Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 avril 2016

Enquête publique sur la ligne 18

Du 21 Mars au 26 Avril, l'enquête publique concernant la ligne 18 ( ex ligne verte du réseau de transport du Grand Paris) se déroule dans les principales mairies concernées par cette future ligne.                 train-métro.jpg

Un dépliant déposé dans votre boîte à lettres et de grandes affiches jaunes placardées dans la ville vous ont alertés. Le texte de ce document est ICI.

Nous avons consacré plusieurs notes à ce sujet, en particulier celle du 14 Juin 2015 qui évoquait la réunion publique tenue à Magny-les-Hameaux quelques jours auparavant.

Nous vous faisions déjà part de l'inquiétude des entreprises de Saint-Quentin qui craignent les conséquences négatives d'une seule gare pour toute l'agglomération, à 7 communes à cette date, alors qu'aujourd'hui, le nombre est de 12.

Nous partageons cette même inquiétude.

Plusieurs moyens sont à notre disposition pour nous informer et nous permettre de réagir:

  • Le dossier d'enquête publique disponible dans les mairies concernées par le tracé de la ligne (dont Guyancourt). Les permanences des commissaires enquêteurs sont indiquées sur ce document .
  • Une réunion publique le 14 Avril au Pavillon Waldeck Rousseau ( rue Jacques Ange Gabriel) à Guyancourt, à 20h.

Vous pouvez donner votre avis sur cette ligne 18, soit par courrier, soit sur le site de la Société du Grand Paris : les renseignements sont ICI.

L'avis de l'association Unis Pour Guyancourt ( soutien aux 3 élus, dont Jean-Loup Carriat  du groupe Unis Pour Guyancourt -UpG-) est déposé sur le site de l'enquête publique.

Vous pouvez consulter cet avis, le télécharger, et si vous le désirez et partagez notre point de vue, le dupliquer pour l'envoyer aussi à la Société du Grand Paris. Le document est ICI. Il est proposé que soit étudié un tracé alternatif consistant au raccordement souterrain, sous l’avenue de l’Europe, depuis la gare de SQY Est jusqu’à la gare SNCF de Montigny SQY. ...

N'héitez pas à faire connaître cet avis à vos connaissances et à les inciter à l'envoyer à la Société du Grand Paris

Jean-Loup Carriat, conseiller municipal

 

22 mars 2016

Nous sommes tous solidaires

Guyancourt-en-mouvement exprime son horreur devant les atrocités qui ont frappé le peuple belge aujourd'hui. Ces attentats lâches et odieux qui ont leurs racines dans la haine de notre démocratie seront toujours injustifiables.

Nos pensées vont aux victimes, aux blessés, et à tous ceux, victimes et familles, qui revivent de tragiques souvenirs.

Nous nous joignons à tous les mouvements de solidarité qui s'élèvent de toute part, de tous les états européens, et déjà, près de nous, de la ville de Paris qui vit ce soir aux couleurs belgesdrapeaux belges et français.jpg.

Nous faisons nôtres les propos du Président du MoDem qui rappelle que "Bruxelles et Paris, c'est le même combat...que nous, Européens, sommes une seule famille, embarquée sur le même bateau, soumis à la même menace que nous ne pouvons combattre qu'ensemble."

Guyancourt-en-mouvement

 

 

07 mars 2016

"La femme est l'avenir de l'homme..."

Journée internationale de la femme 8 Mars

Le thème de cette année  2016 " La parité en 2030: avancer plus vite vers l'égalité des sexes" démontre à lui seul que cette égalité n'est aujourd'hui pas encore totalement atteinte. (image, site de l'ONU)                                                                        guyancourt en mouvementjournée des femmes 2016

Cette journée des femmes est l'occasion de dresser le bilan des progrès réalisés et … d'appeler aux progrès. Mais c'est aussi le jour où sont mises à l'honneur des femmes qui ont réussi leur vie, se sont épanouies dans leur choix de vie, des femmes connues et inconnues, "ordinaires".

Le magazine "Sqy Mag" n° 12 est consacrée aux femmes entrepreneures de Saint Quentin en Yvelines.

Même si, comme l'édito le remarque, la place des femmes dans les entreprises ne cesse d'augmenter, il reconnaît malgré tout qu' "un plafond de verre empêche encore les femmes d'être présentes en nombre dans les postes de cadres dirigeants".

Ce magazine présente des femmes d'horizons très divers, femmes d'affaires, "passionnées de cuisine", garagiste ( à Guyancourt), …des femmes aux parcours différents mais qui ont voulu "casser les clichés, faire changer les mentalités et se dépasser".

Voir SQY MAG n° 12 sur le site de Saint-Quentin-en- Yvelines (ICI).

Vous trouverez aussi dans ce magazine une présentation de l'association "CréActives" , "Entreprendre au féminin", qui "accompagne et fédère des femmes porteuses de projet ou chef d'entreprise" car elles "doivent affirmer constamment leur crédibilité dans le monde des affaires et concilier leur vie professionnelle avec leur vie de famille"

Le site de CréActives" est ICI

Le baromètre des femmes entrepreneures (édition 2014, ICI) dresse le constat de ces difficultés et délivre des messages clés pour mieux accompagner ces femmes (pages 6 à 13).

Une autre approche plus générale sur la répartition déséquilibrée des professions entre les hommes et les femmes est consultable sur le site de l'Observatoire des inégalités (ICI)

Rappel:  à la Maison de quartier T Monod à Guyancourt, le début d'une exposition " Les femmes aussi Poètes du XXéme siècle" (du 8 au 26 Mars)

Bonne journée à toutes les femmes qui liront cette note !

Guyancourt  en Mouvement

 

 

 

 

28 février 2016

Quelle Ecole pour quel avenir ?

apprentissage.jpgRappelez-vous ! Il y a plus de 4 mois, Guyancourt en mouvement vous faisait part d'un débat sur le thème : "L'apprentissage et la formation professionnelle"  en remarquant que c'était un sujet dont chacun parlait mais que rien de concret  ne se faisait: "parce qu'on sait ce qu'on doit faire, mais qu'on ne le fait pas".

Les élus MoDem au conseil régional sont intervenus plusieurs fois sur ce thème, les dernières interventions datant du 19 février.

La page du site du groupe Centre et démocrates et, en particulier, les interventions de Bruno Millienne qui pousse notre région francilienne à être pilote dans l'élaboration d'un "Erasmus des apprentis" et de Yann Wehring sur le chômage des jeunes  illustrent cet intérêt.

C'est avec cette même conviction que l'avenir des jeunes est primordial pour chacun d'entre nous que l'Association "Unis pour Guyancourt" vous invite le 18 Mars à une Rencontre-Débat à 20h à la Villa Jean- Monnet avec un Principal de collège et un chef d'entreprise pour échanger sur le thème: Quelle Ecole pour quel avenir?   

écoles.jpg

Tous les renseignements sont sur le site de "Unis pour Guyancourt" ICI

Les échanges se poursuivront autour d'un verre de l'amitié

Jean-Loup Carriat

 

 

 

 

14 février 2016

Orthographe : nouvelle querelle des Anciens et des Modernes ?

Ou, comme l'a dit Benoit Hamon sur une chaîne matinale d'information,  des discussions de " salon de Saint Germain des Prés" ?   accent circonflexe.jpg

A première vue, oui .. faut-il un accent circonflexe sur tel mot ou pas ? Ph ou F ? Querelle orthographique  (orthografique) dépassée ? C'est sûr (sur ?), on peut penser que ceci est d'un autre âge (age ?) et surtout, il y a des problèmes plus graves actuellement !

Et pourtant .. Cette querelle soulève plusieurs questions !

Est-ce l'Académie qui est à l'origine de cette rumeur ? Non .. les académiciens ont publié un communiqué le démentant : ce n'est pas nous ! Le communiqué est ICI: en voici les premiers termes:

L’Académie française tient tout d’abord à rappeler qu’elle n’est pas à l’origine de ce qui est désigné sous le nom de « réforme de l’orthographe », dont la presse se fait l’écho depuis quelques jours, et qui devrait être appliquée dans les programmes scolaires à compter de la prochaine rentrée.

 Le texte auquel il est fait allusion émane du Conseil supérieur de la langue française : il a été publié dans les « Documents administratifs » du Journal officiel le 6 décembre 1990.

Si ce ne sont pas les "Sages", c'est donc le Ministère de l'Education Nationale ! Un tour sur son site … rien ! Alors qui ?

Une note du gouvernement du 5 février est enfin dénichée  (ICI) :

Il ne revient pas au ministère de l’Éducation nationale de déterminer les règles en vigueur dans la langue française. Ce travail revient à l’Académie française, depuis Richelieu.

Finalement ce jeu du "c'est pas moi, c'est lui !" ne serait donc qu'une tempête dans un verre d'eau ? Peut-être sauf qu'il y a une autre explication possible qui tient dans cette petite phrase, toujours sur le site du Gouvernement:

A la rentrée 2016, les manuels scolaires pourront faire référence, tout comme dans le cadre des programmes précédents adoptés en 2008 lorsque Xavier Darcos était ministre de l’Éducation nationale [c'est pas nous, c'est un gouvernement précédent], aux rectifications de l’orthographe adoptées en 1990 par le conseil supérieur de la langue française et approuvées par l’Académie française

 Les éditeurs de manuels scolaires pourront donc en éditer de nouveaux marqués "NO" (Nouvelle Orthographe" ), ce qui améliorera leur chiffre d'affaires ! L'image ci-dessous est celle de l'association suisse créée en 1990 pour la nouvelle orthographe

logo asso suise rcréée en 1990 pour l aréf de l'orthog.png

Non, cette rumeur n'est pas une tempête dans un verre d'eau, ni une discussion de salon, mais un autre aspect de la casse de notre enseignement et le mot de la fin revient à l'Académie par la voix d'Hélène Carrère d'Encausse dans un article paru le 13 Février: 

Le ministère de l’éducation nationale s’est appuyé sur une réforme du « conseil supérieur de la langue française » adoptée en 1990 pour inciter les éditeurs scolaires et les enseignants à adopter de nouvelles simplifications orthographiques.(Quotidien La Croix du 13 Février)

Et la fin de cet article est sans appel: « La position de l'Académie n'a jamais varié sur ce point : une opposition à toute réforme de l'orthographe mais un accord conditionnel sur un nombre réduit de simplifications qui ne soient pas imposées par voie autoritaire et qui soient soumises à l'épreuve du temps », souligne Mme Carrère d'Encausse. Elle remarque sur ce point que la réforme est tombée en désuétude. Les Français dans leur pratique ne l’ont pas cautionnée. « Il est donc absurde de ressortir aujourd’hui cette réforme » conclut-elle.

Mais le diagnostic porté par l’académicienne sur le système éducatif risque de relancer le débat. Depuis 1990, le contexte a totalement changé rappelle-t-elle. « En 2016, nous sommes devant une situation radicalement différente » avec un système éducatif qui « s'est écroulé » au point « qu'un élève sur cinq quitte l'école sans savoir lire » commente-t-elle. « Le problème n'est donc plus d'offrir des facilités aux élèves, de conserver ou non l'accent circonflexe, mais de revoir totalement notre système éducatif ». (Le passage mis en valeur en gras n'est pas dans le texte d'origine)

Hélène Carrère d’Encausse enfonce le clou. « Je dirais que la tragédie française est une inégalité croissante, née de l’effondrement de notre système éducatif ». Ce dernier « doit être reconstruit en fonction de cet impératif d’égalité ».

Guyancourt-en-mouvement