Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 juin 2013

Skier à Saint-Quentin-en-Yvelines ?

Vous avez peut-être lu dans la presse locale qu'un  projet de piste de ski à Elancourt était dans les tuyaux de cette commune et de l'agglomération.

Une pétition est lancée contre ce projet.           colline d'Elancourt, guyancourt, piste ski

Qu'en est-il ?

C'est un projet dont les "vieux" Saint-Quentinois ont déjà entendu parler il y a,  d'après eux, une vingtaine d'années.

La colline d'Elancourt, ou colline de la Revanche, est  avec ses 231 m d'altitude, le point culminant de l'Ile de France. C'est une colline artificielle, née des remblais constitués lors de la création de la "Ville nouvelle", dans les années 1970.

L'endroit avait été retenu comme site olympique  pour les épreuves de VTT des Jeux Olympiques de Paris 2012. Ses pentes sont aujourd'hui utilisées pour pratiquer de nombreux sports.

Le projet est, ou plutôt serait, donc actuellement à l'étude pour aménager cette colline en piste de ski, d'où cette  pétition appelant les élus de la communauté d'agglomération à abandonner le projet.

 

Ces élus sont divisés sur ce sujet : les écologistes, les élus du Front de Gauche et du PCF y sont hostiles :voir un article du "Parisien" ICI et la vidéo de TVFIL 78 ICI.

 Leurs arguments détaillés dans la pétition (ICI) sont de tous ordres :  écologiques, économiques, sociologiques,…tous défendables.

Que dire sur ce projet ? A première vue, on peut en effet se poser la question du coût dans une période de difficulté financière des ménages et des collectivités locales. La réponse avancée par les défenseurs du projet argumentant que le financement sera privé (et non un partenariat public-privé comme le vélodrome) donc ne sera pas financé par l'agglomération (donc pas par nos impôts) est-il rassurant ?

Actuellement, les termes de ce projet ne sont, semble-t-il, pas véritablement connus au moins du grand public : quel contrat de financement, quel plan d'ensemble (écouter la réponse de la Communauté d'agglomération sur ce sujet dans la vidéo ci-dessus) ?  On voit mal ce sujet sortir véritablement avant les élections municipales de mars 2104.

 Qu'en dire de plus ? Qu'avant de dire "oui" ou "non" catégoriquement à ce projet, il est plus raisonnable, si ce n'est responsable, d'attendre d'en avoir tous les éléments (enfin ceux que l'on voudra bien donner aux Saint-Quentinois). C'est seulement après ces données-aujourd'hui, les arguments des porteurs du projet ne sont pas évidents ou/et pas connus- que l'on pourra dépasser le premier mouvement de doute et argumenter en connaissance de cause. Pour l'instant nous en sommes là !

L'équipe GGC

 

 

 

 

 

 

 

 

 

14 juin 2013

information GGC


Suite à la tribune de Julien Oeschli, Conseiller municipal, parue dans le Guyancourt Magazine du n° 459 du 13 Juin 2013,        

   
l'équipe Guyancourt  Générations Citoyennes vous informe :                                              - Adobe Reader.jpg


- Qu'il s'agit d'une démarche personnelle qui n'engage ni l'équipe Guyancourt Générations Citoyennes (GGC), ni le Mouvement démocrate

- Que l'équipe Guyancourt Générations Citoyennes reste toujours dans sa ligne d'indépendance et ouverte au dialogue avec des interlocuteurs qui partagent les idées directrices d’un projet municipal pour 2014, comme elle l'a acté en réunion à laquelle assistait Julien Oechsli


- Que l'équipe Guyancourt Générations Citoyennes juge donc que cette démarche tournée strictement vers un interlocuteur ne correspond pas à cette logique


- Que l'équipe Guyancourt Générations Citoyennes travaille sur un projet pour sa ville, dans une démarche d'opposition depuis 2008.  Cette démarche ne signifie pas être dans un esprit d'affrontement avec qui que ce soit, mais  rester libre de voter une proposition qui va dans un sens positif pour Guyancourt et de voter non lorsqu'elle juge du contraire.

 
- Que notre démarche ne signifie nullement un ralliement à qui que ce soit, mais la capacité et la volonté de garder cette liberté constructive.


- Que l'équipe Guyancourt Générations Citoyennes travaille dans une volonté de rassemblement d’opposition avec un seul objectif : construire  un projet novateur pour que Guyancourt vive une alternance profitable à tous ses habitants.


JL Carriat, Président et l’équipe GGC
 

30 mai 2013

Nouveau Grand Paris, trop d'interprétations ! Essai d'explications

Vous avez peut-être  lu les trois tribunes du Petit-Quentin du mois d'Avril (n° nouveau grand paris,guyancourt,saint-quentin-en-yvelines285) : nous vous en conseillons vraiment la lecture ! Ces trois tribunes parlent toutes du projet de Nouveau Grand Paris. (Les tribunes sont ICI)

Présenté par le Premier ministre le 6 Mars et posté sur le site du Gouvernement, ce projet  remplace celui qui était présenté par l'ancien gouvernement, sous le nom de Nouveau Grand Paris, expression qui remplace celle de  "Grand Paris".

 Le Premier ministre s'est déplacé le 6 mars à Champs-sur-Marne pour présenter le projet: ce sont ses termes qui sont encore actuellement sur le "Portail du Gouvernement".

 Le Gouvernement et les collectivités territoriales portent ensemble la réalisation de ce projet ambitieux de modernisation et de développement des transports en Île-de-France ; il articule de manière cohérente les besoins de modernisation et d’extension du réseau existant et la réalisation de nouvelles lignes de métro automatique. (source: Portail du gouvernement )

 Le même jour, sur le chemin du retour de cette présentation, avec le maire de Guyancourt, le président de la Communauté de notre agglomération en résume l'essentiel, jugé positif pour notre territoire.

La vidéo du 7 mars 2013, présentée sur TV FIL 78 (ICI) est accompagnée de cette légende:

 Jean-Marc Ayrault vient de rendre ses conclusions dans le dossier du Grand-Paris. Il a donné son accord pour la réalisation de 200 km de lignes de métro autour de Paris. Un projet décalé à 2030 avec des économies à la clé. Quelles conséquences dans les Yvelines ?

 Quelles conséquences, pour les Yvelines, bien sûr, et pour notre territoire ? Pour le savoir, feuilletons le projet qui fait quand même 23 pages. La totalité du projet est sur le site du Gouvernement.

Certaines propositions appellent forcément le consensus. Parmi celles-ci:

 Les infrastructures ferroviaires d’Île-de-France ont besoin d’être modernisées et développées pour faire face à l’augmentation importante du trafic (21 % en dix ans);  c'est un constat auquel les franciliens ne peuvent que souscrire ! C'est un enjeu de qualité de vie en Île-de-France, pour que les conditions d’exploitation du réseau soient plus fiables, plus confortables, et apportent une meilleure qualité de service aux usagers, un  enjeu de solidarité,… d’attractivité… et d’emploiIl faut donc un projet d’ensemble cohérent, maîtrisé, financé: d’ici à 2017, la qualité de service est la priorité des opérateurs.

 La suite du document pose certainement beaucoup plus de questions, et c'est là que les appréciations divergent !

 Pour le "groupe PS et apparentés", le nouveau projet apporte quelques précisions rassurantes; pour le "groupe PC et apparentés", Saint-Quentin est "particulièrement mal servie; pour le groupe "Divers droite", l'annonce [de ce projet] n'est pas de nature à nous rassurer. Soit chaque groupe n'a pas la même conception de l'avenir de  St Quentin, ce qui serait déplorable pour l'avenir de notre territoire, mais après tout, c'est le jeu des programmes différents, soit chacun lit ce projet à travers le prisme national et partisan, et cela est vraiment déplorable pour l'avenir de St Quentin, donc de notre commune.

 Penchons-nous sur ce projet, quant au futur tracé, à son agenda et surtout à la place qu'il donne à Guyancourt et à Saint-Quentin .

 "Là où les trafics sont plus faibles (desserte du plateau de Saclay, Arc Grand Est), il [le trafic] génère…des coûts d’exploitation qu’on ne peut amortir qu’en réduisant la fréquence, et donc la qualité de service. Dans ces itinéraires, un transport automatique de capacité adaptée est une bien meilleure solution car il pourra être mis en oeuvre plus vite (que veut dire plus vite ? NDLR) grâce aux économies sur les coûts de construction et d’exploitation, et apportera une offre plus cadencée, au bénéfice des usagers.

 Au regard des projections de trafic, une solution de transport automatique à capacité adaptée est pertinente pour la ligne verte entre Orly et Versailles

 Mais où sont Saint-Quentin, Guyancourt? Où sont nos 2 gares prévues?

 Quel calendrier ?

 On apprend que l’ensemble des lignes 14, 15, 16, 17, 18 (celle qui nous concerne, ex "ligne verte") est réalisé…à l'horizon 2030 : c'est cela la mise en œuvre le plus vite possible ?

 Des détails complémentaires sont donnés en fin de texte  sur les cartes. La 1ére présente le  nouveau Grand Paris entre 2012 et 2017, les 2 dernières à  l'horizon 2027 à l'horizon 2030.

 Il faut bien attendre l'horizon 2030 pour voir apparaître la mention de "Saint-Quentin  sur la ligne 18 "CEA St Aubin-Versailles" qui passerait par " St Quentin-Satory" mais avec encore deux  variantes. Rien n'est encore tranché: une seule gare, St Quentin-Est, ou deux, cette dernière et celle de St Quentin-Université ?

 Quels financements ?

 La capacité de financement de la société du Grand Paris est essentiellement constituée des  redevances versées pour l’usage du réseau, et, pour la plus grande part, de recettes prélevées sur les Franciliens.

 A partir de 2020: "Ces mesures [de financement] feront l’objet…d’un dialogue renforcé avec les collectivités locales et les entreprises. Ces dernières seraient donc appelées à financer un hypothétique réseau qui ne serait proche de chez elles qu'à l'horizon 2030 : est-ce viable ? Est-ce vraiment "rassurant" pour l'avenir de notre ville ?

 Une autre mesure fait déjà couler de l'encre: le Gouvernement est ouvert à la mise en oeuvre de leviers permettant aux collectivités de mieux contrôler les recettes tirées du stationnement sur voirie en majorant les amendes forfaitaires et ainsi contribuer au financement de la modernisation et du développement du réseau de manière significative.

 Au moins la discussion "métro aérien ou souterrain" (celle pour laquelle la seule commune de Guyancourt a voté une motion) est caduque puisque la solution plus facilement réalisable et moins chère du tram-train est acceptée. Si on résume toutes ces annonces:

 - date de mise en service annoncée pour 2030-chacun sait ce que signifie une telle échéance pour des projets d'une telle envergure-,

 -des gares non encore clairement positionnées, une ou deux ?

 -un mode de financement aléatoire,

 Il est compréhensible que les usagers du territoire se posent des questions !

 Les  précisions (si précisions il y a) sont-elles rassurantes ?  Saint-Quentin est-elle particulièrement mal servie ?  Les choses auraient été peut-être plus claires si tous ces doutes étaient portés d'une même voix par tous les élus, au-delà des clivages politiques, car il s'agit de l'avenir des Saint-Quentinois et donc des Guyancourtois, aujourd'hui et pour leurs enfants.

 L'Equipe GGC

Nouveau Grand Paris, trop d'interprétations !

Je ne sais pas si vous avez lu les 3 tribunes du Petit-Quentin du mois d'Avril (n° 285), mais je vous en conseille vivement la lecture ! Elles parlent toutes du nouveau-grand-paris.pngprojet " Nouveau Grand Paris". Présenté par le Premier ministre le 6 Mars, il remplace le projet présenté par l'ancien Président. En parcourant ces tribunes, on se demande si les trois groupes ont lu le même texte, en ce qui concerne Saint-Quentin. Pour le groupe PS et apparentés, le nouveau projet apporte "quelques précisions rassurantes"; pour le PC et apparentés, "Saint-Quentin est "particulièrement mal servie"; pour le groupe "Divers droite", "l'annonce [de ce projet] n'est pas de nature à nous rassurer". Soit chaque groupe n'a pas la même conception de l'avenir de  St Quentin, mais après tout, c'est le jeu des visions différentes validées par le vote des citoyens,soit chacun lit ce projet à travers le prisme national et partisan, et cela est vraiment déplorable pour l'avenir de St Quentin, donc de notre commune. Ce n'est pas ma conception de l'intérêt général pour Guyancourt, ni pour l'agglomération.

 

Julien Oechsli, Conseiller municipal

 

19 mai 2013

Rythmes scolaires et Projet Educatif Territorial


Le Bulletin officiel de l'Education Nationale du 20 mars officialise la  création du "Projet Educatif Territorial ( PEDT) qui a pour objet d'en préciser les objectifs et les modalités d'élaboration…, et de faciliter la coopération entre les collectivités territoriales engagées dans cette démarche de projet et les services de l'État chargés de l'accompagner jusqu'à sa contractualisation.       Guyancourt, projet éducatif local, projet éducatif territorial

Le Guyancourt Magazine du 16 Mai aborde le sujet scolaire sous l'angle "rythmes scolaires" qui n'est qu'un aspect de la totalité du projet de loi. Guyancourt a choisi d'allonger la "pause méridienne", de 11h 30 à 13h45. Pour l'instant, même si nous avons conscience qu'il est encore trop tôt pour définir réellement ce que sera ce temps (Activités Pédagogiques Complémentaires –APC-, activités, aide personnalisée, aide aux devoirs..?), par contre il est temps de réfléchir au contenu du Projet Educatif Territorial. Sauf entente avec les autres communes de l'agglomération, il restera "communal". Le minimum serait que les sept  villes s'entendent au moins sur la demi journée travaillée, ce qui nécessiterait déjà une véritable concertation entre Education Nationale, parents, enseignants, monde associatif … de la ville, mais aussi avec les autres communes !

Ce PEDT va plus loin qu'un "contrat éducatif local" offrant des activités ludiques et pédagogiques (pendant les temps d'accueil périscolaires) (source Guyancourt Magazine du 5 Avril 2012) et même plus loin qu'une adhésion au "Réseau des Villes Educatrices, qui fait de la ville un agent co-éducateur (à travers la citoyenneté, la démocratie participative, les projets culturels, …).

Un véritable projet éducatif accompagne  les jeunes de 0 à 18 ans dans leur parcours éducatif, dans  le milieu scolaire mais également en dehors.

Le projet débute par un "état des lieux" de toutes les  activités proposées, de celles qui sont demandées par les parents et les jeunes, et ce jusqu'à 18 ans (donc cela implique une étude financière). Ce projet nécessite  bien sûr un suivi pendant cette phase de concertation mais aussi après la mise en place du projet. C'est aussi cela la "démocratie de proximité."

Le Bulletin officiel de l'Education Nationale et les dispositifs prévus d'élaboration du PEDT sont sur le site du Ministère de l'Education Nationale.

 

L'équipe GGC