Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 avril 2012

Pourquoi ... ?


.....Aucune mentioon sur le site de la mairie de Guyancourt de l'ouverture de l'enquête publique sur le projet de zone de protection naturelle, agricole et forestière du plateau de Saclay qui concerne pourtant notre commune ?carte-ha-protégés-oin.jpg

C'est ce que nous pouvons lire sur le site de l'Etablissement Public de Paris-Saclay

Organisée conformément aux articles R.123-1 à R. 123-23 du code de l’environnement par la préfecture de l’Essonne (arrêté n°2012/SP2/BAIE/002 du 16 février 2012), cette enquête concerne les communes de Bièvres, Gif-sur-Yvette, Igny, Orsay, Palaiseau, Saclay, Saint-Aubin, Vauhallan, Villiers-le-Bâcle, Buc, Chateaufort, Guyancourt, Jouy-en-Josas, Les Loges-en-Josas et Toussus-le-Noble.

La prochaine permanence de l'agent enquêteur est vendredi 6 Avril, à la mairie de Guyancourt, de 14 à 17 h.

Pourquoi aucune communication sur ce sujet ? Nous sommes prêts à entendre et si besoin comprendre les raisons de ce silence, encore faut-il avoir l'explication !

Nous vous tiendrons au courant des suites et peut-être des réponses à cette question

L'équipe GGC en charge du suivi de ce dossier

Nouveau: Le Guyancourt Magazine paru aujourd'hui, 5 Avril, mentionne cette enquête, dans les "tribunes d'expression" : un délai un peu court puisque le Commissaire-enquêteur est à la mairie demain 6 Avril, mais le dossier est disponible en mairie aux horaires habituels d’ouverture au public. C'est une réponse à notre question, mais encore très incomplète, comme l'explication du silence jusqu'à ce jour !

 

 

23 mars 2012

Pour la mise en place d’espaces jeunes

 

C’est une réalité souvent partagée avec les guyancourtois que je rencontre : Guyancourt a certes des qualités mais, de par sa structure morcelée par quartier, elle manque souvent d’espaces d’animation, tels que ceux que l’on trouve dans des villes disposant d’un vrai centre ville. C'est le cas de presque toutes les communes composant Saint Quentin, c'est aussi le cas de la plupart des villes nouvelles conceptualisées à la même période, celle des années 70. jeunes.jpg

Les jeunes - j'entends par ce terme, non seulement le jeune collégien, mais surtout celui de plus de 16 ans, étudiant, en dehors du système scolaire, en recherche d'emploi ...- en pâtissent et ne disposent pas d’espaces agréables leur permettant de se retrouver. Pourquoi ne pas imaginer dans chacun de nos quartiers des « Points jeunes » cogérés par la municipalité et les associations, sur les modalités des MJC (Maisons des jeunes et de la culture) ?

Il ne s'agit pas seulement de lieux d'activités manuelles, artistiques, sportives ou sociales. Je les vois comme un moyen d’y organiser des évènements, d’y boire un café, d’y étudier ou tout simplement, et même surtout, d’échanger. Ces lieux sont conçus comme des points de rencontre, de paroles et de communications qui placent les jeunes au cœur de la structure.

La réalisation de ce projet suppose un engagement réciproque : celui du jeune qui participe activement à la vie de l'association et celui de la Maison des jeunes et de la culture-ou tout autre nom-, qui … contribue à sa formation. (Source: Site de la Confédération des Maisons des Jeunes et de la Culture de France) Réussir  un projet c'est comprendre ce qu'est l'engagement et au-delà, ce qu'est la citoyenneté.

 Ces espaces de rassemblements, si ils bénéficient d’une véritable cogestion encadrée seront, j’en suis certain, un véritable succès et permettront de tisser du lien social entre jeunes mais aussi entre toutes les générations.

 Ils pourraient être un moyen de casser cette image de cité dortoir, très souvent collée à la peau des villes nouvelles au schéma urbain souvent impersonnel.

Julien Oechsli

Je vous informe également que je tiendrai une permanence à la mairie, située au 14 rue Amboise Croizat, le samedi 31 mars de 10h00 à 12h30.

Vous pouvez prendre rendez-vous en m’écrivant à julien.oechsli@ville-guyancourt.fr.

 

 

08 mars 2012

Finances locales et triple A

baisse du baromètre.jpg

Je n'ai pas les yeux rivés sur les données des  Agences de notation, mais la dégradation de la note de l'état, officialisée en janvier 2012, entraîne des conséquences possibles sur les collectivités locales qui verront, par contre coup leurs conditions d'emprunt plus difficiles. Ceci  limiterait encore un peu plus leurs budgets déjà amoindris par les restrictions budgétaires de l'Etat. Si les prêts sont moins faciles, le crédit plus cher, les prêts à long terme de plus en plus difficiles pour les banques, les collectivités risquent de baisser leurs dépenses d'investissement;  or, celles-ci représentent environ 70% de celles de notre pays, ce qui aura des conséquences sur notre économie, donc sur le taux de chômage puisque les entreprises du bâtiment et des travaux publics seront directement touchées. 

A court terme, cette situation est à prendre en compte par notre Communauté d'agglomération. Les collectivités locales qui doivent nécessairement emprunter pour réaliser des travaux de cette envergure le feront donc à des taux  moins avantageux, ce qui alourdira la dette qui, je le rappelle, pèse déjà lourdement dans le budget communautaire.

 Qui dit financement difficile auprès des banques sous-entend donc investissements difficiles; or, à Saint-Quentin-en-Yvelines, certains sont sur rail, comme le projet du vélodrome; même si le montage financier prévu se fait sous la forme de partenariat public-privé, les quatre "subventionneurs", l'Etat, la région, le département et  l'agglomération, doivent malgré tout trouver chacun 13, 6 millions d'euros d'ici l'été 2013 (source: le site de la Communauté d'agglomération).

En dehors de cet impact sur les finances locales, on peut aussi se demander si ce genre de contrat (le partenariat public-privé) est compatible avec le développement nécessaire des PME sur notre territoire, mais c'est un autre sujet, et il faut déjà avoir en mains les clauses du contrat pour y répondre !

 On ne peut savoir quel sera l'avenir, mais ce sera compliqué pour les intercommunalités et en conséquence pour les communes qui sont solidaires. Les annonces présentées lors des cérémonies des vœux risquent de se transformer en "vœux pieux" pour certaines municipalités qui devront faire des choix, or, c'est toujours difficile !

Julien Oechsli, conseiller municipal, soutenu par le Mouvement Démocrate

 

04 mars 2012

Se loger à St Quentin

Tout ce qui concerne le logement à Guyancourt et plus généralement à St Quentin nous interpelle car cette question est au centre de beaucoup d'autres et vitales pour beaucoup de St Quentinois et Guyancourtois.   logements.jpg

Sans revenir sur ce sujet abordé dans notre note du 22 Décembre 2011, nous voudrions vous faire part de nos réflexions à partir de deux articles parus pratiquement en même temps : "Le petit Quentin" n° 273 et l'hebdomadaire "Les Nouvelles" du 29 Février.

Cet article rappelle qu'un nouveau PLH2" (Programme Local de l'Habitat) voté dernièrement  par la Communauté d'Agglomération "revoit ses ambitions (celles du PLH1 [ndlr])à la baisse". Dans la tribune du "Petit Quentin" les maires de droite" sont donnés en partie responsables de ce retard par la Casqy –ils ont attaqué le PLH1au tribunal administratif-et ont "freiné des quatre fers" la construction de logements. A ceci, le Président de la Communauté d'Agglomération répond que cette cause est bien réelle, mais, même "si les maires veulent construire, c'est l'Etat qui pose problème" car la maîtrise du foncier dépend souvent de lui.

Sans documents précis sur ce sujet, il n'est pas question de juger qui a raison, à quel degré de vérité se situe la réalité, mais nous réaffirmons que :

 -"St Quentin a pris beaucoup de retard" (titre de l'article des "Nouvelles")

 -"les plus modestes et les jeunes ne peuvent plus se loger (M Cadalbert, cité dans l'articles des "Nouvelles")

-la prévision de logements est insuffisante pour notre intercommunalité sauf à accepter de voir notre population stagner, si ce n'est continuer à décroître

-le "chemin vers l'équilibre passe par l'abandon des doctrines" (construire massivement des  logements sociaux, ce qu'exprime même radicalement la tribune des "divers droite" du Petit Quentin").

Comme souvent en politique, comme dans la vie quotidienne, le juste milieu est la meilleure voie. Nous devons tout faire, en jouant sur tous les leviers, pour que l'offre de logements soit plus importante qu'elle ne l'est aujourd'hui, qu'elle s'adresse à tous, pour aller vers  un équilibre intergénérationnel et social.

 Ce n'est pas seulement un développement "maîtrisé" qu'il faut, c'est une politique volontariste pour un développement harmonieux de St Quentin et donc de chaque commune.

Sources: "les Nouvelles" du 29 Février et le Petit Quentin n° 273 de Mars 2012.

 

 

24 février 2012

Conseil municipal du 15 Février


Vous trouverez ci-dessous :                    MAIRIE.png

le compte-rendu du conseil municipal qui s'est tenu le 15 février 2012 : voir le site de la mairie, ICI

Au cours de ce conseil, Monsieur le maire a fait le point sur le projet du "métro automatique" du Grand Paris. A cette occasion a été votée une motion sur le réseau de transports de ce Grand Paris.

J'ai voté cette motion après avoir demandé une modification qui inclut l'interdiction de construire un viaduc à La  Minière.

Cette motion est disponible  ICI.

Bonne lecture

Julien Oechscli