Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 avril 2014

Une démarche politique nouvelle ?

Ou comment tirer la leçon des élections municipales et regarder vers l'avenir !                                                           abstentiion municipales 2014, guyancourt

 

Claque pour le PS, "vague bleue": tout ceci est à relativiser car en réalité,  chacun sait bien que le premier parti de France n'est ni la droite (45, 91%), ni la gauche qui vole en éclat (40,57%)  mais l'abstention. Quant aux centristes, que l'on donnait morts,  même si les médias n'en ont que très peu, ou même pas parlé du tout,  leur score national (15%)  est pratiquement le double de celui de l'extrême droite qui fait pourtant la une médiatique.  

Les analystes politiques l'avaient prédit, les politiques le redoutaient, les faits l'ont confirmé: le 1er parti de France est donc bien celui des abstentionnistes (taux national: 36,45%)

Si on se réfère aux taux de la communauté d'agglomération saint quentinoise, c'est pratiquement 1 habitant sur 2 qui ne s'est pas dérangé au 1er tour. A noter que Guyancourt tient la 2éme place après Trappes (54, 53% et 48,7% pour notre commune). 

 Certes, beaucoup de facteurs peuvent expliquer le rejet des électeurs : l'échec des politiques nationales, les "affaires" qui font le lit des extrêmes…. Cependant, des listes "citoyennes", en particulier celles montées dans les "banlieues" populaires, n'ont pas à rougir de leur score (plus de 6 % en moyenne) : indépendantes et sans étiquette politique, les habitants ont choisi d'impulser eux-mêmes le changement que les deux grands partis n'apporte plus. Leur score voisine celui du FN (6, 84 % source: site du Ministère de l'intérieur), un score qu'il ne faut surtout pas prendre à la légère, même si les électeurs risquent vite de déchanter.  

Quel que soit le cas de figure, listes citoyennes, multiplication des listes de rassemblement local au-delà des partis (voir celle de Pau qui va de la droite à la gauche), quand on décide de travailler ensemble sur un projet, au-delà des sensibilités de chacun, alors on peut franchir un pas, sortir des politiques claniques et bâtir un avenir partagé.

Les électeurs veulent être gouvernés autrement, ils veulent remettre le citoyen au cœur de l'action politique. Mais pour cela, il faut déjà commencer à lui donner la possibilité de s'exprimer: c'est la première étape, celle d'une démocratie participative de proximité qui met l'habitant au cœur de la cité. 

C'est le message  que "Guyancourt en mouvement"  porte depuis plus de six ans, c'est  celui que nous continuerons à porter et à défendre dans la vie locale, comme au plan national.

 

L'équipe de Guyancourt en mouvement

 

 

 

19 décembre 2013

RN 10, PLD, loi de Modernisation de l'Action Publique Territoriale et d'Affirmation des Métropoles.

intercommunalité.jpgSous ces termes qui peuvent paraître rébarbatifs, se cachent des réflexions sur notre agglomération actuelle et celle que nous voulons à court, moyen et long terme : c'est le point commun aux trois points abordés ci-dessous.  

 

 Les deux premiers concernent notre agglomération dès aujourd'hui, et donc à court terme.

 

Requalification de la RN 10 à Trappes: il suffit d'emprunter la N10 après la sortie de l'autoroute A12 vers  Rambouillet, ou en sens inverse, pour comprendre les nuisances que représente cette coupure de la RN 10 pour les Trappistes. C'est ce qu'exprime le document posté sur le site de la ville de Trappes à l'occasion de la concertation publique qui se dérouledu 20 novembre au
20 décembre 2013 autour du projet de requalification de la RN 10. Voir ce document ICI et en particulier l'onglet "dossier de concertation".

 

Trappes ? Ce n'est pas Guyancourt ! Au delà de la solidarité entre nos communes, de la compréhension des difficultés de ses habitants, les nuisances de cette ville s'arrêtent-elles aux panneaux d'entrée et de sorties de Trappes? Les trappistes sont-ils les seuls à emprunter cette nationale ? La requalification de la RN 10 est donc un sujet qui concerne Trappes, mais aussi les autres communes de l'agglomération, donc Guyancourt.

 

 Le PLD, ou Plan Local des Déplacements: Le site de la mairie de Guyancourt fait référence à ce projet, par ailleurs expliqué sur celui de l'agglomération.

 

 "Ça me concerne, je m'exprime" nous dit la page de présentation : pourquoi sommes–nous concernés ? Parce que ce PLD "définit la politique du territoire … en matière de transports et de déplacements avec comme principaux objectifs l'attractivité de notre territoire, la circulation, la mobilité durable et l'encouragement aux transports publics (voir les détails sur le site de Saint-Quentin-en-Yvelines) : nous sommes donc bien "concernés" par ce plan. Pour s'exprimer, c'est possible par l'enquête publique qui vise à associer la population…à l'informer sur le projet… recueillir ses suggestions...avant que le projet ne soit définitivement arrêté. Voici donc un projet qui nous concerne, sur lequel nous sommes invités à donner notre avis (voir les modalités concrètes de la consultation ICI ) et qui démontre, s'il était encore besoin, que les projets de l'agglomération sont ceux de notre commune et que nous sommes totalement partie prenante de ces derniers.

 

Il faut maintenant aller plus loin dans notre conception de l'agglomération et de son rôle dans un territoire plus large.

 

Voilà déjà longtemps que nous demandons une agglomération plus forte que celle que nous connaissons aujourd'hui (voir les notes de ce blog et en particulier celle du 23 janvier 2013 ICI) si nous voulons continuer à être un territoire attractif. En 2010, Saint-Quentin refusait les villes voisines qui demandaient à nous rejoindre ! Aujourd'hui, la loi en discussion et adoptée dans ses grandes lignes va rouvrir ce chantier.

 

La loi de "Modernisation de l'Action Publique Territoriale et d'Affirmation des Métropoles" crée la Métropole de Paris. Elle demande aussi que les intercommunalités de la Grande couronne, donc les Yvelines, atteignent un seuil de 200 000 habitants, soit au minimum pour Saint-Quentin, un accroissement de population de plus de 50 000 habitants. Qui ? Comment ? Pour quel projet ?

 

Les discussions s'ouvriront après les élections municipales de mars 2014: c'est  donc un véritable programme que nous devrons proposer aux électeurs et il faudra bien que chaque candidat dise officiellement comment il voit Saint-Quentin dans les années à venir. Guyancourt–en-mouvement ne veut pas penser seulement Guyancourt, mais penser bassin de vie, territoire plus large: ce n'est pas nous affaiblir, mais au contraire, devenir plus fort sans perdre de vue l'intérêt des Guyancourtois : l'avenir de Guyancourt en dépend.

 

Guyancourt-en-mouvement entend bien prendre toute sa place dans le débat qui devra forcément s'ouvrir au début de 2014.


Jean-Loup Carriat

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

28 novembre 2013

La démocratie de proximité vue par nous

 Guyancourt en mouvement, démocratie locale, municipales 2014Comme dans toutes les tribunes du "Guyancourt magazine" apparaît depuis la fin du mois d'Août,  la mention  La liste Guyancourt Générations citoyennes n'a pas été en mesure de fournir son texte.  En effet, comme nous l'avons dit sur notre note du 29 Août 2013 (Pour la relire, cliquer ICI), seule la liste siégeant au Conseil municipal peut s'exprimer dans le bulletin municipal.  Selon le Code Général des Collectivités Publiques, "un espace [dans le bulletin municipal] est réservé à l'expression des conseillers n'appartenant pas à la majorité municipale".

 

L'équipe de "Guyancourt en mouvement" ne peut donc s'exprimer que par l'intermédiaire de ce blog. Je vous en informais le 29 août, à propos de la sortie du bulletin municipal n° 461, dans ces termes: nous [l'équipe GGC] n'avons plus la capacité de vous informer via la publication municipale… puisque nous ne pouvons avoir d'article signé sous notre nom. J'écrivais aussi qu'il n'était pas question pour notre équipe de manquer ce rendez-vous régulier avec vous, promesse que nous avons tenue.

 

Je profite de ce rappel pour remercier nos lecteurs, ceux de la "newsletter" et tous ceux qui "cliquent" sur le nom de "Guyancourt en mouvement" pour nous suivre de cette façon.

 

Cette note du 29 août était aussi l'occasion de rappeler ( "rappeler", car si vous avez la curiosité de consulter les archives, voyez les articles consacrés à ce thème !) ce que j'entendais par "démocratie de proximité" : un échange qui ne se limite pas au minimum, à savoir des réunions publiques d'information, mais un travail en commun sur un projet en construction avec chacune et chacun d'entre vous. Cet échange doit avoir lieu tout au long de la mandature et pas seulement avant  les élections, comme le fait la majorité actuelle.

Quant à ma conception de la démocratie de proximité,  je  vous renvoie à cette note de la fin de mois d'août  (ICI) à laquelle je ne change aucun terme.

 A propos de la valeur de "démocratie locale", que nous traduisons ici par "démocratie de proximité", je remarque que cette absence de démocratie locale que nous soulignons depuis plus de six ans, est aussi perçue par l'opposition. "Transparence, écoute", voilà deux notions que je revendiquais dans cette même note du 29 Août. Je continue à l'inscrire comme fil rouge de notre  programme: écouter, entendre, oui, mais aussi participer, travailler ensemble, car chaque guyancourtoise, chaque guyancourtois, est acteur de sa ville.

 Nous avons intitulé notre blog "Guyancourt en mouvement" : c'est tout cela qui est sous-jacent à ce terme de "mouvement".

 J'écrivais dans la note du 3 octobre 2013 qui annonçait ma candidature (pour la relire, cliquer ICI) : pour "vivre ensemble", il faut commencer par "faire ensemble". Ce mouvement, c'est ce nouveau souffle dont je parlais il y a presque deux mois, pour que chacun d'entre nous trouve sa place à  Guyancourt. Cela est possible à condition que chacun accepte de faire ensemble au-delà des "clans" habituels car Guyancourt mérite cela.

 Si, vous aussi, vous voulez ouvrir une nouvelle page pour notre ville, être un acteur du projet, merci de relayer ce blog autour de vous et... de nous contacter ou/et de nous rejoindre.

Vous pouvez aussi continuer à répondre à notre questionnaire "Donnez votre avis", en cliquant sur ce lien (ICI).

 

Jean-Loup Carriat

 

Pour nous contacter :

 

Mel: guyancourtenmouvement@gmail.com

 

Téléphone: 06 86 52 37 73

 

 

 

 

 

20 novembre 2013

Qu'entend-on par "projet urbain" ?

municipales guyancourt,questionnaire,votre avisMerci à l'internaute qui, en réponse au questionnaire en ligne sur le site demande ce qu'il faut entendre par le terme "projet urbain" et nous permet donc de préciser notre pensée.                             

  Rappel de la question:

 

 Etes-vous satisfait de la façon dont vous êtes informé des projets qui concernent l'aménagement de la ville ou/et de votre vie quotidienne et de leur suivi avant la prise de décision ?

 

 Qu'entend-on par projet urbain ?

 

Est "urbain", tout ce qui concerne une ville: des bâtiments, des immeubles, des rues… en un mot tout ce qui est utilisé par les citoyens. C'est aussi tout ce qui concerne la vie du citoyen: son cadre de vie, ses commerces, ses espaces publics…

 

Le projet urbain se décline donc en projets concrets : rénovation d'une partie d'un quartier, bâtiment dont la destination est appelée à changer…c'est l'aspect "aménagement" de la ville.

 

 Un "projet urbain" peut aussi s'entendre dans un sens plus large dans la mesure où il touche la vie des habitants : les rythmes scolaires en sont l'exemple le plus récent; c'est l'aspect "projet qui concerne la vie quotidienne".

 

Au-delà de ces exemples, c'est tout un projet de ville qui est en jeu: si on réfléchit à une nouvelle destination d'un bâtiment cela sous-entend pour en faire quoi ? Est-ce pour le transformer en commerce de proximité, en banque, en commissariat, en crèche, en espace vert après la destruction du bâtiment … ? La réponse sous-entend une vision de la société, ce qui concerne chacun aujourd'hui et à terme plus ou moins long.

 

C'est pour toutes ces raisons que nous avons voulu résumer ces objectifs sous la question ci-dessus. La première partie de la question sur l'information est essentielle car il est certain qu'une équipe municipale est élue sur un projet : elle représente les habitants qui l'ont élue, mais, malgré tout, ce n'est pas un chèque en blanc !

Un projet ne peut se réaliser sans la concertation qui est bien autre chose que l'information : cela pourrait être l'objet d'une autre question !

Rappel: note du 2 novembre qui annonce "Donnez votre avis"

Le questionnaire est aussi disponible en cliquant sur ce lien (merci de laisser vos réponses par courriel à l'adresse suivante:

guyancourtenmouvement@gmail.com

ou en cliquant ICI

Merci aux Guyancourtois et Guyancourtoises qui ont donné leur avis et à celles et ceux qui voudront bien le donner

 

 

24 octobre 2013

A propos des élections de Mars 2014


Voilà déjà plus d'un an que nous avons voulu vous tenir informés des péripéties de la législation concernant notre territoire. Voici un bref rappel: guyancourt,élections 2014,saint-quentin

  • Changement (ou non) du périmètre de notre agglomération ? Finalement, le périmètre restera identique à celui d'aujourd'hui, les villes candidates, celle de Maurepas en particulier, étant découragées par le " non" saint-quentinois.

 

  • Métropole (ou non) du Grand Paris qui devient "Paris-Métropole", un projet toujours en discussion, et très discuté,  après deux lectures au sénat, et un vote à venir dans deux mois à l'Assemblée Nationale.

 

  •  Intercommunalité: leur rôle va aller en s'accentuant, l'état se désengageant de plus en plus. Même si ce sujet est complexe et, parfois, peu connu, il est important puisque beaucoup de secteurs de notre vie quotidienne sont liés aux compétences intercommunales, en partie ou totalement.

 

C'est aussi pour cela que les élections municipales de mars 2014 sont différentes des précédentes : Voir sur ce sujet, l'article d'avril 2013, "Horizons 2014" qui alertait sur ces changements, la loi sur la réforme territoriale imposant de nouvelles règles à la gouvernance des intercommunalités. Peu de termes sont à changer depuis le mois d'avril:

 

Il est prévu qu'en 2014,[c'est maintenant acquis] les candidats à la Communauté d'agglomération seront "fléchés" sur les listes des candidats communaux présentées aux électeurs. En fait, le bulletin de vote comporterait comportera une liste séparée permettant à l'électeur de connaître les candidats au conseil intercommunal. (ce qui n'était pas le cas auparavant, voir la suite de cet article du 10 avril 2013) Symboliquement, ces élus ne seront plus "délégués des communes", mais "conseillers communautaires".

 Le nombre des conseillers communautaires guyancourtois passera de 7 à 9 en 2014, le mode d'élection étant celui des élections municipales. Concrètement cela signifie que, pour la première fois, des conseillers "d'opposition" (à la majorité municipale qui se dégagera des élections) siègeront à la communauté d'agglomération. Jusqu'à cette date, les membres des majorités municipales choisissaient eux-mêmes, donc entre eux, leurs conseillers communautaires.

 

Plusieurs articles parus dès avril 2010, tentaient de replacer Saint-Quentin dans son histoire et son paysage actuel. Ce qui était écrit le 25 août 2011 est encore d'actualité:  Il manque encore à notre agglomération ce projet commun qui porterait une vision ambitieuse, volontariste, élaborée en concertation avec les Saint Quentinois, pour inscrire cette démarche dans un dynamisme qui commence à s'essouffler alors que la concurrence est forte autour de nous.

L’intercommunalité est toujours, pour moi-même et mon équipe, un maillon essentiel de notre territoire, et donc du projet que nous porterons en 2014.          

guyancourt,élections 2014,saint-quentin

 Jean-Loup Carriat