responsables politiques n'ont guère bougé: peur du "faux pas", surtout avec les futures élections, peur de l'opinion publique française après la parution d'un sondage dévoilant que plus de la moitié des Français sont opposés  à l'accueil de "migrants" … ou de "réfugiés", paralysie face au Front national qui occupe la scène médiatique ?

Il faut dire qu'en effet, les journaux lui sont largement ouverts: feuilleton familial, congrès à Marseille, tous les ingrédients sont là pour lui laisser la parole! Et quelle parole!

Une surenchère verbale, des propos haineux, des chiffres "effrayants" et des affirmations qui donnent le tournis, des propos simplistes qui jouent sur la peur de "l'invasion", de la "subversion migratoire", du fardeau des "miséreux" (qui vont prendre nos emplois), pour lesquels la France est la "destination prioritaire", et contre lesquels il faut se protéger !  Des discours "pleins de bon sens" … qui reviennent aux "fondamentaux" (sic) ; en fait, des propos qui nous reportent dans les années 30 d u siècle dernier et cela est insupportable et ne demandent aucune tergiversation (action de faire traîner les choses  en longueur pour éviter de prendre une décision .. définition du  Larousse) .

Nos fondamentaux, ce sont les droits de l'Homme,  ce sont les valeurs qui ont construit l'Europe, dont la France, des valeurs  d'accueil, de respect de l'autre, de la dignité de l'Homme, en un mot, tout ce qui fait l'Humanisme.

Une "invasion"…  de  qui ? Que disent les données du Haut- Commissariat aux réfugiés, à propos des réfugiés syriens qui sont la plus grande partie de ceux qui frappent à la porte de l'UE aujourd'hui ? (voir les chiffres sur le site du HCR)

4M 088 sont enregistrés le 6 septembre, dont plus de 2 M en Egypte, Irak, Jordanie et Liban, 1,9 M  en Turquie; quant à ceux qui ont envahi la France, la réponse est dans les chiffres (Crédits HCR) :

Capture.syriens en UE.jpg

 

 

Quelles propositions ?

La solution est difficile, personne ne peut le nier : la crise est humanitaire et appelle des réponses urgentes, à court terme; les accueillir est un devoir moral, mais  les réponses sont aussi politiques et juridiques.

Renvoyer les "migrants chez eux "avec humanité"(sic) ?

Il ya bien sûr des migrants "économiques" aux frontières de la Hongrie, de l'Autriche, mais la grosse majorité  vient de pays en guerre, d'Irak, de Syrie, ou peu  sûrs (Libye, Soudan ...) : ce sont donc des "réfugiés". Ces termes ne sont pas interchangeables. Le statut des réfugiés date de 1951; il leur donne accès à l'aide des états et du HCR : ils ne peuvent être expulsés car leur vie est menacée. Les états qui les reçoivent doivent assurer leur sécurité, aidés en cela par le HCR. Les "migrants" quittent leur pays pour des raisons économiques; s'ils retournent dans leur pays, leur gouvernement doit les protéger.

Voir site du HCR :http://www.unhcr.fr/55e45d87c.html

C'est  une crise de demandeurs d'asile, de "réfugiés", que l'on ne peut ni humainement, ni juridiquement renvoyer chez eux… et où chez eux ? Il n'y a plus d'ambassade, même plus d'état ! Dire qu'il faut renvoyer les "migrants chez  eux" ne veut strictement rien dire, sauf à donner dans le registre populiste !

Que peut faire l'Europe?

Jusqu'à maintenant, les dirigeants ont laissé agir les pays d'arrivée en "première ligne" :  Grèce, Italie, malte, et Bulgarie. Or, c'est une crise européenne qui appelle une réponse européenne.

Le 3 septembre, la Haute représentante de l'Union européenne, Federica Mogherini a réagi fermement au manque de réponse  européenne: "nous n'avons plus le luxe d'attendre".  Trop d'attente, de non réponse devant le risque des divisions européennes.  Mais face à  « cette crise sans précédent, nous ne pourrons pas y faire face par le biais d’une approche isolée des Etats membres, par une politique intérieure ou extérieure uniquement, il faut que l’Europe agisse vite dans la solidarité et la responsabilité. Chacun commence à comprendre qu’on ne peut plus s’offrir le luxe de pouvoir de reporter les décisions à plus tard. ».

La chancelière allemande a réagi la première, suivie par la France et l'Italie qui ont réclamé une révision du droit d'asile et une meilleure répartition des migrants en Europe.

Le Président de la Commission européenne propose le chiffre de 160 000 à répartir dans l'UE. Les réunions des 9 et 14 septembre diront si les dirigeants comprendront qu'il faut une réponse européenne, responsable,  solidaire-la solidarité est à la base de la construction européenne-, plus rapide que pour la crise financière.

C'est une crise  peut-être plus grave dans ses conséquences que la crise grecque, en tout cas, ce sera une crise plus difficile à résoudre, car ce ne sont pas des critères techniques, des mécanismes financiers sur lesquels il faudra s'entendre, mais sur des critères humains, des valeurs fondamentales qui sont le socle du projet européen, et cela nécessite une vision humaine et  politique.

Guyancourt en mouvement

 

30 août 2015

Etre acteur de son quartier !

 

Pour repenser et réhabiliter un quartier, il convient de faire intervenir des spécialistes, des architectes, des urbanistes, des entreprises. Mais il faut  en  même temps associer au projet les habitants et les acteurs locaux.   conseil citoyen, guyancourt en mouvement

 

Cette idée a été exprimée à Lens, en décembre 2014 par le Président de la République.

 

C'est donc en référence à cette citation que l'on doit comprendre l'annonce parue sur le Guyancourt Magazine du 27 Août (Page 8) sous le titre: "Soyez acteur de votre quartier": enfin une concertation avec les habitants et pas seulement une information ? Ce que Guyancourt en Mouvement demande pour tous les habitants de la ville et pas seulement ceux d'un quartier. La loi l'oblige, nous nous en félicitons, tout en regrettant qu'il faille une loi pour que les responsables de notre commune associent "les habitants et les acteurs du quartier … au travers d'un conseil citoyen".

 

De quoi s'agit-il ?

 

Un "contrat de ville" est en cours de rédaction pour développer et améliorer la vie du quartier du Pont du Routoir", comme d'ailleurs d'autres quartiers d'autres villes de l'agglomération. Ces contrats, (loi du Février 2014) sont la mise en œuvre de la "politique de la ville" et engagent l'Etat, les conseils-régional et départemental-, la Communauté d'agglomération (Saint-Quentin-en-Yvelines qui pilote le projet puis le contrat quand il sera signé) et les communes concernées (donc Guyancourt).

 

Ces contrats ont comme objectif d'améliorer les conditions de vie des habitants dans les  quartiers concernés, donc, le Pont du Routoir pour notre ville : une amélioration des conditions de vie en direction des personnes et en direction du cadre de vie.

 

Les habitants sont au cœur de ce contrat qui doit être une démarche de co-construction avec les autres partenaires de ces contrats : ceux-ci doivent impérativement prévoir des conseils citoyens, qui sont donc une obligation, "une exigence incontournable"(M. El Khomri, secrétaire d'Etat à la Ville) et non un "souhait " de la mairie comme on peut le lire dans l'article de la Page 8.

 

La mise en œuvre de ces conseils citoyens est expliquée sur le site du Ministère de la Ville (voir ci-dessous), en particulier le mode de désignation des habitants qui participeront au Conseil : parité, membres tirés au sort, et appel  au volontariat. Aucun élu ne peut présider ni animer un Conseil citoyen.

 

Alors, habitants du Pont du Routoir, à vous d'être acteur de votre quartier !

Source et image: site du Ministère de la Ville

http://www.ville.gouv.fr/?les-conseils-citoyens

 

21 octobre 2014

C.Vrai !

CENTRE de VEILLE, de REFLEXION, d'ACTIONS et d'INITIATIVES. débats.jpg

Parce que nous sommes encore, malgré toutes les promesses, très loin d'une moralisation de la vie politique

Parce que la multiplication des affaires continue

Parce que vous n'êtes encarté dans aucun parti, ce qui ne vous empêche pas d'exercer des responsabilités entrepreunariales, syndicalistes, associatives,...et qu'en tant que citoyen responsable, vous voulez faire entendre votre voix, proposer des solutions, des idées faciles à mettre en place et les faire connaître

Parce que vous croyez que l'intelligence des citoyens n'a pas de limite et que la "société civile" est capable d'entraîner des experts connectés à la réalité du quotidien

Alors ce projet vous intéresse...

Pour contacter des membres de l'association:  cdoncvrai@gmail.com  

e-mail.png

 

facebook.png

 https://www.facebook.com/pages/CVRAI/535305799904874?sk=i...

 

 

 

 

11 août 2014

Génocide et crime contre l'Humanité

Comme des milliers ou millions de Français et de citoyens du monde, je désespère de notre impuissance face à la persécution qui écrase les Chrétiens d’Orient, et d’Irak en particulier. C’est une volonté de génocide qui les vise, fondé sur la haine religieuse des djihadistes. (communiqué de François Bayrou)

L'équipe de "génocide.jpgGuyancourt en mouvement" ne peut rester silencieuse face à ce que l'on peut maintenant appeler crime contre l'humanité et génocide : les Chrétiens d'Irak, comme les Yazidis ne représentent aucunement une menace militaire, ne commettent aucune agression, ne mettent personne en danger. Leur seule "faute" est d'être chrétien ou yézidi, et cela est la raison de la barbarie déclenchée contre eux : "anéantir une population pour ce qu'elle est" est bien la définition du crime contre l'humanité et du génocide… Cela ne nous rappelle rien ?

La communauté yézidie est une minorité religieuse qui plonge ses racines dans l'Iran ancien et dont le berceau historique se situe dans le Kurdistan autonome. Les Yézidis, sont considérés comme des Infidèles et persécutés à ce titre: ils ont déjà été la cible d'attentats en 2007.

Des communautés importantes de Yézidis vivent en Irak, en Russie, en Géorgie, en Allemagne, aux Etats-Unis. En Irak, ils vivent en particulier dans le bassin du Sinjar dont la prise par l'état islamiste a provoqué la fuite estimée à 200 000 civils par l'ONU.

D'autres groupes minoritaires considérés comme "Infidèles" sont aussi persécutés par l'Etat islamiste: c'est le cas des Chrétiens d'Orient.

Que faire, sinon mobiliser l'opinion publique et la conscience universelle ? Les mots des seuls gouvernements nationaux (quand mots il y a) ne suffisent pas. Il faut soutenir l’action militaire immédiate, notamment des Etats-Unis, pour faire reculer les barbares. L’Europe tout entière doit se joindre à cette action de sauvegarde. La complexité de la question qui se pose derrière cette barbarie est telle que seule l'Union européenne peut et doit parler d'une seule voix. Mais où est la diplomatie européenne que les gouvernements nationaux se refusent à mettre en place ?

Il faut appeler à une manifestation nationale du peuple français pour donner sa véritable dimension à la protestation de notre pays. 

La France a été dans l’histoire, depuis des siècles, la protectrice des Chrétiens d’Orient. Elle doit considérer qu’il est de son devoir de soutenir et de renforcer le mouvement qui pourra les défendre, les protéger et sauver, parce qu’elle sauvera en même temps le pluralisme religieux et la liberté de pensée

(Communiqué du Mouvement Démocrate)

 

Voir l'article du Haut Commissariat aux Réfugiés : http://www.unhcr.fr/53e3484cc.html

et  les cartes ci-dessous : http://www.rtbf.be/info/monde/detail_irak-les-forces-kurd...

carte-kurdes.pnghttp://www.monde-diplomatique.fr/cartes/kurdes

Mise à jour le 13 Aout: carte du journal "Le Monde"

localisation-yazidis.jpg

 Mise à jour le 13 Août: carte (Le monde") illustre l'avancée des Djihadistes et situe la région dans son contexte géographique : http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2014/08/12/la...

http://www.mouvementdemocrate.fr/article/cest-le-devoir-d...

yazidis,chrétiens d'irak,guyancourt en mouvement