Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 janvier 2021

Virus, vaccination, covid... on s'y perd !

Nous entendons tout et son contraire à propos des vaccins, des stratégies de vaccination, des propos différents selon les chercheurs et selon les plateaux de télévisions.image def virus.jpg

Voici quatre vidéos dans lesquelles Philippe Berta explique avec clarté et pédagogie ce qu'est ce virus, ce que l'on sait de lui, ses différences avec d'autres coronavirus, comment un vaccin a pu être réalisé si rapidement,… Bien sûr tout n'est pas parfait, mais c'est quand même un tour de force inégalé de la part des scientifiques d'avoir trouvé des vaccins un an après le début de la pandémie.

Philippe Berta est député MoDem du Gard, mais, dans ces vidéos, il s'exprime en tant que médecin généticien, chercheur au CNRS, professeur des Universités de Nîmes et Montpellier.

P.Berta.png

Vous trouverez les 4 vidéos en suivant les liens indiqués pour chacune :

Partie 1 : Pandémie, biodiversité et zoonose    lien ICI

Partie 2 : Mieux connaître les virus    lien ICI

Partie 3 : Faire société avec le vaccin    lien ICI

Partie 4 : Et maintenant ?   lien ICI

Bonne écoute et "on ne se vaccine pas que pour soi, mais aussi pour les autres"

Ces vidéos qui font partie de l'article " Démocratie et vaccination" sont extraites de la lettre d'information des députés du groupe MoDem et Démocrates apparentés à l'Assemblée nationale de janvier 2021.

 

 

 

 

 

12 décembre 2020

#TousAntiAbstention …3

Ensemble, luttons contre l'abstention !           auxurnescitoyens.jpg

Deux notes sur ce thème ont été publiées récemment sur ce blog, mais il est vrai qu'il nous tient à cœur et qu'une réflexion est utile pour comprendre les causes de l'abstention, ce qui permettrait de lancer le chantier sur les moyens de la limiter.

Notre dernière note faisait allusion à une lettre du député de la 2éme circonscription des Yvelines, Jean-Noël Barrot, qui se terminait par cette conclusion: "Aux urnes, citoyens !" 

Il lance maintenant une grande consultation sur ce sujet avec l'objectif de porter des propositions de nature à redonner du sens au vote et à moderniser nos procédures électorales.

Vous trouverez cette consultation, ouverte à toutes et tous, en suivant ce lien ICI

Vous pouvez aussi écouter l'annonce de cette consultation par Jean-Noël Barrot sur cette vidéo ICI

tous aux urnes.png

24 novembre 2020

#TousAntiAbstention

Novembre 2020 aux États-Unis, les élections se sont tenues malgré 100 000 mille cas de contaminations par jour. Quel que soit le vainqueur, elles ont eu lieu et le record de votants dans l'histoire américaine a été battu. Il s’agit du plus fort taux de participation enregistré depuis 1960, 61,8%.

abstentions-municipalesd.jpgMars 2020 en France, le premier tour des élections municipales a eu lieu avec le respect de toutes les précautions nécessaires pour garantir la sécurité sanitaire. Le taux d’abstention a atteint 44,6% au premier tour et 41,6% au deuxième tour qui, pour rassurer les électeurs, avait été reporté au mois de juin.

N’est-il pas temps de se poser la question d’un changement d’expression du vote ? Actuellement, toutes les conditions sont réunies pour fragiliser la Démocratie. C’est pourtant par des temps troublés comme ceux que nous traversons que nous attendons qu’elle s’exprime.  

La modernisation des procédures relatives au vote des citoyens peut être une solution pour obtenir une meilleure participation.

Aujourd’hui, la seule façon de s’exprimer en dehors de l’isoloir est le vote par procuration. Mais il reste à la marge même si son utilisation a été légèrement facilitée pour le 2ème tour des élections municipales, en juin 2020.

Parmi ces procédures, le vote par correspondance (abandonné en France en 1975) et l’instauration du vote par internet donneraient une représentation plus large de la population.

Mais nos représentants politiques hésitent.

Et nous ? Sans doute sommes-nous partagés entre deux catégories d’électeurs : Ceux qui voient dans le rituel du vote actuel l’expression d’un engagement citoyen, un symbole fort de leur attachement à la République. Sans doute aussi sont-ils sensibles à la sécurité de l’isoloir qui garantit le secret du vote.  Et ceux pour qui le déplacement jusqu’au bureau de vote, l’attente, sont des contraintes qu’ils ne souhaitent pas subir. D’autres encore peuvent estimer que "peu importe la forme pourvu qu’on ait le vote".

Voilà un sujet dont nous ferions bien de nous saisir car il semble que, par les temps qui courent, la République ait davantage besoin de renouveau que de nostalgie, voire de passéisme.

 En complément, voici deux documents (Crédits Ministère de l'intérieur) qui illustrent le taux d'abstention dans notre pays à la même période, 1960 à 2020, ce qui permet la comparaison, et pour deux élections.

Celui de gauche, ci-dessous, est celui des élections municipales depuis 1959. (Le maire est pourtant celui qui, d'après les sondages, reste l'élu auquel les Français font encore le plus confiance). Même en tenant compte de l'effet "covid" en 2020, la courbe est ascendante.

Celui de droite, ci-dessous, est celui du 1er tour des élections législatives : même montée de l'abstention (sans covid en 2017), "multipliée par deux en 50 ans",  comme le titre le journaliste.

Et vous ? Électeurs, abstentionnistes, nous vous attendons nombreux pour échanger et débats.jpgdébattre sur cette question.

                                                           Mettons-nous en Mouvement !

 

Evolution abstention Veme republique  centre observation société.jpg

abstention au 1er tour legislatives depuis 50 ans.jpg

 

 

 

10 novembre 2019

"Le mur de Berlin appartient à l'Histoire"

L’Histoire s’écrit en majuscule lorsqu’elle nous surprend. « Je n’aurais jamais prévu ce chute mur berlin AFP.jpgsoulèvement populaire, pacifique en plus », reconnaît Jacques Delors, alors président de la Commission européenne. « C'est comme en 1848 ou en 1789, le peuple qui fait l'Histoire, et les hommes politiques comme moi qui courent après … » Interview de Jacques Delors le 12 novembre 1989. (Source Notre Europe, Institut J Delors)

La chute du mur (3,60 m de haut, 160 km de long et 300 miradors) a mis fin à 50 ans de séparation entre les deux parties de l'Allemagne, la République Fédérale d'Allemagne (la RFA) et la République Démocratique allemande (la RDA). (photo chute du mur, AFP)

Après la chute du mur de Berlin, l’ordre mondial hérité de la seconde guerre mondiale s’écroule. L’Allemagne se réunifie et une transition démocratique s’amorce en Europe de l’est, pacifique souvent, plus violente en Roumanie. L'effondrement des régimes communistes aboutit à une nouvelle recomposition territoriale, de nouvelles frontières délimitent de nouveaux états, engendrant de nouveaux conflits.

L'Allemagne connaît des difficultés économiques : elle ne peut aider l'Est. Helmut Kohl demande  l'aide de ses partenaires européens. François Mitterand  lui propose en échange de réaliser l'Europe politique : ce sera le traité de Maastricht en 1993.

L’Europe peut ainsi se tourner vers un autre défi d’envergure : la construction européenne, avec de nouveaux élargissements à l'est.

Des fractures et des clivages sont vite apparus, ceux dus au passé vécu des deux côtés du rideau de fer et du mur. Pourtant, s'il y a une leçon à retenir de ce 9 novembre 1989, c'est bien celle  qu'aucun mur ne peut résister à l'aspiration des peuples à la liberté et à la démocratie. "Le Mur de Berlin appartient à l'Histoire et nous enseigne qu'aucun mur qui exclut les gens et restreint la liberté n'est assez haut ou long qu'il ne puisse être franchi" (A. Merkel, originaire elle-même de l'ancienne Allemagne de l'Est communiste, la RDA)

 Trente  ans après  la chute du mur, abattu par des femmes et des hommes épris de liberté, le défi européen d'aujourd'hui et pour lequel "il convient de s'engager" (A. Merkel) est de continuer à poursuivre l'union, et donc de "bâtir des ponts et non des murs" (Marc Fesneau).

 Photos : La musique pour la liberté

 Le violoncelliste français, Gautier Capuçon  commémore le jour du 11 novembre 1989 où  Mstilav Rostropvitch a joué au pied du mur, à Checkpoint Charlie après avoir appris que mur tombait.

 Devant les ruines du mur, Rostropvitch joue "à la mémoire de ceux qui étaient morts pour la liberté" et pour "remercier Dieu d'avoir accompli un tel miracle" , ce qui lui laisse l'espoir de retourner en URSS d'où il avait été banni. (Source RTL)

Photos France-Allemagne .fr et Rostropvitch à Berlin ( source site Herodote)

soir à berlin hérodote.jpg

ballade pour la liberté (  france-allemagne.fr).jpg

16 septembre 2019

Journées européennes du Patrimoine à Saint Quentin

Comme chaque année auront lieu le w-e prochain (21 et 22 septembre), les Journées logo JEP.jpgeuropéennes du patrimoine : l'occasion de découvrir des sites inconnus ou méconnus que parfois nous voyons quotidiennement ... sans plus les voir. !

Pour découvrir le programme de ces deux jours sur Saint Quentin (Cinéma UGC, La Commanderie, le vélodrome, la Batterie....), il suffit de cliquer ICI

Si vous restez sur Guyancourt, plusieurs visites sont proposées (voir le site de la ville, ICI)

Bonnes découvertes !