Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31 mai 2014

Suite des élections du 25 Mai

Guyancourt-en-mouvement remercie les Guyancourtoises et Guyancourtois qui ont apporté leurs suffrages à la liste des "Européens"  lui permettant d'obtenir 13,59% des suffrages exprimés (voir document ci-dessous) merci 4.jpg

Le fort taux d'abstention et la montée des extrémistes ne nous invitent pas à baisser les bras mais au contraire renforcent notre détermination: il faut expliquer l'Europe et la nécessité d'une Europe plus protectrice, plus sociale, plus démocratique. 

Les anti-européens sont entrés au Parlement européen; la France a encore perdu de l'influence en Europe: personne au Conseil des 28 qui a suivi les élections n'a prêté attention au discours de François Hollande.

La classe politique est en pleine décomposition. Une reconstruction est nécessaire; nous avons tous une part de responsabilité pour y participer. Nous continuerons sans relâche à dire que rien n'est possible si nous ne nous mettons pas au service des citoyens et de l'intérêt général.

Les solutions pour reconstruire ne viennent pas des extrêmes; le système politique actuel ne pourra pas résister longtemps avec des dirigeants politiques qui ont perdu la confiance des Français. Une reconstruction est obligatoire, les forces centristes sont parties prenantes pour cette reconstruction et bien décidées à le faire. 

Les résultats des élections européennes du 25 mai dans les 7 communes de St Quentin-en-Yvelines sont disponibles dans ce document joint

 

 

 

13 mai 2014

Nouvelles saint-quentinoises et donc guyancourtoises !

Rappelez-vous ! Notre article du 18 janvier 2014 se terminait par ces mots: intercommunalité.jpg

Quels que soient les résultats des élections (municipales et communautaires), des pages se tourneront après le mois de mars...   

Une page s'est en effet tournée : la communauté d'agglomération a maintenant un nouveau président (ceci était de toute façon prévu), mais, suite aux élections des 23 et 30 mars, elle est, "pour la première fois de son histoire… conduite par une majorité de droite" (source: site de la Communauté d'agglomération).

 Le 26 avril a eu lieu le premier conseil communautaire. A cette occasion, M. Laugier a évoqué ses priorités (voir le site de la Communauté d'agglomération).

 Parmi celles-ci, le futur périmètre de Saint-Quentin sera une des toutes premières à traiter. Cette question s'inscrit plus largement dans celle du "big bang" de la réforme territoriale annoncée, le tout sur fond de nouvelle métropole du Grand Paris et surtout de  restrictions budgétaires.

 Sur le périmètre de l'agglomération,  M Laugier affirme vouloir agir " dans l’optique d’un élargissement du périmètre de Saint-Quentin-en-Yvelines. En 2016, conformément au projet métropolitain du Grand Paris, nous devrons atteindre le seuil des 200 000 habitants [Saint Quentin compte actuellement plus de 148 000 habitants, NDLR]. Nous avions déjà posé les orientations pour la constitution d’un Grand Saint-Quentin intégrant certaines de nos communes limitrophes (en particulier Maurepas et Plaisir, NDLR). Les contacts avec les maires concernés ont déjà été pris : ils nous ont fait part de leur intérêt à rejoindre la Casqy".

 Que dit le projet sur ce sujet ?

 Dans les départements de l’Essonne, de Seine-et-Marne, du Val-d’Oise et des Yvelines, les EPCI à fiscalité propre dont le siège se situe dans l’unité urbaine de Paris, telle que définie par l’INSEE, doivent regroupent plusieurs communes d’un seul tenant et sans enclave formant un ensemble d’au moins 200 000 habitants.

 Un projet de schéma régional de coopération intercommunale devra être élaboré par le préfet et présenté avant le 1er septembre 2014.

 

 A défaut d’accord des conseils municipaux [ sur un projet de schéma régional de coopération intercommunale élaboré par le préfet ] les représentants de l’État dans les départements concernés pourront, par décision motivée, après avis de la commission régionale de la coopération intercommunale, créer l’établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre.

 Les discussions risquent d'être compliquées entre les élus communautaires et municipaux. Le fil conducteur de la délimitation du périmètre doit, comme nous l'avons toujours dit, être le bassin de vie des habitants, et en toile de fond l'attractivité de notre territoire dont dépend l'avenir des Saint-Quentinois. Peut-on aussi rêver d'un véritable projet de territoire ? Les réformes à venir sont l'occasion de tout remettre à plat : des débats qui doivent de toute façon impliquer les habitants et usagers du territoire.

 Cet élargissement du périmètre de notre agglomération est à penser dans le bouleversement territorial et institutionnel prévu de notre région :

     -la création de la métropole du Grand Paris qui, en janvier 2016 doit regrouper la commune de Paris, l’ensemble des communes des départements des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne

      -la fusion des régions, la disparition ou non des départements et surtout

      -la raréfaction des ressources fiscales des collectivités territoriales puisque la perspective d’une réforme des dotations fait craindre le pire : sur les 50 milliards d’euros d’économies à réaliser d’ici à 2017, la part des collectivités territoriales serait de 11 milliards d’euros. Dans ce contexte, Matignon évoque une réforme de la dotation globale de fonctionnement pour « encourager les comportements vertueux et renforcer les mécanismes de solidarité financière entre collectivités riches et défavorisées »  et demande une « meilleure sélection des projets financés ».

 C'est certainement cet aspect financier qui impactera en premier lieu notre vie quotidienne car il faudra bien résoudre l'équation entre des recettes en baisse, des dépenses en hausse et des services publics incompressibles, une économie en difficulté et des investissements publics en panne si on en croit les estimations pour 2014 qui annoncent un recul de plus de 5% de l'investissement local.

 L'article du 18 janvier annonçant que des pages se tourneront en 2014 est bien d'actualité. La conclusion de ce 13 mai est identique à celle du 18 janvier:

 Ecrivons ensemble ces nouvelles pages !          

créons-ensemble.jpg

 

A suivre …

 

 

 

03 mai 2014

Les Européens à Guyancourt !

 

 

Vendredi 2 Mai, les candidats de la liste UDI-Modem Les Européens Ile-de-France étaient à l’étang des Roussières à Guyancourt sur le site d’hydroliennes en présence également de Brice Lalonde, conseiller spécial pour le développement durable à l’ONU.

 hydrolienne 2.JPGMarielle de Sarnez, Jean-Marie Cavada, Patricia Lalonde, Bruno Millienne (78), Flavien Bazenet (78) et Pierre-Olivier Carel (93) étaient présents afin de mettre l’accent sur l’importance des questions environnementales.

Les deux hydroliennes de cet étang utilisent l'énergie du vent pour améliorer la qualité des eux et maintenir ou restaurer la biodiversité aquatique. A travers un mécanisme d’épuration de l’eau, qui transfère l’oxygène de l’air vers l’eau grâce à l’action du vent, ces hydroliennes luttent contre la dégradation du milieu aquatique due principalement à la pollution urbaine. Permettant une amélioration de la qualité de l’eau, cette installation garantit la sauvegarde de la faune et de la flore.

 Ce procédé installé par la société Aérolac en partenariat avec le Conseil général a été parfaitement expliqué par l'ingénieur en Gestion du Patrimoine de la Communauté d'agglomération de Saint Quentin et par le personnel en charge du site.

 L’environnement est au coeur du projet européen.

 La préservation de la biodiversité et la protection de l’environnement sont deux enjeux cruciaux pour l’Europe. Et c’est exactement le rôle des hydroliennes sur étang à Guyancourt.

 Marielle de Sarnez et Jean-Marie Cavada ont particulièrement tenu à saluer cette initiative, qui s’inscrit parfaitement dans la volonté d’une « révolution écologique européenne » – un des engagements d’UDI-MoDem Les Européens. Marielle de Sarnez, elle, a insisté sur la nécessité de la prévention, arguant qu’en matière environnementale, il valait mieux prévenir que guérir. Quant à Jean-Marie Cavada, il a rappelé l’importance de la sensibilisation des habitants.

 La visite du site a été suivie d’une rencontre publique au « Café de l’Europe », à Montigny-le-Bretonneux

 Source: Les Européens et page Facebook

P1010215.JPGP1010222.JPGP1010218.JPGP1010214.JPG

 

 

 

13 avril 2014

Une démarche politique nouvelle ?

Ou comment tirer la leçon des élections municipales et regarder vers l'avenir !                                                           abstentiion municipales 2014, guyancourt

 

Claque pour le PS, "vague bleue": tout ceci est à relativiser car en réalité,  chacun sait bien que le premier parti de France n'est ni la droite (45, 91%), ni la gauche qui vole en éclat (40,57%)  mais l'abstention. Quant aux centristes, que l'on donnait morts,  même si les médias n'en ont que très peu, ou même pas parlé du tout,  leur score national (15%)  est pratiquement le double de celui de l'extrême droite qui fait pourtant la une médiatique.  

Les analystes politiques l'avaient prédit, les politiques le redoutaient, les faits l'ont confirmé: le 1er parti de France est donc bien celui des abstentionnistes (taux national: 36,45%)

Si on se réfère aux taux de la communauté d'agglomération saint quentinoise, c'est pratiquement 1 habitant sur 2 qui ne s'est pas dérangé au 1er tour. A noter que Guyancourt tient la 2éme place après Trappes (54, 53% et 48,7% pour notre commune). 

 Certes, beaucoup de facteurs peuvent expliquer le rejet des électeurs : l'échec des politiques nationales, les "affaires" qui font le lit des extrêmes…. Cependant, des listes "citoyennes", en particulier celles montées dans les "banlieues" populaires, n'ont pas à rougir de leur score (plus de 6 % en moyenne) : indépendantes et sans étiquette politique, les habitants ont choisi d'impulser eux-mêmes le changement que les deux grands partis n'apporte plus. Leur score voisine celui du FN (6, 84 % source: site du Ministère de l'intérieur), un score qu'il ne faut surtout pas prendre à la légère, même si les électeurs risquent vite de déchanter.  

Quel que soit le cas de figure, listes citoyennes, multiplication des listes de rassemblement local au-delà des partis (voir celle de Pau qui va de la droite à la gauche), quand on décide de travailler ensemble sur un projet, au-delà des sensibilités de chacun, alors on peut franchir un pas, sortir des politiques claniques et bâtir un avenir partagé.

Les électeurs veulent être gouvernés autrement, ils veulent remettre le citoyen au cœur de l'action politique. Mais pour cela, il faut déjà commencer à lui donner la possibilité de s'exprimer: c'est la première étape, celle d'une démocratie participative de proximité qui met l'habitant au cœur de la cité. 

C'est le message  que "Guyancourt en mouvement"  porte depuis plus de six ans, c'est  celui que nous continuerons à porter et à défendre dans la vie locale, comme au plan national.

 

L'équipe de Guyancourt en mouvement

 

 

 

24 mars 2014

Remerciements et .. suite !

Nous remercions tous les électeurs et électrices qui ont fait confiance  à la liste "Osons Guyancourt" pour ces élections municipales merci 4.jpg

Nous allons travailler au sein de l'opposition municipale pour que notre volonté de changement soit entendue.

Nous continuerons à vous tenir informés de notre activité, de la vie guyancourtoise et saint-quentinoise : cette campagne  n'a en rien diminué notre détermination, et même l'a confortée !

Comme vous en avez pris l'habitude, nous vous informerons aussi des thèmes nationaux qui étayent nos valeurs.

Je profite de ce billet pour vous remercier de votre fidélité. Cette fidélité nous motive à vous satisfaire et nous ferons tout pour la mériter.

Jean-Loup Carriat et l'équipe de "Guyancourt en mouvement"