Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 mai 2016

Il y a 66 ans ...

...Le 9 mai 1950, la Déclaration de Robert Schuman, ministre français des Affaires étrangères, donnait naissance à la Communauté européenne. Chaque année, le 9 Mai, considéré comme l'acte de naissance de l 'Union européenne, est célébrée la journée de l'Europe.      affiche-fete-de-l-europe-2016.jpg

Aujourd'hui, le projet européen est critiqué, malmené et pourtant, beaucoup de ceux qui la mettent en cause reconnaissent qu'aucun des grands problèmes actuels ne peut se résoudre sans l'Europe car aucun état n'est dans la capacité de répondre aux défis mondiaux.

Aucun événement n'était programmé dans notre commune, et pourtant, notre ville est riche des différences qui illustrent "l'unité dans la diversité" de la devise européenne. 

Le parvis de l'Hôtel de Ville de Paris a vu un concert, des stands, et surtout  des jeunes qui ont démontré, à leur manière, que le projet européen est bien vivant, conscients que cette Europe n'est pas parfaite, qu'elle doit se "faire  en mieux" (pour reprendre un des slogans entendus ce week-end devant l'Hôtel de Ville) en plus plus solidaire, mais aussi que c'est à chacun de nous de participer à sa construction.

Quelques photos pour partager ce moment de débats et d'échanges

P1010192.JPG

P1010194.JPG

P1010188.JPG

 

jdem pariseurope.jpg

P1010189.JPG

 

 

 

 

25 avril 2016

Le groupe Centre et Démocrates au Conseil régional d'Ile de France

Depuis les dernières élections régionales, un groupe "Centre et Démocrates" constitué des treize élus MoDem franciliens s'est constitué. elus-MD-CR.png

Voici le premier bulletin d'information de ce groupe présidé par Yann Wehrling

Voilà 4 mois maintenant que nous avons été élus au Conseil régional d’Ile-de-France. Les 13 élus du groupe du Centre et des Démocrates, tous nouveaux élus dans cette institution, ont rapidement dû faire connaissance avec le fonctionnement, les us et les urgences qui s’imposaient à nous… enjeu d’autant plus délicat que cette arrivée s’inscrivait aussi dans un changement de majorité à laquelle nous participons pleinement.

 

Le calendrier électoral ayant été de renouveler les équipes régionales fin décembre, l’exercice budgétaire ne nous a laissé aucun répit pour découvrir l’état des finances et réorienter les choix pour répondre à l'engagement pris devant les électeurs : celui de rééquilibrer les finances régionales, et, pour cela, nous concentrer fortement sur les grandes missions de la Région que sont les transports, la formation professionnelle et le développement économique.

 

Notre groupe a pleinement pris sa place dans cette assemblée et la prendra de plus en plus.

 

En premier lieu en faisant au quotidien notre travail d'élus lors des séances plénières qui s’est, entre autre, manifesté par une série d’amendements au budget régional, adopté ce mois d’avril. Ces amendements traduisent symboliquement les points d’attention que notre groupe développera tout au long de ce mandat, sur le développement durable, sur les questions sociales et sociétales, et sur les enjeux économiques notamment en faveur des petites et moyennes entreprises. Nos amendements ont ainsi demandé une augmentation du budget dédié aux énergies renouvelables, insisté sur le secteur du numérique, ou proposé, via notre vice-présidente, le maintien d’une ligne de crédit permettant de remplacer le pass-contraception par des actions plus efficaces et ambitieuses dans le domaine de l’information des jeunes sur la contraception et l’IVG (à ce titre, comme nous l'avions suggéré à l'exécutif, nous saluons l'annonce faite par la Présidente, de rencontrer les associations et organismes qui œuvrent dans ce domaine pour construire, avec eux, un nouveau dispositif).

 

Sur le long court, nous poursuivons un travail dont nous rendrons compte publiquement tous les six mois. Ce travail porte sur deux dossiers phare sur lesquels notre groupe se veut être une « force de proposition « régionale » : la lutte contre la pollution de l’air et l’apprentissage. Deux groupes de travail ont été constitués dont l’un a d’ores et déjà remis une contribution lors de la conférence régionale sur l’air. Une délibération sera d’ailleurs déposée par notre groupe lors de la session de juin.

 

Cette toute première lettre d'information permettra à toutes et tous de suivre nos travaux, y contribuer et y apporter sa plus-value.

 

Yann Wehrling,

Président du groupe du Centre et des Démocrates

 

Voici quelques unes des principales interventions et prises de position des élus pendant les séances du vote budgétaire:

 

Yann Wehring sur le vote du budget 2016:

"Pour une action politique qui, avant d’être coûteuse, réussisse à faire rimer sobriété et efficacité "

 

 "Nous saluons le respect des engagements pris et nous porterons une attention toute particulière au développement durable et à la justice sociale " : Intervention générale

 

Interventions thématiques pendant les séances du vote de ce budget :

 

Environnement : La Région doit être pionnière dans la transition énergétique et dans les économies d’énergie

Développement économique: Ayons de l’ambition pour l’innovation en Île-de-France !

Formation professionnelle: Nos priorités Cération internationale: Coopération nternationale:

L'Europe : L’Île-de-France est la première région d’Europe : il est temps que cela se voie! »

Coopération internationale: La coopération internationale doit être coordonnée, transparente et ciblée !

Logement : Ayons une politique du logement équilibrée, fer de lance d’une mixité sociale et urbaine cohérente

Transports: N’oublions pas « le dernier kilomètre » qui est souvent fait en voiture faute d’alternative

Education: Prorités de nos priorités !

Enseignement supérieur: Universités franciliennes : l’excellence pour tous !

Vie associative et citoyenneté : Accordons aux associations citoyennes et aux bénévoles toute l’attention qu’ils méritent

Train de vie de la région:  Soutenons les efforts promis aux Franciliens et améliorons la transparence financière

Agriculture et ruralité : Nous devons inscrire l’agriculture de demain dans une réflexion environnementale globale

Santé: Imaginons des maisons de santé régionales

Sport Faisons du sport le relais des valeurs de la République

Culture : Affirmons l’Île-de-France comme le premier pôle culturel d’Europe !

ActDéveloppement économique

Interventions thématiques

Interventions thématiques

16 avril 2016

La ligne 18 et l'enquête publique : réunion du 14 Avril à Guyancourt

L'enquête publique sur la ligne 18 est bien en cours. Commencée le 21 mars, elle se ligne 18, Guyancourt en mouvementterminera le 26 Avril. Peut-être avez-vous attendu, comme beaucoup d'habitants semble-t-il, la réunion publique du 14 avril à Guyancourt pour faire le point sur l'avancée de ce dossier afin de répondre en toute connaissance des faits et des propositions.

Cette réunion a donc eu lieu au Pavillon Waldeck- Rousseau, qui a fait le plein, mais elle était la seule réunion organisée par la Commission d'enquête publique sur notre secteur; les Vicinois, les Castelfortains, les Villebaclais étaient peut être plus nombreux que les Guyancourtois et les Ignymontains, en tout cas, ils étaient plus nombreux à exprimer leur mécontentement!

Voici les principaux points abordés pendant cette réunion publique, tous n'étant pas majoritaires.

  • La concertation menée depuis le début est une "fausse concertation", ce qui était déjà notre impression après la réunion du 11 Juin 2015 à Magny (voir notre note du 14 Juin 2015 ICI)
  • L'expertise des citoyens n'est nullement prise en compte, or, font ils remarquer, ils sont aussi capables de monter des dossiers comme le montrent les exemples plusieurs fois donnés à propos des études d'impacts sur le bruit, sur le financement, et en relevant des contradictions dans le dossier de la Société du Grand Paris.
  • Les habitants du quartier de la Bretonnière à Voisins demandent des engagements écrits confirmant que la ligne 18 ne passera pas sous leurs habitations.
  • Le métro est un projet qui ne respecte pas les terres agricoles du Plateau de Saclay et ne répond pas aux besoins des habitants

Si beaucoup de participants reconnaissent que cette ligne 18 est indispensable, les demandes portent aussi sur :

  • L'agenda: le métro est prévu en 2030 sur notre territoire : les entreprises attendront-elles cette date ? 2024 doit-être confirmé
  • Les parkings: ils sont nécessaires et ce d'autant plus que la gare prévue est excentrée sur le territoire de Saint-Quentin. Le pôle multimodal nécessitera une étude et une réalisation parfaites, si on veut limiter l'emploi de l'automobile et donc éviter l'inutilité de ce métro. 

La 2éme gare est une demande plusieurs fois réitérée par le monde économique - chefs d'entreprises, Chambre de Commerce et d'Industrie- le Président de l'agglomération et beaucoup d'habitants.

Cette demande est d'autant plus nécessaire que la gare prévue serait située à l'est du territoire; or les entreprises, et pas les moindres- sont aussi sur l'Ouest; la seule gare actuelle – Montigny-Saint-Quentin- dessert difficilement un territoire jusque là de 140 000 habitants. Comment la seule gare de la ligne 18, qui plus est, excentrée, desservirait-elle un territoire agrandi ?

D'ailleurs, la Société du Grand Paris semble bien acter le fait que cette unique gare ne desservira vraiment que la partie Est de notre territoire puisque le fascicule distribué le soir de cette réunion du 14 Avril la décrit (page 14) comme s'insérant "au cœur d'un environnement varié comprenant: des sites d'entreprises en particulier le Technocentre Renault… des quartiers d'habitats de Voisins-le-Bretonneux, de Montigny-le-Bretonneux et de Guyancourt, de larges espaces verts paysagers et sportifs, notamment le golf national" . L'avenir de Saint-Quentin dépend de tous les quartiers et non d'une seule partie car dans une communauté, les activités se complètent et s'enrichissent mutuellement.

Nous ne sommes donc pas les seuls à demander cette 2éme gare pour le 2éme pôle économique francilien: une seconde gare pour desservir la partie Ouest de Saint-Quentin et qui permettrait aussi de désengorger la gare saturée de Versailles Chantiers. 

Nous avons proposé un itinéraire alternatif, qui aurait aussi l'avantage, comme le fait remarquer un Guyancourtois, d'utiliser et de rationaliser le pôle multimodal rénové de la gare routière de Montigny.

A toutes ces remarques, la Société du Grand Paris répond qu'aucun tracé n'est parfait, qu'il a bien fallu en arrêter un, qu'elle ne peut re-créer une gare, que seul le Conseil d'Etat qui a promulgué le décret peut intervenir. Une procédure de révision ne peut être possible que sur sa décision qui permettrait de revoir le schéma d'ensemble. Comme le fait remarquer le Président de la Chambre de Commerce et d'Industrie, on peut au moins prendre des "mesures conservatoires".

Dernière remarque: Monsieur le Maire de Guyancourt renouvelle sa demande de nommer la future gare "Guyancourt". Bien sûr, elle serait édifiée sur cette commune, mais a -elle pour seule finalité la desserte de notre ville ou tout le territoire saint-quentinois ? Toutes les entreprises de l'agglomération ne paient-elles pas la taxe levée pour financer le métro ? Le nom de Saint-Quentin n'est–il pas un gage d'attractivité ? Pourquoi la nouvelle agglomération née des 12 communes a-t-elle voulu garder ce nom si ce n'est qu'il est connu ? Pourquoi ne pas tout simplement baptiser cette gare "Guyancourt-Saint-Quentin-Est" qui ferait écho à Montigny-Saint-Quentin ?

L'enquête publique n'est pas terminée. Si vous voulez déposer votre avis et si en plus, nos arguments vous ont convaincus ou même tout simplement conduits à une autre approche et si vous désirez confronter votre avis avec ceux de beaucoup d'autres habitants, tout est dit sur le site de la Société du Grand Paris.

Le film de présentation de la ligne est ICI. Cette page n'est d'ailleurs plus d'actualité puisque Saint-Quentin est toujours présenté à sept communes, soit 144 000 habitants avec deux grandes entreprises citées, le Technocentre et Bouygues… comme quoi, la Société du Grand Paris n'a peut-être pas bien intégré que le territoire avait bien changé depuis les premières études !

Les renseignements pour participer à l'enquête sont ICI. Ne craignez pas de donner votre avis.

Le notre est sur notre dernière note, ICI, relayé par cet article des Nouvelles du 13 avril ci-dessous.

Les conclusions de l'enquête publique devraient être connues vers le 14 Juillet 2016.

ligne 18, Guyancourt en mouvement

 

 

 

28 février 2016

Quelle Ecole pour quel avenir ?

apprentissage.jpgRappelez-vous ! Il y a plus de 4 mois, Guyancourt en mouvement vous faisait part d'un débat sur le thème : "L'apprentissage et la formation professionnelle"  en remarquant que c'était un sujet dont chacun parlait mais que rien de concret  ne se faisait: "parce qu'on sait ce qu'on doit faire, mais qu'on ne le fait pas".

Les élus MoDem au conseil régional sont intervenus plusieurs fois sur ce thème, les dernières interventions datant du 19 février.

La page du site du groupe Centre et démocrates et, en particulier, les interventions de Bruno Millienne qui pousse notre région francilienne à être pilote dans l'élaboration d'un "Erasmus des apprentis" et de Yann Wehring sur le chômage des jeunes  illustrent cet intérêt.

C'est avec cette même conviction que l'avenir des jeunes est primordial pour chacun d'entre nous que l'Association "Unis pour Guyancourt" vous invite le 18 Mars à une Rencontre-Débat à 20h à la Villa Jean- Monnet avec un Principal de collège et un chef d'entreprise pour échanger sur le thème: Quelle Ecole pour quel avenir?   

écoles.jpg

Tous les renseignements sont sur le site de "Unis pour Guyancourt" ICI

Les échanges se poursuivront autour d'un verre de l'amitié

Jean-Loup Carriat

 

 

 

 

14 février 2016

Orthographe : nouvelle querelle des Anciens et des Modernes ?

Ou, comme l'a dit Benoit Hamon sur une chaîne matinale d'information,  des discussions de " salon de Saint Germain des Prés" ?   accent circonflexe.jpg

A première vue, oui .. faut-il un accent circonflexe sur tel mot ou pas ? Ph ou F ? Querelle orthographique  (orthografique) dépassée ? C'est sûr (sur ?), on peut penser que ceci est d'un autre âge (age ?) et surtout, il y a des problèmes plus graves actuellement !

Et pourtant .. Cette querelle soulève plusieurs questions !

Est-ce l'Académie qui est à l'origine de cette rumeur ? Non .. les académiciens ont publié un communiqué le démentant : ce n'est pas nous ! Le communiqué est ICI: en voici les premiers termes:

L’Académie française tient tout d’abord à rappeler qu’elle n’est pas à l’origine de ce qui est désigné sous le nom de « réforme de l’orthographe », dont la presse se fait l’écho depuis quelques jours, et qui devrait être appliquée dans les programmes scolaires à compter de la prochaine rentrée.

 Le texte auquel il est fait allusion émane du Conseil supérieur de la langue française : il a été publié dans les « Documents administratifs » du Journal officiel le 6 décembre 1990.

Si ce ne sont pas les "Sages", c'est donc le Ministère de l'Education Nationale ! Un tour sur son site … rien ! Alors qui ?

Une note du gouvernement du 5 février est enfin dénichée  (ICI) :

Il ne revient pas au ministère de l’Éducation nationale de déterminer les règles en vigueur dans la langue française. Ce travail revient à l’Académie française, depuis Richelieu.

Finalement ce jeu du "c'est pas moi, c'est lui !" ne serait donc qu'une tempête dans un verre d'eau ? Peut-être sauf qu'il y a une autre explication possible qui tient dans cette petite phrase, toujours sur le site du Gouvernement:

A la rentrée 2016, les manuels scolaires pourront faire référence, tout comme dans le cadre des programmes précédents adoptés en 2008 lorsque Xavier Darcos était ministre de l’Éducation nationale [c'est pas nous, c'est un gouvernement précédent], aux rectifications de l’orthographe adoptées en 1990 par le conseil supérieur de la langue française et approuvées par l’Académie française

 Les éditeurs de manuels scolaires pourront donc en éditer de nouveaux marqués "NO" (Nouvelle Orthographe" ), ce qui améliorera leur chiffre d'affaires ! L'image ci-dessous est celle de l'association suisse créée en 1990 pour la nouvelle orthographe

logo asso suise rcréée en 1990 pour l aréf de l'orthog.png

Non, cette rumeur n'est pas une tempête dans un verre d'eau, ni une discussion de salon, mais un autre aspect de la casse de notre enseignement et le mot de la fin revient à l'Académie par la voix d'Hélène Carrère d'Encausse dans un article paru le 13 Février: 

Le ministère de l’éducation nationale s’est appuyé sur une réforme du « conseil supérieur de la langue française » adoptée en 1990 pour inciter les éditeurs scolaires et les enseignants à adopter de nouvelles simplifications orthographiques.(Quotidien La Croix du 13 Février)

Et la fin de cet article est sans appel: « La position de l'Académie n'a jamais varié sur ce point : une opposition à toute réforme de l'orthographe mais un accord conditionnel sur un nombre réduit de simplifications qui ne soient pas imposées par voie autoritaire et qui soient soumises à l'épreuve du temps », souligne Mme Carrère d'Encausse. Elle remarque sur ce point que la réforme est tombée en désuétude. Les Français dans leur pratique ne l’ont pas cautionnée. « Il est donc absurde de ressortir aujourd’hui cette réforme » conclut-elle.

Mais le diagnostic porté par l’académicienne sur le système éducatif risque de relancer le débat. Depuis 1990, le contexte a totalement changé rappelle-t-elle. « En 2016, nous sommes devant une situation radicalement différente » avec un système éducatif qui « s'est écroulé » au point « qu'un élève sur cinq quitte l'école sans savoir lire » commente-t-elle. « Le problème n'est donc plus d'offrir des facilités aux élèves, de conserver ou non l'accent circonflexe, mais de revoir totalement notre système éducatif ». (Le passage mis en valeur en gras n'est pas dans le texte d'origine)

Hélène Carrère d’Encausse enfonce le clou. « Je dirais que la tragédie française est une inégalité croissante, née de l’effondrement de notre système éducatif ». Ce dernier « doit être reconstruit en fonction de cet impératif d’égalité ».

Guyancourt-en-mouvement