Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31 août 2014

Une rentrée demain et des réformes pour après-demain !

L'équipe de Guyancourt en mouvement souhaite une très bonne rentrée à tous ses lecteurs. Nous pensons particulièrement à tous les jeunes qui vont retrouver le chemin de l'école (et de nouveaux emplois du temps et horaires pour les primaires !).

rentrée-4.jpg

 

La rentrée sera aussi très studieuse et chargée pour les élus de Saint-Quentin-en-Yvelines et donc de Guyancourt.

 Le mois de juin a connu le projet de réforme des régions, celui de septembre voit celui de "schéma régional de coopération intercommunale" présenté par le  préfet de région ce jeudi 28 Août.

 Avec la délimitation du futur périmètre de Saint-Quentin, voilà deux projets qui sont liés et vont faire couler de l'encre, déchaîner les passions et occuper les élus pendant plusieurs mois.

réforme territoriale.jpg

 De quoi s'agit-il ?

Ces  projets s'inscrivent dans plusieurs réformes qui sont des déclinaisons du  projet d'ensemble de la réforme territoriale.

 La loi dite " MAPTAM" (Modernisation de l'Action Publique Territoriale et de l'Affirmation des Métropoles)  de Janvier 2014 organise le "schéma régional de coopération intercommunale".

 Il prévoit la création de la Métropole du Grand Paris au 1er Janvier 2016. C'est un EPCI (Etablissement Public de Coopération Intercommunale" ) de 121 communes, dont Paris et les communes de la "petite couronne" (voir carte interactive de l'Institut d'Aménagement et d'Urbanisme de l'Ile de France) :

http://www.iau-idf.fr/fileadmin/user_upload/Enjeux/MGP/ca...

 Un des objectifs essentiels de cette future Métropole est de résorber la crise du logement, mais elle dispose aussi des compétences de la politique de la ville et du développement économique, social et culturel sur son territoire qui comptera  plus de 6 millions de franciliens soit la moitié de la population régionale.

 Aux côtés de cette Métropole sont situées, donc en grande couronne (Seine et Marne, Essonne, Yvelines, Val d'Oise), les intercommunalités (exemple, notre Communauté d'agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines, de presque 150 000 habitants aujourd'hui) qui doivent atteindre au minimum 200 000 habitants en Janvier 2016. Sur ce projet, on peut voir la note du 21 juin sur ce blog qui fait allusion à ce futur périmètre, et en conséquence, aux futurs débats qui auront lieu entre les sept communes, celles qui désirent, ou non nous rejoindre, pour déterminer quel "Grand St Quentin " sera créé : les sept communes actuelles, plus Plaisir, Les Clayes, Villepreux, Maurepas, Coignières .. ? Un autre périmètre ? En tout cas, c'est un enjeu important pour notre agglomération.

 L'article 11 de la loi "Maptam" prescrit l'inscription de ces intercommunalités de 200 000 habitants dans un schéma régional de coopération intercommunale qui recouvre les quatre départements de grande couronne, donc celui des Yvelines.

 Ce schéma doit permettre de porter des projets de développement de grande envergure économique.

Pour cela, dans notre secteur, le Préfet de région prévoit la fusion des communautés d'agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines, Versailles Grand-Parc, Plateau de Saclay et Europ'Essonne, soit un ensemble de 800 000 habitants. Le coeur en est le projet Paris Saclay et l'ambition d'inscrire Paris et la France sur la carte des premiers pôles mondiaux de l'économie et de la connaissance (extrait de la présentation du projet par le Préfet de région).

 Voir la carte de ce territoire sur le site de la Préfecture de la région:

http://www.ile-de-france.gouv.fr/Presse-et-communication2...

 Cette réforme va-t-elle simplifier les structures des collectivités locales ? A première vue, c'est discutable, même si  le projet permet de passer de 41 EPCI à 11 (d'au moins 200 000 habitants).

 Cette grande collectivité va-t-elle pouvoir construire un territoire capable de faire émerger des pôles d'équilibre aux côtés de la Métropole du Grand Paris ?

 Va-t-elle être ainsi en capacité de concurrencer les autres régions européennes ? Ce qui était écrit le 11 juin à propos des régions est aussi valable pour ce projet : la dimension n'est pas un critère en lui-même, le dynamisme n'est pas lié à la grandeur. Quid des hommes dans ces territoires et de la volonté des communes de travailler ensemble ?

Quel agenda pour la mise en place de ces projets ?

 Les élus concernés ont trois mois (Août à Novembre 2014) pour faire connaître leur avis. Certains ont déjà exprimé leur désapprobation: M Laugier, Président de la Casqy, F de Mazières, Président de Versailles Grand Parc.  Par contre, le Président d'Europ'Essonne accepte de voir grand mais est plus mesuré quant à un "mariage" avec Saint-Quentin (voir" Les Nouvelles" du 9 Juillet, ICI).

 Le calendrier est en effet "serré", même si des reports sont possibles: fin février 2015, le schéma de coopération régionale devrait être arrêté par le Préfet de région; en juillet 2015, les nouveaux périmètres des agglomérations seront fixés, et, au 1er janvier 2016, la carte totale des nouveaux territoires devrait être terminée.

 A ce jour, seul le projet dévoilé le 28 août par le Préfet de région est connu; d'autres éclaircissements, d'autres arguments avancés de part et d'autres permettront peut-être de voir un peu plus clair dans ces textes et surtout dans leurs conséquences pour nous, habitants d'une de ces communes, membres des nouvelles et grandes intercommunalités.

 Nous ne manquerons pas de suivre ce calendrier, les rebondissements, les allers-retours, enfin tout ce qui marquera la vie de ces projets !

 L'équipe de Guyancourt en Mouvement

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

08 mai 2014

De la nécessité d'une Défense européenne

 

guyancourt,européennes 2014

En ce 8 mai 2014, la mort d'un huitième soldat français tombé au Mali, où la France est engagée au nom de la lutte contre le terrorisme, devrait interpeller tous les dirigeants européens. Notamment sur la nécessité d'une vraie Défense commune.

 Nous apprenions ce matin, 8 mai, qu'un soldat français avait été tué en opération au Mali. C'est le huitième militaire français tombé depuis que la France s'y est engagée.

 C'était en janvier 2013. L'objectif affiché par François Hollande était alors d'aider l'armée malienne à stopper la progression des islamistes après que 1.200 djihadistes d'Aqmi, du Mujao et d'Ansar Dine se soient emparés de Konna, dans le centre du pays. L'idée était aussi de frapper le terrorisme international à la source. Depuis, après une décision de l'Union européenne, approuvée par le Conseil, l'armée malienne a bien reçu le timide concours de quelques dizaines d'instructeurs originaires de plusieurs pays d'Europe. Mais, sur le terrain d'opération, les soldats français sont restés bien seuls.guyancourt, européennes 2014

 En ce 8 mai 2014, alors que se tenaient sur les Champs-Élysées, comme dans toutes les communes dont celle de Guyancourt, les cérémonies commémoratives du soixante-neuvième anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale, la mort de ce huitième soldat français tombé la nuit dernière au Mali devrait interpeller tous les dirigeants européens.

 Parce que la menace terroriste concerne tous les pays européens, parce que l'actualité et les bruits de guerre nous le rappellent sans cesse, parce que nous sommes incapables de parler ensemble à la Russie (de quel poids militaire pesons-nous pour discuter diplomatiquement ?) :  

 Nous avons urgemment besoin d'une politique de défense commune.

 Dans leurs engagements, les candidats UDI-MODEM Les Européens plaident avec force pour mettre véritablement en œuvre une politique étrangère et de défense commune. Pour parler d'une même voix tant d'un point de vue diplomatique que militaire.

 Comment cela peut-il se réaliser ? Ce pourrait, par exemple, passer par une mutualisation des moyens de recherche, de renseignements et de projection des forces militaires. Mais aussi humanitaires. L'idée serait ainsi d'accroître l'efficacité de nos interventions et d'en diminuer le coût. Enfin, pour protéger la souveraineté européenne sur son cyberespace, une Agence européenne de cyber-défense devrait être créée.

 Le 8 mai, veille de la fête de l'Europe est pour nous l'occasion de rappeler que nous ne devons pas rester au milieu du gué: dans ce domaine stratégique comme dans tous les domaines, notre seule force est dans l'unité. L'Europe n'est pas LE problème, elle est LA solution.

Une Europe de la Défense est plus que jamais une impérieuse nécessité. Pour la paix.

Faites l'Europe et pas la guerre !

 

Source: Les Européens

 

13 avril 2014

Une démarche politique nouvelle ?

Ou comment tirer la leçon des élections municipales et regarder vers l'avenir !                                                           abstentiion municipales 2014, guyancourt

 

Claque pour le PS, "vague bleue": tout ceci est à relativiser car en réalité,  chacun sait bien que le premier parti de France n'est ni la droite (45, 91%), ni la gauche qui vole en éclat (40,57%)  mais l'abstention. Quant aux centristes, que l'on donnait morts,  même si les médias n'en ont que très peu, ou même pas parlé du tout,  leur score national (15%)  est pratiquement le double de celui de l'extrême droite qui fait pourtant la une médiatique.  

Les analystes politiques l'avaient prédit, les politiques le redoutaient, les faits l'ont confirmé: le 1er parti de France est donc bien celui des abstentionnistes (taux national: 36,45%)

Si on se réfère aux taux de la communauté d'agglomération saint quentinoise, c'est pratiquement 1 habitant sur 2 qui ne s'est pas dérangé au 1er tour. A noter que Guyancourt tient la 2éme place après Trappes (54, 53% et 48,7% pour notre commune). 

 Certes, beaucoup de facteurs peuvent expliquer le rejet des électeurs : l'échec des politiques nationales, les "affaires" qui font le lit des extrêmes…. Cependant, des listes "citoyennes", en particulier celles montées dans les "banlieues" populaires, n'ont pas à rougir de leur score (plus de 6 % en moyenne) : indépendantes et sans étiquette politique, les habitants ont choisi d'impulser eux-mêmes le changement que les deux grands partis n'apporte plus. Leur score voisine celui du FN (6, 84 % source: site du Ministère de l'intérieur), un score qu'il ne faut surtout pas prendre à la légère, même si les électeurs risquent vite de déchanter.  

Quel que soit le cas de figure, listes citoyennes, multiplication des listes de rassemblement local au-delà des partis (voir celle de Pau qui va de la droite à la gauche), quand on décide de travailler ensemble sur un projet, au-delà des sensibilités de chacun, alors on peut franchir un pas, sortir des politiques claniques et bâtir un avenir partagé.

Les électeurs veulent être gouvernés autrement, ils veulent remettre le citoyen au cœur de l'action politique. Mais pour cela, il faut déjà commencer à lui donner la possibilité de s'exprimer: c'est la première étape, celle d'une démocratie participative de proximité qui met l'habitant au cœur de la cité. 

C'est le message  que "Guyancourt en mouvement"  porte depuis plus de six ans, c'est  celui que nous continuerons à porter et à défendre dans la vie locale, comme au plan national.

 

L'équipe de Guyancourt en mouvement

 

 

 

14 novembre 2013

"Nous refusons d'être sacrifiés"

Si vous voyez cette affichette (voir vignette jointe), c'est la traduction d'un cri d'alarme des commerces et artisans de proximité : Nous refusons d'être sacrifiés !".... "Six entreprises artisanales disparaissent chaque heure...sacrifié.jpg

"Va-t-on vers la standardisation à tout prix, vers le tout-Internet, vers une rupture sociale entre les artisans et les leurs clients ?... Quoi qu'il arrive, qu'on nous le dise", estime Jean-Pierre Crouzet, le dirigeant de l'Union Professionnelle Artisanale.

Le but de cet appel n'est pas une récupération politique, mais une campagne pour toucher tout le monde.

C'est parce que la défense de tout le tissu économique qui fait notre proximité est un de nos axes prioritaires (voir aussi l'appel du "Pavé du canal" relayé sur notre blog le 18 Octobre dernier) que nous soutenons et transmettons cet appel. 


 

17 septembre 2013

"Bougez autrement"

Chaque année, du 16 au 22 septembre, la Semaine Européenne de la Mobilité est un événement soutenu par la Commission européenne. semaine mobilité, guyancourt,saint-quentin-yvelines

En 2000 est née la "Journée sans voiture"  incluse maintenant dans la Semaine Européenne de la Mobilité lancée en 2002 et dédiée à la mobilité durable. Son objectif est de générer des changements de comportements dans nos déplacements afin de valoriser le partage de l'espace public, réduire le nombre d'accidents et les émissions de gaz à effets de serre.

Cette semaine voit les collectivités locales présenter leurs actions dans ce domaine, sensibiliser les citoyens aux dégâts que les pratiques actuelles de mobilité provoquent sur l'environnement et la qualité de vie. Elles peuvent aussi  mettre en valeur leurs politiques de transport urbain et, si besoin, tester de nouveaux moyens de transport.

Cette initiative est maintenant partagée par d'autres états hors de l'Union européenne dont le Canada, le Japon, Taïwan, le Brésil, la Colombie et l'Équateur.

Saint-Quentin-en-Yvelines participe à cette "semaine européenne de la mobilité".

Le site de l'agglomération vous informe des actions et des rendez-vous proposés dont l'inauguration de la gare de Saint-Quentin-en-Yvelines – Montigny-le-Bretonneux de 11h à 13h et le "marquage" de vos vélos entre 14 et 18 h (renseignements sur le site de la mairie de Guyancourt)

L'agglomération vous propose aussi  le "guide de la mobilité".

Cette semaine sera aussi l'occasion de vous renseigner sur le "Plan Local de Déplacements" (PLD), soit la vision portée par le territoire en matière de transports et de déplacements. Ce plan, adopté par le conseil communautaire en juin 2013, sera soumis à une enquête publique précédée de réunions publiques prévues dans le courant du mois de novembre 2013 (source: PLD). Ce sera  l'occasion d'insister sur certains problèmes récurrents, dont celui bien handicapant pour les saint-quentinois, à savoir, les horaires de bus en soirée et en w-e bien mal adaptés et qui ne favorisent guère la pratique des transports en commun !

Sur cette semaine de la mobilité, voir en complément la vidéo postée sur TVFIL 78 qui a interviewé Emmanuel Viega, Directeur des transports et déplacements à la Communauté d'agglomération. La vidéo est disponible ICI (à partir de 4mn)

 

Plus d'informations sur le site du Ministère

 

 

 

08 septembre 2013

Quelques nouvelles de notre territoire


A Trappes,                                                                           guyancourt, pétition, N10

Depuis plus de 15 ans, la commune de Trappes réclame la couverture de la Nationale le 10 qui traverse son territoire : plus de 80 000 véhicules par jour, avec le bruit et la pollution qui les accompagnent mais aussi les difficultés quotidiennes que représente cette coupure.

La nouvelle est enfin arrivée: la RN10 sera couverte en 2017-2018, et la ville "recousue".

Les trappistes vont enfin mieux respirer (plus que 4 ans, sauf retard imprévu, rien à côté des 15 ans passés !), mais aussi tous les automobilistes qui empruntent cette route depuis la sortie de l'autoroute vers Rambouillet, Chartres et au-delà.

Voir le détail de cette information dans l'article des "Nouvelles" ICI.

A Guyancourt,

A propos des "incivilités" dans la quartier de Villaroy, un rappel des faits dans la vidéo (TVFil du 5 Septembre) ICI

 

02 août 2013

Pétition Villaroy .. suite


L'auteur de la pétition nous informe avoir reçu une lettre de la mairie accusant réception de cette pétition.                                            pétition.jpg

Il y est confirmé que la ville est informée des agissements (actes d'incivilité et petite délinquance)  de ces individus.

Le maire adjoint confirme que la Police Municipale est présente régulièrement  dans les rues du quartier de Villaroy et a dû intervenir à plusieurs reprises.

D'autre part, il demande à la Police nationale  d’assurer une présence particulière aux abords des rues du quartier de Villaroy.

 

Tout comme l'auteur de cette pétion, nous espérons que cette réponse est synonyme d'amélioration et de retour au calme dans ce quartier.

 

A suivre ..

 

 

 

 

01 août 2013

Suite de la pétition "Villaroy"

Comme nous vous le disions dans la dernière note, voici une première réponse à la pétition "Villaroy"  (source : annonce de l'auteur de la pétition "Villaroy") :pétition.jpg

Un échange entre la police municipale et l'auteur de la pétition a débouché sur une proposition de réunion avec le Chef de la police Nationale.

Même si cette conversation téléphonique ne débouche pas sur une solution, elle a le mérite de savoir que nous sommes entendus.

Comme la Police Municipale le rappelle : elle fait des rondes chaque jour, mais le poste est fermé à 20h,  ensuite, c'est à la Police d'intervenir

 

A suivre ..

27 juin 2013

Skier à Saint-Quentin-en-Yvelines ?

Vous avez peut-être lu dans la presse locale qu'un  projet de piste de ski à Elancourt était dans les tuyaux de cette commune et de l'agglomération.

Une pétition est lancée contre ce projet.           colline d'Elancourt, guyancourt, piste ski

Qu'en est-il ?

C'est un projet dont les "vieux" Saint-Quentinois ont déjà entendu parler il y a,  d'après eux, une vingtaine d'années.

La colline d'Elancourt, ou colline de la Revanche, est  avec ses 231 m d'altitude, le point culminant de l'Ile de France. C'est une colline artificielle, née des remblais constitués lors de la création de la "Ville nouvelle", dans les années 1970.

L'endroit avait été retenu comme site olympique  pour les épreuves de VTT des Jeux Olympiques de Paris 2012. Ses pentes sont aujourd'hui utilisées pour pratiquer de nombreux sports.

Le projet est, ou plutôt serait, donc actuellement à l'étude pour aménager cette colline en piste de ski, d'où cette  pétition appelant les élus de la communauté d'agglomération à abandonner le projet.

 

Ces élus sont divisés sur ce sujet : les écologistes, les élus du Front de Gauche et du PCF y sont hostiles :voir un article du "Parisien" ICI et la vidéo de TVFIL 78 ICI.

 Leurs arguments détaillés dans la pétition (ICI) sont de tous ordres :  écologiques, économiques, sociologiques,…tous défendables.

Que dire sur ce projet ? A première vue, on peut en effet se poser la question du coût dans une période de difficulté financière des ménages et des collectivités locales. La réponse avancée par les défenseurs du projet argumentant que le financement sera privé (et non un partenariat public-privé comme le vélodrome) donc ne sera pas financé par l'agglomération (donc pas par nos impôts) est-il rassurant ?

Actuellement, les termes de ce projet ne sont, semble-t-il, pas véritablement connus au moins du grand public : quel contrat de financement, quel plan d'ensemble (écouter la réponse de la Communauté d'agglomération sur ce sujet dans la vidéo ci-dessus) ?  On voit mal ce sujet sortir véritablement avant les élections municipales de mars 2104.

 Qu'en dire de plus ? Qu'avant de dire "oui" ou "non" catégoriquement à ce projet, il est plus raisonnable, si ce n'est responsable, d'attendre d'en avoir tous les éléments (enfin ceux que l'on voudra bien donner aux Saint-Quentinois). C'est seulement après ces données-aujourd'hui, les arguments des porteurs du projet ne sont pas évidents ou/et pas connus- que l'on pourra dépasser le premier mouvement de doute et argumenter en connaissance de cause. Pour l'instant nous en sommes là !

L'équipe GGC

 

 

 

 

 

 

 

 

 

30 mai 2013

Nouveau Grand Paris, trop d'interprétations ! Essai d'explications

Vous avez peut-être  lu les trois tribunes du Petit-Quentin du mois d'Avril (n° nouveau grand paris,guyancourt,saint-quentin-en-yvelines285) : nous vous en conseillons vraiment la lecture ! Ces trois tribunes parlent toutes du projet de Nouveau Grand Paris. (Les tribunes sont ICI)

Présenté par le Premier ministre le 6 Mars et posté sur le site du Gouvernement, ce projet  remplace celui qui était présenté par l'ancien gouvernement, sous le nom de Nouveau Grand Paris, expression qui remplace celle de  "Grand Paris".

 Le Premier ministre s'est déplacé le 6 mars à Champs-sur-Marne pour présenter le projet: ce sont ses termes qui sont encore actuellement sur le "Portail du Gouvernement".

 Le Gouvernement et les collectivités territoriales portent ensemble la réalisation de ce projet ambitieux de modernisation et de développement des transports en Île-de-France ; il articule de manière cohérente les besoins de modernisation et d’extension du réseau existant et la réalisation de nouvelles lignes de métro automatique. (source: Portail du gouvernement )

 Le même jour, sur le chemin du retour de cette présentation, avec le maire de Guyancourt, le président de la Communauté de notre agglomération en résume l'essentiel, jugé positif pour notre territoire.

La vidéo du 7 mars 2013, présentée sur TV FIL 78 (ICI) est accompagnée de cette légende:

 Jean-Marc Ayrault vient de rendre ses conclusions dans le dossier du Grand-Paris. Il a donné son accord pour la réalisation de 200 km de lignes de métro autour de Paris. Un projet décalé à 2030 avec des économies à la clé. Quelles conséquences dans les Yvelines ?

 Quelles conséquences, pour les Yvelines, bien sûr, et pour notre territoire ? Pour le savoir, feuilletons le projet qui fait quand même 23 pages. La totalité du projet est sur le site du Gouvernement.

Certaines propositions appellent forcément le consensus. Parmi celles-ci:

 Les infrastructures ferroviaires d’Île-de-France ont besoin d’être modernisées et développées pour faire face à l’augmentation importante du trafic (21 % en dix ans);  c'est un constat auquel les franciliens ne peuvent que souscrire ! C'est un enjeu de qualité de vie en Île-de-France, pour que les conditions d’exploitation du réseau soient plus fiables, plus confortables, et apportent une meilleure qualité de service aux usagers, un  enjeu de solidarité,… d’attractivité… et d’emploiIl faut donc un projet d’ensemble cohérent, maîtrisé, financé: d’ici à 2017, la qualité de service est la priorité des opérateurs.

 La suite du document pose certainement beaucoup plus de questions, et c'est là que les appréciations divergent !

 Pour le "groupe PS et apparentés", le nouveau projet apporte quelques précisions rassurantes; pour le "groupe PC et apparentés", Saint-Quentin est "particulièrement mal servie; pour le groupe "Divers droite", l'annonce [de ce projet] n'est pas de nature à nous rassurer. Soit chaque groupe n'a pas la même conception de l'avenir de  St Quentin, ce qui serait déplorable pour l'avenir de notre territoire, mais après tout, c'est le jeu des programmes différents, soit chacun lit ce projet à travers le prisme national et partisan, et cela est vraiment déplorable pour l'avenir de St Quentin, donc de notre commune.

 Penchons-nous sur ce projet, quant au futur tracé, à son agenda et surtout à la place qu'il donne à Guyancourt et à Saint-Quentin .

 "Là où les trafics sont plus faibles (desserte du plateau de Saclay, Arc Grand Est), il [le trafic] génère…des coûts d’exploitation qu’on ne peut amortir qu’en réduisant la fréquence, et donc la qualité de service. Dans ces itinéraires, un transport automatique de capacité adaptée est une bien meilleure solution car il pourra être mis en oeuvre plus vite (que veut dire plus vite ? NDLR) grâce aux économies sur les coûts de construction et d’exploitation, et apportera une offre plus cadencée, au bénéfice des usagers.

 Au regard des projections de trafic, une solution de transport automatique à capacité adaptée est pertinente pour la ligne verte entre Orly et Versailles

 Mais où sont Saint-Quentin, Guyancourt? Où sont nos 2 gares prévues?

 Quel calendrier ?

 On apprend que l’ensemble des lignes 14, 15, 16, 17, 18 (celle qui nous concerne, ex "ligne verte") est réalisé…à l'horizon 2030 : c'est cela la mise en œuvre le plus vite possible ?

 Des détails complémentaires sont donnés en fin de texte  sur les cartes. La 1ére présente le  nouveau Grand Paris entre 2012 et 2017, les 2 dernières à  l'horizon 2027 à l'horizon 2030.

 Il faut bien attendre l'horizon 2030 pour voir apparaître la mention de "Saint-Quentin  sur la ligne 18 "CEA St Aubin-Versailles" qui passerait par " St Quentin-Satory" mais avec encore deux  variantes. Rien n'est encore tranché: une seule gare, St Quentin-Est, ou deux, cette dernière et celle de St Quentin-Université ?

 Quels financements ?

 La capacité de financement de la société du Grand Paris est essentiellement constituée des  redevances versées pour l’usage du réseau, et, pour la plus grande part, de recettes prélevées sur les Franciliens.

 A partir de 2020: "Ces mesures [de financement] feront l’objet…d’un dialogue renforcé avec les collectivités locales et les entreprises. Ces dernières seraient donc appelées à financer un hypothétique réseau qui ne serait proche de chez elles qu'à l'horizon 2030 : est-ce viable ? Est-ce vraiment "rassurant" pour l'avenir de notre ville ?

 Une autre mesure fait déjà couler de l'encre: le Gouvernement est ouvert à la mise en oeuvre de leviers permettant aux collectivités de mieux contrôler les recettes tirées du stationnement sur voirie en majorant les amendes forfaitaires et ainsi contribuer au financement de la modernisation et du développement du réseau de manière significative.

 Au moins la discussion "métro aérien ou souterrain" (celle pour laquelle la seule commune de Guyancourt a voté une motion) est caduque puisque la solution plus facilement réalisable et moins chère du tram-train est acceptée. Si on résume toutes ces annonces:

 - date de mise en service annoncée pour 2030-chacun sait ce que signifie une telle échéance pour des projets d'une telle envergure-,

 -des gares non encore clairement positionnées, une ou deux ?

 -un mode de financement aléatoire,

 Il est compréhensible que les usagers du territoire se posent des questions !

 Les  précisions (si précisions il y a) sont-elles rassurantes ?  Saint-Quentin est-elle particulièrement mal servie ?  Les choses auraient été peut-être plus claires si tous ces doutes étaient portés d'une même voix par tous les élus, au-delà des clivages politiques, car il s'agit de l'avenir des Saint-Quentinois et donc des Guyancourtois, aujourd'hui et pour leurs enfants.

 L'Equipe GGC