Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21 mars 2013

Non cumul des mandats ?

Une des promesses du candidat F.Hollande à la présidentielle était le non cumulcumul-mandats.jpg des mandats, c'était la proposition n° 29: "pour approfondir la démocratie...nous introduirons une dose de proportionnelle aux Législatives….nous lutterons contre les conflits d'intérêt et nous imposerons une limitation du cumul des mandats" (source: Les 30 Propositions du candidat).L'engagement est clair, et le candidat devenu Président l'a réitéré.

Cette déclaration n'est assortie, il est vrai d'aucune date. Pourtant cette proposition est de nouveau recommandée par la  "Commission Jospin" dans le cadre de la "Rénovation de la République" pour une "République exemplaire". Cette même commission souhaitait sa mise en œuvre “à compter du prochain renouvellement des mandats locaux”, soit 2014 pour les mandats municipaux, 2015 pour les mandats départementaux et régionaux.

Beaucoup d'élus freinent des quatre fers,  qu'ils soient dans la majorité ou dans l'opposition: pourtant cette promesse est claire. Les électeurs de 2014 pour les municipales, ceux de 2015 pour les élections aux conseils départementaux et régionaux sauront-ils à quoi s'en tenir ? Leur candidat ira-t-il au bout de son mandat ? On ne peut pas changer la règle du jeu en cours de partie di-t-on, et la promesse sera repoussée... aux prochaines promesses électorales de 2017 !

En 2012, peu de candidats-députés avaient choisi entre leurs mandats local et parlementaire Toute promesse sera mise en œuvre "pendant le quinquennat” promet le 1er ministre, ce qui risque de la repousser en 2017 ! C'est une "escroquerie civique", enrobée de pseudo difficultés constitutionnelles pour expliquer son report: cette loi pourrait s'appliquer ("aurait pu" serait maintenant exact !) dès 2014 pour les élections municipales. Il suffirait (ou, encore une fois, il aurait suffit!) de prévoir qu’un parlementaire démissionnaire soit remplacé par son suppléant et, pour cela, de modifier une seule disposition d’une loi organique, sans convoquer le ban et l'arrière ban du Congrès!

Mais trop de députés de tous bords sont concernés par cette pratique qui fait pourtant de notre pays une exception européenne. Un rapport sénatorial de février 2012 estime que" la proportion d'élus en situation de cumul ne dépasse pas 20% dans la plupart des pays européens; en France, 84 % des députés et 72% des sénateurs exercent au moins un autre mandat électif" (source: site de Vie-publique).

Même si on tient compte de la diversité des "organisations des pouvoirs publics" les différences montrent que nos élus sont, pour la plupart, bien attachés à ce système. Leurs confrères européens connaissent-ils moins bien le terrain ? Leurs pays sont-ils mal gouvernés?

Faudra-t-il attendre 2017 pour voir cette promesse réalisée, ou sera-telle encore un article de  programme ? En sera-t-il de même pour l'autre engagement de cette proposition "29" sur la dose de proportionnelle à instiller dans les élections locales afin que tous les courants d'opinion soient représentés ? C'est pourtant une promesse qui ne coûte pas cher !

Je profite de cette réflexion sur une réforme qui donnerait un peu d'air à la vie démocratique de notre pays pour rappeler ce que j'écrivais en 2008 dans une "charte poléthique" à propos d'une volonté de "changement en profondeur dans nos pratiques" politiques et en particulier municipales. (voir notes du 11 Août 2009, rubrique "Notre boîte à idées" et du 5 Avril 2012 "pour une démocratie renouvelée", rubrique "Avenir de notre territoire") : "Je m'engage à ne pas cumuler les mandats, et ne pas renouveler deux mandats successifs au même poste de responsabilité", des engagements auxquels je crois toujours.

Julien Oechsli, Conseiller municipal

 

24 novembre 2012

Les impôts locaux à l'horizon 2013

Tel est le titre de l'article paru dans le Guyancourt Magazine n°448, du 22 Novembre 2012.

A ce propos, nous pouvons lire (P 9) :  Le mot d'ordre, faire des économies. A titre d'exemple, …. Le Guyancourt Magazine verra sa périodicité réduite de six numéros…".                                  réduction-dépenses-publiques.jpg

Je suis en plein accord avec cette idée, d'autant plus qu'une telle proposition est la nôtre depuis 3 ans et donc, depuis cette date, les économies sur ce poste de fonctionnement, seraient déjà effectives depuis, au minimum, l'année 2009 !

Pour rappel, voir sur ce blog, la rubrique "Archives 2008-2009" :

Un an après [2008] nous avons  des choses à nous dire :

         Mes principales préoccupations pour Guyancourt",  et parmi celles-ci:

  •  Informer, responsabiliser, se faire entendre : Vivifier la démocratie à Guyancourt

  Informer moins, mais informer mieux. Je propose de communiquer de façon plus condensée pour réduire les frais de papier : un Guyancourt Magazine par mois est, selon moi, suffisant pour informer les Guyancourtois, d'autant plus que cela s'intègre dans une démarche d'économie de papier et d'économie de fonctionnement pour le budget (puisque la parution d'un magazine génère toute une série de dépenses qui, en conséquence, sont réduites aussi).

Julien Oechsli

 

 

29 octobre 2012

Mois de l'Economie Sociale et Solidaire


Le mois de Novembre est celui de l'Economie Sociale et Solidaire (ESS)

Saint-Quentin y participe comme chaque année. Des rendez-vous sont programmés : voir le site de la Communauté d'agglomération pour les retrouver.

Le premier d'entre eux aura lieu le 14 Novembre. 

Pour connaître le bilan des journées de 2011, on peut se reporter au site de l'ESS: ICI.

Une prochaine note vous donnera d'autres indications . A suivre !

ESS-2012.jpg

25 octobre 2012

Emplois d'avenir

L'Assemblée Nationale et le sénat ont adopté la loi créant les emplois d'avenir. La  note du 16 Octobre parue sur ce blog (ICI) vous informait de l'objectif de ce texte.chomage-jeunes.jpg 

Il s'agit de proposer des solutions d'avenir et d'ouvrir l'accès à une qualification  aux jeunes peu ou pas qualifiés qui ne parviennent pas à trouver le chemin de l'insertion professionnelle.

Mon propos n'est pas  de juger cette loi en tant que telle, mais de chercher comment elle peut aider les jeunes de notre ville, en particulier "les décrocheurs"  restés en dehors du système scolaire, à trouver le chemin de l'emploi.

C'est aussi l'objectif de la "semaine de l'emploi". Chaque année (en 2012, sur Saint-Quentin-en Yvelines, elle s'est tenue au mois de Février), elle permet d'informer les jeunes et de rapprocher les demandeurs d'emplois des entreprises qui recrutent. Il faut aller plus loin car les jeunes sortis du système scolaire ne fréquentent  pas ces structures classiques et ne sont généralement pas ceux qui viennent se renseigner.

Ne faudrait-il pas prévoir une démarche contraire et travailler en partenariat avec les entreprises afin qu'elles viennent elles-mêmes au-devant des  "décrocheurs"? Elles pourraient les informer de ces rencontres, mais surtout,  leur proposer des parcours de formation débouchant sur des perspectives d'emplois.

Ce serait une variante du principe  des "emplois francs" (allusion aux ex zones franches au bilan mitigé) mais inversé. L'entreprise embauchant un jeune en difficulté se verrait bénéficier d'exonérations. Bien sûr, il faut attendre une expérimentation,  adapter ce principe à notre territoire. Mais l'essentiel est d'être créatif et d'imaginer tout ce qui peut aider les jeunes en difficulté.

Une mobilisation générale  de tous les acteurs  du territoire est nécessaire pour lutter contre le chômage des jeunes (le dernier chiffre qui vient de paraître n'est guère rassurant); c'est une des causes  profondes des difficultés rencontrées dans certaines parties de notre commune.

 

Julien Oechsli, Conseiller municipal

 

04 septembre 2012

Info !

 

En cette période de rentrée, si vous avez besoin de mobiliers de bureaux, et même de véhicules, voici peut-être une info qui va vous intéresser !        enchères.jpg

La Communauté d'agglomération organise une vente aux enchères de son "matériel réformé" du 5 au 16 Septembre.

Tous les renseignements et un aperçu des objets mis aux enchères sont sur le site de la CASQY (cliquer ICI).

 Ils seront exposés le samedi 8 septembre, de 10h à 17 h au Château de la Couldre, 2 Avenue des IV Pavés du Roy, à Montigny.

                Attention, pour participer, il faut s'inscrire !