Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 mai 2015

Cérémonies du 26 Avril 2015

Ce 26 Avril 12015 correspondait au 70éme anniversaire de la libération des camps, un hommage à tous les déportés, plus de 166 000 enfants, et adultes.

Déportés de répression (presque 90 000, déportés parce que résistants, opposants politiques, homosexuels, ..), déportés de persécution (plus de 76 000 dont 11 000 enfants, déportés par antisémitisme, dans le cadre de la mise en œuvre de la "solution finale"), mais tous victimes de la barbarie.

Cet hommage national a été rendu sur le plan national (voir photos prises le matin du 26 avril au mémorial de l'Ile de la Cité) , sur le plan local ( voir photo prise à Guyancourt).   

260415-guyancourt-1.JPG

 

cérémonie-cité-26 avril2015.jpg

 

cité-26-04-15-9.JPG

On peut aussi écouter le témoignage de Francine Christophe enregistré sur TVFIl 78 (voir ci-dessous) : un témoignage émouvant de cette "petite fille privilégiée" déportée à 8 ans 1/2 au camp de Bergen Belsen)

http://www.tvfil78.com/78-le-journal-edition-du-lundi-27-...

(le témoignage de  Francine Christophe débute à 3'28)

La pièce qu'elle évoque dans ce reportage sera présentée au Prisme le 29 mai à 20h. Les scolaires auront assisté à cette représentation à 14h et auront aussi participé aux échanges avec F.Christophe.

Ci-dessous, les trois élus d'Unis Pour Guyancourt, le 26 Avril après la cérémonie

2604-15-guyancourt-2.JPG

Un rappel : ce 26 avril était aussi le 70éme anniversaire du droit de vote des femmes !

23 avril 2015

Unis pour Guyancourt

Une note du 31 Mars vous informait de la déclaration lue au Conseil municipal de ce jour ( voir la note ci-dessous).               tract-UPG.jpeg

http://www.guyancourt-en-mouvement.eu/archive/2015/03/ind...

Cette déclaration faisait part au Conseil et aux Guyancourtois de la décision de trois élus de l'opposition (dont Jean-Loup Carriat)  de quitter l'association "Osons Guyancourt" et de travailler ensemble au sein du groupe "Unis pour Guyancourt".

Vous trouverez ci-dessous le tract distribué dans les boîtes à lettres de notre commune dans le but d'informer plus largement les habitants de notre décision.

Le tract est ICI

Bonne lecture

17 avril 2015

Quel avenir pour la Communauté d’agglomération de Saint-Quentin en Yvelines dans le cadre du Schéma Régional de Coopération Intercommunale ?

Les élus locaux ont repoussé la proposition du préfet, en substituant au projet CASQY-2016.jpgd'une collectivité territoriale de 800 000 habitants, deux établissements publics à taille humaine :

-Versailles Grand Parc étendu à Vélizy

-La Communauté d'Agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines étendue à la Communauté de Communes de l'Ouest Parisien (Plaisir, Villepreux, Les Clayes-sous-Bois)  et aux communes de Coignières et de Maurepas. La nouvelle Communauté d'Agglomération comptera ainsi plus de 230 000 habitants (voir la carte ci-dessus : source CASQY).

Les deux autres agglomérations de l'Essonne se regroupent, conformément à leur vote.

Quel avenir pour la Communauté d'Agglomération qui devrait naître en janvier 2016?

Malgré les incertitudes législatives (la Loi NOTRe qui doit étudier les compétences des nouvelles collectivités territoriales est toujours en discussion au Parlement), le Mouvement Démocrate des Yvelines a réfléchi aux défis posés par ces réformes. Il a présenté ses conclusions à Maurepas, le 15 Avril

Maurepas-SRCI-2.JPG

 

 

Voici quelques-unes de ses remarques ...

 

 Le MoDem 78 reconnaît la précipitation de cette réforme territoriale, et dénonce les incertitudes qu'elle soulève. Cependant, prenant acte de la loi, nous incitons à sa mise en œuvre de façon intelligible et dans l'intérêt de nos concitoyens.

Les enjeux liés à la mise en œuvre du schéma Régional de Coopération Intercommunale sont d'ordre politique, économique et humain.

A l'heure où l'Etat se désengage, rassemblons-nous pour réduire nos dépenses publiques, tout en offrant aux Saint-Quentinois des services publics de qualité par l'affirmation de projets communs.

Il s’agit pour Saint-Quentin en Yvelines, d'affirmer ses ambitions face à la prééminence du Grand Paris et, d’organiser au mieux la gouvernance et les compétences, afin que les communes membres disposent des moyens de leur action. L'enjeu sera également de créer un environnement économique favorable pour que nos entreprises locales gagnent en compétitivité.

... et de ses propositions

Saint-Quentin en Yvelines doit se définir une ambition commune au nouveau territoire pour atteindre un niveau d’intégration de compétences lui permettant de relever les défis de demain

Dans un second temps, Saint-Quentin en Yvelines devra poursuivre le dialogue avec les habitants en développant des structures de démocratie locale comme un Conseil de Développement étendu à la nouvelle communauté d’agglomération; il doit être le moyen de faire participer les habitants aux projets de leur territoire et donc de se l’approprier.

La nouvelle Communauté d'Agglomération devra continuer à participer activement à la mise en œuvre du Contrat de Développement Territorial (CDT Saint-Quentin/Versailles/Vélizy), ce qui viendra renforcer les liens entre les Communautés.

Il nous apparaît aussi important de réfléchir avec eux au rapprochement avec certaines communes de la Communauté de Communes  Vallée de Chevreuse, ce qui aurait un sens tant en terme de bassin de vie que de renfort d’accès transport à la communauté d’agglomération.

C'est en faisant preuve d’écoute, d'audace et de volonté de dépasser les particularismes de communes au profit de l’intercommunalité, qu'il nous faut nous mettre au travail pour bâtir cette nouvelle intercommunalité. Ne perdons plus de temps, la recherche d’efficacité des politiques publiques doit l’emporter sur toute autre considération, afin que des synergies utiles se dessinent au profit de l'intérêt général et des acteurs économiques de nos territoires.

La réelle maîtrise des dépenses, imposée par le contexte social et économique actuel n’existera qu’à la condition de l’engagement de tous les échelons territoriaux (département, communautés d’agglomération, communautés de communes et communes) de se doter d’un socle commun et engageant et d’accompagner la mutualisation des ressources de son volet économique et humain (analyse économique et sociale globale à réaliser). Ce socle commun doit privilégier la portée de l’intérêt communautaire.

Jean-Loup Carriat et l'équipe GGC

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

31 mars 2015

Conseil municipal du 31 Mars 2015 : "Unis pour Guyancourt"

Ce mardi 31 mars, s'est tenu un Conseil municipal à la mairie de Guyancourt. MAIRIE.png

A la suite de ce conseil, une élue de l'opposition, Annick Cavelan, a lu une déclaration en  son nom et en celui de deux autres élus: Philipe  Chancelier et Jean-Loup Carriat.

Ces trois élus ont déclaré ne plus être associés au groupe « Osons Guyancourt » et ont annoncé la création de leur nouveau groupe d’opposition au sein du Conseil Municipal: « Unis pour Guyancourt ». Cette décision n'a rien à voir avec le résultat des dernières élections au Conseil départemental (en date du 29 mars) auxquelles ils ont participé avec des membres de l'équipe, dont ceux de Guyancourt en mouvement

Les motivations de cette scission rendues publiques ce soir n'ont rien à voir avec de simples querelles de personnes mais sont bien plus graves et plus profondes.

Les divergences avec les deux autres élus d’opposition portent sur la conception même de l’exercice de leur mandat et de leur responsabilité d’élus, en particulier l'absence de préparation du Conseil municipal entre les élus et les membres de l'équipe qui désirent s'investir et travailler avec eux.

Annick Cavelan, Jean-Loup Carriat et Philippe Chancelier n’acceptent pas les prises de position présentées en conseil par les deux autres élus, sans qu'ils en aient tous débattu, surtout quand ils ne  partagent pas la teneur de ces déclarations qui ne correspondent ni à leurs valeurs, ni au programme proposé aux électeurs lors de la campagne municipale : les deux derniers exemples datent du conseil municipal du 11 février 2015 et du 31 mars 2015.

En 2014, ils se sont engagés pour Guyancourt, comme s'étaient engagés les Guyancourtois qui les soutenaient. Ils veulent, aujourd’hui, pour les Guyancourtois, pour les Saint-Quentinois, continuer à travailler avec davantage d’efficacité et dans la sérénité, en fédérant toutes les énergies et dans le respect de toutes les diversités car c'est aussi respecter les diversités des Guyancourtois qui nous ont apporté leur soutien.

Jean-Loup Carriat et Guyancourt en mouvement vous remercient de votre fidélité.

 

 

 

 

 

 

09 mars 2015

Devenir de Saint-Quentin-en-Yvelines

Notre note du 30 janvier 2015 vous informait du projet préfectoral concernant la proposition d'une méga collectivité "de 800 000 habitants regroupant quatre intercommunalités" .réforme territoriale.jpg

Elle était  proposée aux votes des conseils communautaires et municipaux de ces quatre  agglomérations (celles de Versailles, Grand Parc et de Saint-Quentin en Yvelines  dans notre département et celles d 'Europ'Essonne et du Plateau de Saclay dans le département de l'Essonne)..

 Le préfet régional vient de rendre un arrêté statuant sur le devenir de notre agglomération et des trois autres concernées par ce projet.

Versailles-Grand Parc, les deux intercommunalités d'Europ'Essonne et du Plateau de Saclay qui fusionnent, selon leur vœu, et Saint-Quentin sont donc et resteront trois intercommunalités.

 Vous trouverez l'arrêté préfectoral dans le document joint, ICI

 L'agglomération de Saint Quentin devrait donc former, le 1er Janvier 2016, une collectivité de 12 communes : les 7 actuelles (Elancourt, Guyancourt, La Verrière, Magny-les-Hameaux, Montigny, Trappes, Voisins) auxquelles  se rajouteront celles de Maurepas, Coignières, Plaisir, Villepreux, Les Clayes.

Avant cette date, les préfets des départements concernés doivent prendre des arrêtés de projet de périmètre pour chacun des futurs EPCI. Ces arrêtés seront soumis aux votes des communes et EPCI concernés.

 L' apprentissage du "travailler ensemble" sera peut-être long, mais cela devrait être profitable à chacune des communes si chacune fait passer l'intérêt communautaire, donc celui des habitants, avant des intérêts communaux, importants, certes, mais souvent à court terme.

Ce sera peut-être l'occasion de commencer la réflexion d'un Schéma de Cohérence Territorial (SCOT) qui concernerait l'aménagement global du Plateau de Saclay et de penser le futur PLUI saint-quentinois, (Plan Local d'Urbanisme Intercommunal) à cette nouvelle échelle... sans oublier la concertation avec les habitants, premiers acteurs de cet aménagement.

 Bonne lecture