Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 septembre 2014

Horreur et barbarie

declaration droit homme.jpgGuyancourt-en mouvement est solidaire de tous les républicains qui dénoncent cet acte barbare qu'est l'assassinat d'Hervé Gourdel, assassiné parce que Français.

Notre devoir est de nous rassembler, sans condition de religion, d'étiquette politique, mais simplement parce que nous portons des valeurs intouchables dont celle de la dignité de l'Homme.

Ci-dessous la réaction du Mouvement démocrate des Yvelines:

http://mouvementdemocrate78.fr/2014/09/horreur-barbarie/ 

et celle de F Bayrou:

http://www.mouvementdemocrate.fr/article/ce-qui-se-joue-d...

 

24 septembre 2014

Une borne de la 2éme DB à Guyancourt

 

Dimanche 21 Septembre, une borne (commémorative, et non kilométrique)  de la 2éme DB (Division Blindée de Leclerc) a été inaugurée à Guyancourt, place du Préfet Erignac.

 

Quelle en est la signification ?

 

Le Débarquement des Alliés en 1944, et singulièrement celui des hommes de la 2éme DB de Leclerc le 1er Août, a fait naître une volonté de souvenirs et de mémoire chez les Français. Ils ont voulu matérialiser le passage de cette "Division Blindée" par des statues, des plaques, ou, comme à Guyancourt par des bornes. Elles montrent  les routes empruntées par la 2e DB pour chasser l'occupant nazi.

 

C'est Madame Le barbenchon, Maire de St Martin de Varreville, qui a installé la 1ere borne. C'est dans cette commune de la  Manche qui était dans le secteur d'Utah Beach que le Général Leclerc débarqua le 1er Août.  C'est la raison pour laquelle sur chaque borne se trouve la distance de la ville à St Martin de Varreville (pour Guyancourt, 529 km)  

borne 2éme DB, guyancourt-en-mouvement


Peu à peu, l'objectif de jalonner tout le chemin parcouru par la 2éme DB se concrétise : plus de 100 bornes sont maintenant installées (voir la carte ci-dessous).

https://maps.google.com/maps/ms?ie=UTF&msa=0&msid...


 

Avec le 70éme anniversaire de la libération, des villes du département des Yvelines  inaugurent aussi leur borne: près de nous, après Voisins le Bx en Août 2012, Versailles le 20 septembre 2014, c'est donc Guyancourt ce 21.

 

Ces bornes évoquent le "serment de Koufra" (voir photo).

borne 2éme DB, guyancourt-en-mouvement

 Koufra, une oasis libyenne, est la bataille qui fait entrer les Français libres de Leclerc dans la légende, mais aussi dans la guerre à coté des alliés, permettant ainsi aux Français "libres" de participer à la libération de leur territoire. Cette 1ere victoire est un symbole car c'est ce jour là que  Leclerc "jure devant ses hommes de ne déposer les armes que lorsque les couleurs françaises flotteront sur la cathédrale de Strasbourg. ".

 

 Au-delà de ces bornes, au-delà de cette page d'histoire, c'est un rappel de notre patrimoine national et guyancourtois qui est évoqué. Lors de la libération, notre ville est victime de  gros bombardements. L'aérodrome (se rappeler les noms des rues et du gymnase de l'aviation) est attaqué le 23 août. Cet aérodrome, était la base des avions de la Luftwaffe, l'aviation allemande, donc  un point stratégique vital, l'équivalent dans les airs, de la gare de triage de Trappes, sur terre. Des drames humains se jouent aussi dans notre commune avant sa libération.  Le 24 août, Jean Lanot-il avait 22 ans- et Roger Allviger-il avait 25 ans-, deux jeunes résistants, étaient fusillés  par les nazis au Bois-Robert. (source, site de la mairie de Guyancourt.

borne 2éme DB, guyancourt-en-mouvement

(photo Wikipédia) stèle de ces deux  résistants, dressée derrière le gymnase des Droits de l'homme, en allant vers Bouviers.

 

 Certes, cette inauguration est le moment de la "Mémoire", un rappel du passé, mais c'est aussi, parallèlement, celui de la vigilance, un moment de réflexion et de rassemblement. C'est aussi le besoin de se rappeler que la liberté et la démocratie sont des valeurs républicaines communes mais fragiles qui doivent rassembler tous ceux qui veulent se battre contre toute forme d'intolérance car, pour reprendre les mots de Pierre Perret: 

 

 Attention mon ami, je l'ai vue.

 

 Méfie-toi : la bête est revenue !

 

 C'est une hydre au discours enjôleur

 


 

 

 

 

 

27 juillet 2014

Quentiop et les Guyancourtois !

Le 22 juillet 2014, Numéricable a supprimé l’accès à la télévision analogique sur le réseau câblé de Saint-Quentin-en-Yvelines. Cela veut dire que les téléviseurs sans décodeur TNT intégré se sont retrouvés face à un écran muet.     

écran muet.jpg

 

Pour remédier à cela, plusieurs possibilités: soit se passer de TL, soit s'équiper d'un décodeur TNT, .. soit d'un nouveau téléviseur !

Si l'option" achat d'un décodeur" est retenue, sa mise en route est rappelée sur le  site de la Communauté d'agglomération qui explique d'où vient ce "bug".

 On y apprend  que l’opération effectuée par Numéricable a aussi perturbé le réglage des « Box » des abonnés Numéricable ou Bouygues Télécom.

Toujours d'après le site de l'agglomération, on sait que cette opération a été menée sans aucune "concertation entre les collectivités (villes et communauté d’agglomération), les propriétaires et locataires des maisons et appartements reliés au réseau câblé, et sans l’accord de l’exploitant du réseau (régie Quentiop) qui a mis en demeure cet opérateur de ne pas effectuer cette opération".

Comment en est-on arrivé là ?

Pour comprendre cette situation qualifiée d'atypique par l'ex Président de Quentiop (Régie d'Exploitation de la Fibre Optique de Saint-Quentin-en-Yvelines),  il faut en faire l'historique, sachant que les seules explications retenues sont celles de la Communauté d'agglomération, alors que plusieurs intervenants sont en cause.

L'aménagement de l'espace est une compétence de l'agglomération. Son objectif est de préserver l’équilibre entre zones urbaines, industrielles, touristiques, agricoles et naturelles. Afin que tous les Saint Quentinois aient accès au très haut débit, même dans les secteurs de densité plus faible, et qu'en 2020, 100 % du territoire soit couvert en fibre optique, l'agglomération est devenue propriétaire du réseau de fibre optiqueGuyancourt-en-mouvement, quentiop

 Depuis 2005, la Communauté d'agglomération était  aussi propriétaire du réseau câblé; en 2009 est né le projet de ce nouveau réseau très haut débit en fibre optique jusqu'au logement (donc pour les particuliers) et les entreprises.

Ce service public est confié à Quentiop, propriétaire du "tuyau", mais le marché est ouvert à tous les opérateurs et fournisseurs de services internet (Bouygues Télécom, France Télécom-Orange, Free, Numéricable et SFR).

 Mais les opérateurs nationaux refusent d'amener leurs services sur les réseaux qu'ils n'ont pas construits et en Juin 2012, Quentiop suspend le déploiement du réseau très haut débit à destination des particuliers.

 Ayant épuisé toutes les procédures possibles pour se faire reconnaître en tant qu'opérateur normal par ses autres partenaires, Quentiop décide, en avril 2013,  de porter plainte devant la Commission européenne pour solliciter une action en manquement contre l'état français.

 Où en est le dossier depuis cette date ?

 La "balle" est dans le camp de la Commission européenne et de l'état, mais sachant qu'il faut en moyenne plus d'un an pour que la Commission rende sa décision sur le fond du problème, on devine que cette situation de blocage perdure et risque de durer encore un moment !

On comprend aussi que Numéricâble ait brutalement coupé l'accès à la télévision analogique sur le réseau câblé de Saint-Quentin-en-Yvelines, et ce, sans concertation, ni avec les communes et l'agglomération, ni avec les propriétaires et locataires reliés au réseau câblé, et bien sûr, sans l'accord de Quentiop et sa mise en demeure de ne pas effectuer cette opération.

 Le résultat concret est finalement le retard dans le calendrier d'arrivée de la fibre optique… et la rupture des stocks de décodeurs !

 L'équipe de Guyancourt-en-mouvement

 Sources: Sites de Saint-Quentin-en Yvelines et de Quentiop

 Pour plus d'information: Sites de la Commission européenne et de l'ARCEP, en particulier ce discours (en 2012) d'un de ses membres qui explique comment cette institution est déterminée à accompagner les collectivités territoriales dans leurs projets de déploiements de réseaux haut et très haut débit et dans l'élaboration de solutions aux problèmes rencontrés.

 Et enfin, la fibre optique dans les Yvelines, sur le site du Conseil général 

 

04 juillet 2014

Très bonnes vacances !

L'équipe de "Guyancourt en mouvement" a terminé son année (scolaire!) par son assemblée générale annuelle. Elle a décidé à l'unanimité de changer le nom de l'association "Guyancourt Générations Citoyennes" en "Guyancourt en mouvement" : l'occasion d'un clin d'œil à ce blog et la manifestation de  notre désir de continuer à être "en mouvement" pour que chacun soit acteur dans sa ville.

Nous avons été avertis du retour des "incivilités" (!!) et des tensions dans le quartier de Villaroy : le retour des beaux jours est aussi celui des problèmes récurrents depuis plusieurs années. C'est une question de sécurité à prendre à bras le corps par la mairie si on veut éviter des accidents: c'est ce que disent les signataires de la pétition qui attendent autre chose que des paroles comme cela a été le cas à l'été 2013.

Malgré cela, "Guyancourt en mouvement" souhaite un très bel été à tous nos lectrices et lecteurs. Nous pensons particulièrement à tous ceux qui ne pourront s'évader un moment : que chacun trouve cependant un moment de repos, d'oubli du quotidien et fasse le plein d'énergie pour la rentrée.    guyancourt en mouvement

L'équipe de Guyancourt en mouvement

11 juin 2014

Réforme territoriale … ou comment avoir le tournis ?

12 .. 14 régions ?  Le Président de la République l'a confirmé dans une tribune publiée dans la presse locale : ce sera 12. Quant à la réalisation, il faut aller vite ! Voir ci-contre la carte des nouvelles régions prévues par cette future réforme qui devrait être présentée en conseil des Ministres le 18 juin et à l'Assemblée à l'automne.  Carte-Regions-infog-annonce12-def.png

Que prévoit cette réforme ?

Elle prévoit la fin des départements en 2020, mais les élections des conseillers généraux sont maintenues pour la fin de l'année 2015. La région donne toujours l'impulsion économique à son territoire. En attendant leur suppression, les départements gardent leurs compétences sociales, qui seront à terme données (en partie ?) aux intercommunalités, mais ils cèdent la gestion :

        -des routes : l'idée est de renforcer la compétence des régions en matière de transports et donc plus largement d'aménagement du territoire

          -des collèges : ils seront gérés par la région comme c'est le cas actuellement pour les lycées; ainsi les transports scolaires, la construction et l'entretien des établissements de tout le secondaire et tout ce qui  regarde la formation et l'apprentissage relèvent de la seule compétence régionale.

Les régions grossissant, les départements disparaissant, les intercommunalités grandissent aussi : en à peine deux mois, leur taille est passée de 10 à 20 000 habitants, sauf pour notre région de "Grande couronne" francilienne qui garde son seuil de 200 000. Ce nouveau périmètre de  St Quentin (actuellement presque 150 000 habitants dans les 7 communes) est un des premiers dossiers sur lequel devront se pencher  nos nouveaux élus communautaires.

Pourquoi cette réforme ?

Pour des économies ? Certes elles sont plus que nécessaires, mais si économies il y a, ce ne sera qu'à très long terme, or en réaliser est urgent !

Pour des raisons politiques ? Après l'affront des municipales et surtout des européennes, il faut montrer que le gouvernement agit ? 

Décentralisation ? Centralisation ? Bricolage au gré de quoi  ou de qui ? Aucune réalité géographique ou historique n'apparaît dans ces nouveaux périmètres, mais plutôt des marchandages, des négociations.

Pour des régions à l'échelle européenne ?  Peut-être, mais la dimension n'est pas un critère en elle-même : les länder allemands sont en moyenne plus petits que nos régions.

Un peu de tout cela peut-être !

Mais une réforme sur fond d'allers-retours et de contradictions: en janvier, le Président déclare ne pas être "pour la suppression des départements", en mai, il affirme que les départements ont vécu", en juin, ils doivent disparaître en 2021. Le 1er juin, 12 régions sont annoncées, le lendemain 14 …

En fait, le problème est pris à l'envers et ce gouvernement marche sur la tête: quels objectifs,  quelles compétences, quelles améliorations, quels meilleurs échelons, et surtout quelle concertation  pour que la réforme nécessaire ne tourne pas en non-réforme définitive ?

Et pourtant !

Notre pays a besoin de réformes,  nous en avons tous conscience. Mais, comme la "refondation de l'école", on risque un échec, et, in fine, aucune réforme : une idée bonne sur le fond, mais qui veut se faire sans cohérence, désastreuse sur la forme, bâtie avec une telle improvisation qu'elle risque de tuer tout consensus. La logique qui a présidé à ce projet semble plus  répondre à une logique politicienne qu'à une logique d'intérêt général et de bien du pays.

Restent aux parlementaires à faire évoluer ce projet si toutefois il leur est possible de sortir d'une opposition de principe et de réussir là où le gouvernement échoue !