Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21 janvier 2010

A propos du bénévolat

bénévolat 2.jpg

A quand la reconnaissance d’un statut pour les bénévoles ?


C'est depuis 1985 que l'ONU a décidé de créer la journée mondiale du bénévolat afin de promouvoir le travail des bénévoles pour le développement économique et social, au niveau local, national et international. C'est le 5 décembre qu'avait lieu cette journée. Comme je le dis dans la tribune du Guyancourt Magazine n° 384, cette commémoration est l'occasion de vous livrer quelques réflexions sur ce sujet.

Un article de 2007, à lire en cliquant ici, résume le poids des associations dans la vie économique française. Quatre associations sur cinq sont exclusivement gérées par des bénévoles. Ainsi, si la France est championne d'Europe du bénévolat, Guyancourt n'est pas en reste : c'est donc déjà un remerciement que j'adresse à tous les bénévoles de notre commune. Consacrer une partie de son temps libre en mettant au service des autres son énergie et ses compétences a un coût, même si tous disent qu'ils reçoivent plus qu'ils ne donnent !

L'ONU s'est penchée sur cette question : elle souhaiterait voir les gouvernements reconnaître et promouvoir le volontariat comme activité indispensable.

Le bénévolat, par définition n'est pas un service « marchand ». Il est même la preuve que que tout n'est pas marchand , car l'essence même du bénévolat, c'est la gratuité de l'engagement. », Il est nécessaire de garantir cet aspect « gratuit ». mais devant la complexité juridique et administrative entraînée par ce bénévolat et les frais engagés, ne peut-on envisager un véritable statut du bénévole ? Dans certains pays européens, le bénévolat est considéré comme une matière éducative, c’est à dire qu’il fait partie du cursus universitaire, mais la France devrait d’ici quelques temps se mettre au niveau de ses voisins.

Dans cette logique, et partant de ces constats, le Mouvement Démocrate propose « une protection juridique de l'activité du bénévole .. un remboursement plus facile des frais engagés..que des bénévoles puissent disposer, dans certaines conditions, de droits d'absence à leur travail pour se consacrer à leurs missions au service de la collectivité..une validation de droits complémentaires à la retraite .. ». Cette solidarité, « différée dans le temps, marquera la reconnaissance de la société pour ceux qui se seront mis au service des autres en suspendant leur vie professionnelle » (extrait du projet humaniste)

Si ces suggestions étaient reprises par nos gouvernants, dans ce cas, comme je le disais dans l'article du Guyancourt Magazine, voilà un progrès que je saluerais vivement !

Julien Oechsli, Conseiller municipal soutenu par le mouvement Démocrate

bénévolat.jpg


 



09 janvier 2010

Pour que l'idéal républicain demeure en 2010

 

Dans mes vœux pour cette année 2010, ( voir le Guyancourt Magazine du 7 Janvier 2010, n°383), je souhaite que nous restions vigilants face aux mesures défiant l’idéal égalitaire, aux tentatives de délitement des acquis sociaux et des libertéliberté etc...jpgs fondamentales tout comme à la remise en question de notre tradition de terre d’accueil. A ce propos je fais allusion à la fracture sociale.

Cette expression due à Jacques Chirac lors de sa campagne présidentielle de 1995 est toujours d'actualité. Cette fracture n'a rien de nouveau en cette fin du XXème siècle. La France de l'Ancien Régime était déjà basée sur cette division entre ceux qui ont et ceux qui n'ont pas, les insiders et les outsiders. L'École de la République a réduit ces inégalités. Les progrès de l'instruction, les « Trente glorieuses » ont atténué cette fracture, mais depuis quelques décennies, l'ascenseur social est de nouveau en panne. Les classes moyennes qui avaient profité de la croissance et des acquis sociaux sont maintenant touchées gravement par cette crise. Celle-ci est d'autant plus grave  et douloureuse qu'elle affecte beaucoup de  jeunes. De longues études ne mettent souvent plus à l'abri du chômage, au mieux permettent des petits boulots.

Face à cette fracture sociale, je souhaite que nous restions tous vigilants, en particulier face aux mesures défiant l’idéal égalitaire. L'actualité illustre ma pensée. Vous avez, comme moi, entendu la mesure proposée par le gouvernement; à savoir, imposer des quotas de boursiers dans les concours aux grandes écoles. A première vue, une idée séduisante qui aurait l'avantage de favoriser la mixité sociale et de renouveler les cadres formés dans ces écoles élitistes, une bonne chose pour notre pays. J'ai même entendu la ministre de l'enseignement supérieur proposer des oraux spéciaux aux boursiers !

Est-ce vraiment cela l'égalité des chances ? Offrir un concours différent qui serait perçu comme un sous-concours par les futurs employeurs et surtout senti comme une vexation pour ceux qui les passeraient ? Les concours se passent-ils sur des épreuves communes ou sur une origine sociale ? Les discours de cs derniers jours ont vanté, avec raison, les mérites de Philippe Seguin, pupille de la nation, arrivé par ses mérites et son travail aux plus hauts postes de notre pays. Même genre de parcours, rappelé par le récent téléfilm sur Albert Camus, ce fils de "pied noir", orphelin à un an et élevé par une mère ne sachant pas lire. Auraient-ils apprécié un concours différent ? Au lieu de chercher des solutions à des problèmes, réels certes, mais en fin de scolarisation, ne faut-il pas mieux chercher des solutions en amont : accès aux sources culturelles gratuites pour les jeunes en difficulté, soutien dès le début de la scolarité, et non suppression des "RASED" ( Réseaux   d'Aides Spécialisées aux Elèves en Difficulté) ?

Ces propositions de nos gouvernants s'adressent aux jeunes boursiers, mais les autres, tous ceux, et ils sont nombreux, qui sont juste à la limite de l'obtention d'une bourse, dont les familles ont l'euro de trop, celui qui dépasse le plafond ? Pour eux aussi, l'ascenseur social est en panne !

C'est ce vivre ensemble que je vous nous souhaite, un vivre ensemble meilleur à Guyancourt et dans notre pays, un vivre ensemble fait de solidarité et d'humanisme.

Julien Oechsli, Conseiller municipal, soutenu par le MoDem



 

30 décembre 2009

Très bonne année

 

C'est au nom de toute l'équipe de GGC que je vous souhaite une très bonne année. Les économistes nous prédisent un mieux ; espérons que ceci ne restera pas un voeu pieux et que chacun d'entre nous en verra les effets bénéfiques !

Des débats ont lieu en ce moment autour de thèmes plutôt diviseurs que rassembleurs; quelque soit notre paballon-bonne-annee.gifssé, nos origines, nous sommes tous porteurs des mêmes valeurs , ces trois mots de liberté-égalité-fraternité qui nous soudent bien plus que des débats supposés philosophiques. Ce que je vous souhaite, c'est, pour cette nouvelle année, un « vivre ensemble » meilleur, à Guyancourt et dans notre pays, un « vivre ensemble » fait de solidarité et d'humanisme.

Je profite de ces voeux pour remercier nos lecteurs réguliers. La fréquentation de notre site, dans sa formule renouvelée, a « bondi » en 2009. L'équipe GGC vous espère encore plus nombreux cette année.

Ne craignez pas de laissez vos commentaires, ou même de nous contacter comme certains l'ont fait sur la boîte créée pour cela :  jetez un coup d'oeil sur la colonne de gauche, tout est là;  pour la newsletter, c'est sur la droite, et  le commentaire, en bas de la note !

Vous pouvez me rencontrer le premier samedi de chaque mois, de 11h à 12 h, sente Villehardoin, à côté du lycée de Villaroy. Le premier samedi du mois de Janvier tombant pendant les vacances, je serai à votre disposition le Samedi 9 Janvier, pendant le même créneau horaire.

Vous pouvez aussi m'écrire : soit à la mairie, 14 rue A Croizat, soit à l'adresse suivante : julien.oechsli@ville-guyancourt.fr


Julien Oechsli, conseiller municipal, soutenu par le Mouvement Démocrate

 

28 décembre 2009

Paroles.. Paroles ...

bureau_162.jpg

C'était le 18 Décembre 2006 ...il y a maintenant plus de  trois ans ...

Nous rappelons au Président de la République de tenir la promesse qu'il a faite lors d'un discours le 18/12/2006  :


Je veux, si je suis élu président de la république, que d'ici à deux ans, plus personne ne soit obligé de dormir sur le trottoir et d'y mourir de froid. Parce que le droit à l'hébergement, je vais vous le dire, c'est une obligation humaine. Mes chers amis, comprenez-le bien : si on n'est plus choqués quand quelqu'un n'a pas de toit lorsqu'il fait froid et qu'il est obligé de dormir dehors, c'est tout l'équilibre de la société où vous voulez que vos enfants vivent en paix qui s'en trouvera remis en cause

No comment ... !

24 décembre 2009

Joyeux Noël

fetes592.gif

Toute l'équipe GGC, Guyancourt Générations Citoyennes, vous souhaite un joyeux Noël et  a une pensée particulière pour tous ceux  et celles qui seront isolés, souffrants ou en difficulté  en ce jour de fête et de paix

 

Et puisque Noël est cette année un peu blanc ...

 

eglise guyancourt neige 001.JPG

 

 

Joyeux Noël en 22 langues !


Merry Christmas, God Jul, Feliz Navidad ... découvrez comment souhaiter Joyeux Noël à nos voisins européens, et même nos voisins  guyancourtois  !

 

 

Allemand

Froehliche Weihnachten

Anglais

Merry Christmas

Bulgare

Chestita Koleda

Danois

Glaedelig Jul

Espagnol

Feliz Navidad

Estonien

Roomsaid Joulu Puhi

Finnois

Iloista Joulua

Grec

Kala Christouyenna

Hongrois

Kellemes karacsonyi unnepeket

Irlandais

Nodlaig mhaith chugnat

Italien

Buone Feste Natalizie

Letton

Priecigus Ziemassvetkus

Lituanien

Linksmu Kaledu

Maltais

il Milied it-tajjeb

Née-
rlandais

Vrolijk Kerstfeest

Polonais

Wesolych Swiat

Portugais

Boas Festas

Roumain

Sarbatori vesele

Slovaque

Sretan Bozic

Slovène

vesel božic

Suédois

God Jul

Tchèque

Vesele Vanoce